bateau de marchandises en vrac : trois mâts carré (vracquier, transport du bois) dit MADELEINE II

Désignation

Dénomination de l'objet

Bateau de marchandises en vrac

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Trois mâts carré, vracquier, transport du bois

Appelation d'usage

MADELEINE II

Titre courant

Bateau de marchandises en vrac : trois mâts carré (vracquier, transport du bois) dit MADELEINE II

Localisation

Localisation

Haute-Normandie ; Seine-Maritime (76)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rouen

Description

Catégorie technique

Patrimoine maritime

Matériaux et techniques d'interventions

Acier

Description matérielle

Toute la série LEON BLUM (type BERENGERE de Penhoët, à demi-baignoire), représente des voiliers très larges et assez peu rapides. Les marins disaient d'eux 'grosses joues, larges fesses'. Ils se caractérisent par une longue dunette et très long roof.

Dimensions normalisées

L = 79,45 ; la = 13,35 ; longueur entre les perpendiculaires = 79.45 m ; largeur = 13,35 m ; creux = 7.29 m ; tirant d'eau = 6.32 m ; poids lège = 1 475 tonnes ; port en lourd = 3 250 tonnes ; déplacement = 4 725 tonnes ; jauge brute = 2 852 tonneaux ; voilure = 2 600 m2

État de conservation (normalisé)

Oeuvre détruite

Inscription

Inscription

Précisions sur l'inscription

Inscription concernant l'appellation : MADELEINE II

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Société des Chantiers de Normandie (chantier naval)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Marine marchande française, Société de Navigation du Sud-Ouest, Bordeaux (commanditaire)

Lieu de création

France, Haute-Normandie, 76, Grand-Quevilly

Siècle de création

1er quart 20e siècle

Année de création

1902

Description historique

Commanditaire : Marine marchande française, Société de Navigation du Sud-Ouest, Bordeaux. Date de la pose de la quille sur cale : 12 janvier 1902, lancement : 20 septembre 1902, date des essais : 12 janvier 1903 Série de huit : LEON BLUM, AMIRAL CECILLE, ERNEST REYER, RANCAGUA, QUILLOTA, BERENGERE, MADELEINE, ANDRE THEODORE. Commandé par la Société de Navigation du Sud-Ouest, MADELEINE est acheté sur cale par l'armement Bordes et prend alors le nom de MADELEINE II, car la société possède déjà un quatre-mâts carré de ce nom (d'où la confusion du capitaine historien Lacroix). Le voilier effectue une belle traversée en 1913, en ralliant la Tyne, Angleterre, à Iquique, Chili, en 94 jours. Pendant la guerre, bien que parti avec un convois de neuf voiliers et escorté de trois patrouilleurs, le MADELEINE, retenu par des vents calmes, est attaqué par un sous-marin, le 31 juillet 1917. Le capitaine Lévêque ordonne la riposte et pendant trois heures le voilier se défend, tirant plus de 200 obus. Un projectile du sous-marin, qui combat en surface, finit toutefois par atteindre la soute aux munitions du voilier, provoquant son explosion. Le bateau est alors évacué. Il coule en emportant 20 morts. Beaucoup de survivants, blessés, sont récupérés par le steamer américain SANTA-CECILIA. Les membres de l'équipage furent cités à l'ordre du jour des armées. Le même sous-marin allemand (U-155) est fatal trois jours plus tard au quatre-mâts MARTHE, également construit aux Chantiers de Normandie.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (bateaux des Chantiers de Normandie)

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2003

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire 2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80