le mobilier de l'église paroissiale Saint-Amable

Désignation

Titre courant

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Amable

Localisation

Localisation

Auvergne ; Puy-de-Dôme (63) ; Riom ; église paroissiale Saint-Amable

Numéro INSEE de la commune

63300

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Riom centre

Adresse de l'édifice

Saint-Amable (rue)

Nom de l'édifice

Église paroissiale Saint-Amable

Référence Mérimée de l'édifice

IA63001049

Historique

Description historique

Hormis quelques oeuvres des 15e siècle et 16e siècle, la majorité des oeuvres de l'Ancien Régime remontent à des campagnes d'ameublement de l'édifice du 17e siècle et 18e siècle. Un importante campagne d'aménagement du choeur a lieu vers 1628 -1629, un maître autel est construit par le sculpteur riomois Jean Languille au centre duquel un tableau : l'incrédulité de saint Thomas est l'oeuvre de Claude Vignon. L'ensemble a disparu probablement lors des réaménagement du siècle suivant. Une autre campagne de travaux importants aura lieu en 1687 : l'aménagement des stalles, oeuvres d'André Boysen et Noël Mercier. L'ensemble subsiste actuellement dans le choeur et la sacristie de l'église. Dans la seconde moitié du 18e siècle une autre importante campagne d'aménagement du choeur se déroule dont subsistent actuellement le maître-autel à la romaine et les grilles de choeur. Durant la seconde moitié du 19e siècle et au 20e siècle, l'église reçoit des vitraux, oeuvres pour la plupart de peintres verriers clermontois. L'église édifiée sur les anciennes églises saint Bénigne et saint Gervais et Protais conserve plusieurs oeuvres consacrées à l'iconographie de ces saints de même qu'à l'iconographie de saint Amable à laquelle elle est dédiée. La châsse de saint Amable est au coeur de la dévotion rendue au saint, curé de Riom au Vème siècle que la tradition fait naître à Villossange au château de Chauvance, dont le tombeau fut un lieu de pélerinage et de miracles. La légende rapporte qu'en 1120 les reliques du saint portées devant les murailles de la ville de Riom menacée par un incendie détournent les flammes. L'actuelle église Saint-Amable aurait été construite suite au voeu prononcé en cet instant. Saint Amable est souvent représenté porteur d'une châsse, avec des serpents dont il est réputé guérir des morsures, éteignant des incendies. Quelques objets sont liés à la procession annuelle de saint Amable où l'on porte la chasse mais aussi une roue de fleurs symbolisant la roue de cire offerte à Notre-Dame de Marsat. Cette roue portait un cierge réputé de la longueur de la distance de Riom à Marsat offert à la Vierge en mémoire d'un voeu exaucé lors d'une épidémie.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dénomination du dossier

Présentation du mobilier

Partie constituante non étudiée

Plaque commémorative, verrières, autel, stalle, burettes (2), clochette d'autel, calice(4), ciboire, patène, seau à eau bénite, bannière de procession, baiser de paix (2), reliquaire (9), statue (10), peinture monumentale (3), tableau (2), estampe, livre, cloche (4), harmonium, hallebarde (2)

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2009

Date de rédaction de la notice

2010

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Auvergne - Service régional de l'Inventaire 13-15, avenue de Fontmaure - BP 60 - 63402 Chamalières - 04.73.31.85.29

1/3
mobilier de la basilique Saint-Amable
mobilier de la basilique Saint-Amable
© Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP
Voir la notice image