Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Marcel

Désignation

Titre courant

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Marcel

Localisation

Localisation

Aquitaine ; Lot-et-Garonne (47) ; Saint-Sylvestre-sur-Lot ; église paroissiale Saint-Marcel

Numéro INSEE de la commune

47280

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Penne-d'Agenais

Lieu-dit

Saint-Marcel

Nom de l'édifice

Église paroissiale Saint-Marcel

Référence Mérimée de l'édifice

IA47002774

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Historique

Description historique

Brûlée par les huguenots peu avant 1572, l'église de Saint-Marcel était en 1592, lors du passage de Nicolas de Villars, dépourvue de mobilier, fonts baptismaux compris. L'édifice est décrit presque aussi démuni dans le verbal de Mgr Joly en 1668 : le tabernacle 'a été enlevé par le sieur Bourgon ancien curé', aussi le maître-autel n'a-t-il pour tout ornement qu'un tableau de 7 pieds (Calvaire avec saint Marcel et saint Barthélemy), sans doute assez récent car il est dit 'en bon état' par Mgr de Saléon en 1733. L'ancien maître-autel, 'tout nud', est déposé dans la chapelle du côté Epître, dévolue à la famille de Lard de Rigoulières et litrée à ses armes. En 1733, le maître-autel est doté de gradins peints et d'un tabernacle 'blanchi et fileté d'or' (de même que le crucifix et les 4 chandeliers de bois), mais 'sans retable' ; les objets cultuels (calice, patène, ciboire, porte-Dieu) sont tous d'argent. La chapelle sud renferme un vieux tabernacle et le tombeau des Rigoulières, et est toujours ornée de leur litre ('une ceinture funèbre'). M. de Rigoulières possède en outre un banc dans le choeur, entouré d'une balustrade particulière. Non documenté entre le milieu du 18e siècle et le milieu du 19e, cet ensemble dut subir des dégradations, car il n'en subsiste aujourd'hui que des fonts baptismaux du 18e siècle (ceux décrits en 1733 ?), et peut-être un tableau du Christ en croix (18e siècle ?), ruiné et déposé au presbytère. Le reste du décor ne remonte qu'à la 2e moitié du 19e siècle : verrières par le Bordelais Jean-Baptiste Lieuzère (1857), maître-autel de marbre (seule la face du tabernacle est conservée), statue de la Vierge de la Médaille miraculeuse (vers 1850), tableaux de l'Assomption (par l'italo-toulousain Gualtieri, d'après Guido Reni, 1870) et de sainte Germaine. Depuis la dernière rénovation intérieure ont disparu les autels en terre cuite de la Vierge et du Sacré-Coeur, la chaire et la clôture de choeur en fer forgé.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dénomination du dossier

Présentation du mobilier

Partie constituante non étudiée

Plaque commémorative, verrières(2), tabernacle, bénitier, stalle de célébrant, meuble de sacristie, chandeliers funéraires(2), chandeliers d'autel(14), croix d'autel(4), pupitre-thabor, encensoir, goupillon, navette à encens, seau à eau bénite, croix de procession(2), chemin de croix, chandeliers d'église(5), fauteuil, piédestal, chandeliers(2), groupes sculptés(2), statues(10), tableau, cloche, harmonium

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003