retable architecturé à niche et à ailes du maître-autel

Désignation

Dénomination de l'objet

Retable

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Retable architecturé à niche ; retable à ailes

Appelation d'usage

Du maître-autel

Titre courant

Retable architecturé à niche et à ailes du maître-autel

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Sarthe (72) ; La Flèche ; 22 rue du Collège ; château puis collège de jésuites, actuellement école militaire le Prytanée national militaire

Numéro INSEE de la commune

72154

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Flèche (La)

Adresse de l'édifice

Collège (rue du) 22

Nom de l'édifice

Château puis collège de jésuites, actuellement école militaire le Prytanée national militaire

Référence Mérimée de l'édifice

IA72000141

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Choeur de l'église.

Description

Catégorie technique

Maçonnerie ; taille de pierre ; sculpture ; marbrerie

Structure et typologie

Plan (cintré) ; corps (droit) ; ailes (2, cintré) ; niveau (2) ; colonne (16)

Matériaux et techniques d'interventions

Calcaire : appareillé, taillé, mouluré, peint, polychrome, décor en relief, décor rapporté, décor dans la masse, ; marbre, noir, rose, : taillé, poli

Description matérielle

Retable formant refend à deux niveaux, composé d'un corps central flanqué d'ailes cintrées formant retour. La face extérieure des ailes est occupée par une niche centrale flanquée de deux colonnes portant un entablement. Dans les ailes, s'ouvrent les portes de la sacristie, surmontées d'une niche en plein cintre, également flanquée de colonnes. La contretable rectangulaire du corps central est aussi flanquée de colonnes. Le premier niveau est séparé du second par un entablement et une balustrade en marbre noir. Les ailes sont surmontées de corps flanqués d'ailerons et de colonnes au centre desquels s'ouvrent des niches couvertes en plein cintre. Flanqué de colonnes doubles, le corps supérieur central s'ouvre par une niche couverte en anse de panier. Il est surmonté par un édicule de couronnement amorti par des pots à feu. Les colonnes du premier niveau sont en marbre rose de Laval, celles du niveau supérieur en marbre noir de Sablé. L'encadrement des niches est souligné par des incrustations de tables de marbre. Au premier niveau, les rampants des frontons interrompus des ailes, des retour, du corps central, ainsi que du corps supérieur central sont reliées par des guirlandes de fleurs.

Indexation iconographique normalisée

Ornement (à fruit, à guirlande, à rinceau, à corne d'abondance, à pot à fleur, à pot à feu, à cuir découpé, balustre, chapiteau) ; écu ; couronne

Description de l'iconographie

Les armes sont bûchées. Dans le fronton au-dessus, se trouve un écu surmonté d'une couronne.

Dimensions normalisées

La = 1200

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée ; manque

Précisions sur l'état de conservation

Armes bûchées. Récente, la polychromie n'est pas conforme à celle d'origine.

Inscription

Devise (peinte, sur l'oeuvre, latin)

Précisions sur l'inscription

Inscription au-dessus de la niche inférieure centrale : D O M / S LUDOVICO / SACRUM. Sur le soubassement du retour de l'aile gauche : AD MAJOREM DEI / GORIAM. Sur le soubassement du retour de l'aile droite : SATIS EST DOMINE / SATIS EST.

Historique

Lieu de création

Exécuté sur place

Siècle de création

2e quart 17e siècle ; 4e quart 19e siècle

Année de création

1633 ; 1636

Description historique

Le retable fut commandé en 1633 à l'architecte retablier lavallois Pierre Corbineau, très certainement suivant un projet de l'architecte jésuite François Derand. L'ouvrage était terminé en 1636 lorsque le peintre Pierre Dionise, domicilié à Ernée en Mayenne, fut chargé de son décor polychrome. Commandées également en 1633 aux sculpteurs manceaux Gervais Delabarre père et fils, les statues en terre cuite furent détruites pendant la Révolution. Elles représentaient, au premier niveau dans les niches des ailes, les saints Ignace de Loyola et François Xavier et, dans les niches étroites des retours, saint Louis et saint Charlemagne. Au second niveau, dans les ailes, les saints Pierre et Paul flanquaient une Vierge de Pitié dans la niche supérieure centrale, environnée d'anges portant les instruments de la Passion. Egalement détruit pendant la Révolution, le tableau de la contretable représentait saint Louis, patron de la chapelle depuis 1637. L'édifice fut restauré vers 1888, puis en 1991.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Date et typologie de la protection

1988/06/23 : classé au titre objet

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dénomination du dossier

Dossier avec sous-dossier

Partie constituante

Vantail (2) ; tableau ; statue (4) ; groupe sculpté

Références des parties constituantes étudiées

IM72000748 ; IM72000749 ; IM72000802

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1993

Date de rédaction de la notice

1997

1/12