Orgue de choeur

Désignation

Dénomination de l'objet

Orgue

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Orgue de choeur

Titre courant

Orgue de choeur

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Pas-de-Calais (62) ; Saint-Omer ; Collégiale puis Cathédrale Notre-Dame, actuellement église paroissiale Notre-Dame

Numéro INSEE de la commune

62765

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pas-de-Calais

Canton

Saint-Omer-Nord

Nom de l'édifice

Collégiale puis Cathédrale Notre-Dame, actuellement église paroissiale Notre-Dame

Référence Mérimée de l'édifice

PA00108403

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Inséré dans le lambris des stalles gauches du chœur

Description

Catégorie technique

Facture d'orgue

Structure et typologie

Au sol ; encastré ; à électricité

Matériaux et techniques d'interventions

Chêne ; tilleul ; sapin ; étain

Description matérielle

L'instrument est installé derrière les lambris du choeur, du côté nord. Les boiseries de style rocaille sont réalisées par le maître sculpteur audomarois Jean-Charles Chifflart en 1753. Les trois travées derrière lesquelles prend place l'instrument ont été évidées en partie, le cadre taillé subsistant permettant l'exposition des tuyaux de Montre en étain. Elles se sont ainsi transformées en trois plates-faces, celle du centre étant la plus étroite. Si l'installation de l'orgue s'est faite au détriment du travail de menuiserie, l'effet obtenu est toutefois loin d'être inesthétique. La partie instrumentale repose sur une charpente en bois, le fond du buffet est en chêne. La console indépendante, aménagée dans les stalles, est tournée vers l'avant. Elle possède un clavier manuel en tilleul et un pédalier en chêne. Une stalle fait office de banc. Le réservoir à un pli compensé de l'instrument, initialement actionnable par un levier manuel, se situe dans le soubassement. La tuyauterie

Indexation iconographique normalisée

Coquille ; motif rocaille

Dimensions normalisées

H = 310 ; la = 35

État de conservation (normalisé)

En service ; en état de marche

Précisions sur l'état de conservation

Etat de l'instrument moyen en 1996. Bernard Bocquelet, facteur à Longuenesse (62), effectua un relevage en 1985.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Maison Daublaine et Callinet (facteur d'orgues)

Lieu de création

Lieu d'exécution : Alsace, 68, Rouffach

Siècle de création

2e quart 19e siècle ; 3e quart 20e siècle

Année de création

1841 ; 1955

Description historique

En 1841, le grand doyen Duriez décide l'achat d'un petit orgue pour le choeur afin de palier les déficiences du grand orgue qui était à cette époque dans un état déplorable. Initialement installé au milieu du choeur, l'orgue réalisé par la Maison Daublaine et Callinet en 1841, fut à l'origine d'un différend entre le conseil de Fabrique et le cardinal de la Tour d'Auvergne. Ce dernier en effet reprocha aux membres du conseil l'acquisition d'un instrument qui masquait sa stalle et privait le grand-orgue, alors en fort mauvais état, d'une somme affectable à sa réparation. Or son acquisition avait été faite à la faveur du don d'un paroissien bienfaiteur. Après le décès du cardinal, en 1851, l'orgue prit place finalement derrière les lambris du choeur.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (orgues du Pas-de-Calais)

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2003

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France – service de l’Inventaire du patrimoine culturel 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex

1/5