ensemble de 2 peintures monumentales

Désignation

Dénomination de l'objet

Peinture monumentale

Titre courant

Ensemble de 2 peintures monumentales

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Carlucet ; église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine

Numéro INSEE de la commune

46059

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Gramat

Nom de l'édifice

Église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine

Référence Mérimée de l'édifice

IA46100292

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Voûte en berceau de la travée centrale ; chapelle nord

Description

Catégorie technique

Peinture murale

Matériaux et techniques d'interventions

Enduit : peinture à la chaux

Description matérielle

A partir du support (pierre) il y a une couche de mortier de chaux rouge et une couche de chaux polie à la truelle. La peinture est exécutée à "secco" avec liant.

Indexation iconographique normalisée

Annonciation, Mise au tombeau, soldat : sommeil, Jugement dernier Crucifixion, Nativité, Vierge de Pitié, figure (sainte Véronique : voile), scène (sainte Apollonie d'Alexandrie : martyre, bourreau, pince), figure (sainte Marie-Madeleine : ?, Assomption), figure (saint Jacques le Majeur, bourdon, chapelet, coquilles), scène (saint Martin, manteau : partage, homme : pauvre), scène (martyre, saint Gervais : ? : agenouillé : bourreau : fouet, évêque : saint Protais), ornementation (à palmettes)

Description de l'iconographie

L'Annonciation est peinte au-dessus de l'arc d'accès au croisillon septentrional. Directement au-dessus de cette première représentation se développe la Mise au Tombeau. En face, au-dessus de l'arc d'accès au croisillon sud, est le Jugement dernier.£Le second programme pictural exécuté à Carlucet commence par le mur oriental du croisillon nord. Au registre supérieur prend place une Crucifixion, le registre médian est occupé sur toute sa largeur par une représentation de la Nativité. Le registre suivant est en quelque sorte un registre de transition. A droite, se tient une Vierge de pitié et immédiatement à sa gauche, sainte Véronique expose son voile. L'extrémité gauche du mur est occupée par une scène de martyre de sainte Apolline d'Alexandrie qui a subi une extraction brutale des dents de ses deux mâchoires. Sur la paroi septentrionale du croisillon ne sont partiellement conservées que deux figures, installées l'une en dessous de l'autre, à gauche de la baie : le ravissement de Marie-Madeleine et saint Jacques le Majeur. Le mur occidental de la chapelle propose deux scènes plus lisibles. Sur le registre supérieur, saint Martin à cheval partage son manteau avec un pauvre hère. Au registre inférieur, est représenté le martyre de Gervais, flagellé avec des lanières plombées, accompagné de son frère jumeau Protais qui sera décapité.

Dimensions normalisées

H = 480 ; la = 275 ; l = 400 Dimensions approximatives de la chapelle.

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

En 1987, l'atelier de Pierre Bellin avec Ariane Tignol procède au dégagement complet des peintures et à leur restauration. Dans sa thèse, Virginie Czerniak signalait de probables altérations des peintures causées par l'humidité.

Historique

Siècle de création

Limite 15e siècle 16e siècle

Description historique

Ces peintures ont été mises au jour en 1984. Les murs du croisillon méridional sont aujourd'hui dissimulés sous un grossier crépi blanc qui laisse malgré tout entrevoir quelques traces de couleurs dans la partie haute de l'ébrasement de la baie : toutes les peintures murales de Carlucet n'ont peut être pas encore été mises au jour. Les clés de voûte pendantes qui agrémentent la scène de la Mise au Tombeau sont issues de la grammaire ornementale flamboyante, telle qu'elle s'exprime dans nos régions entre les dernières années du 15e et les premières du 16e siècle. Cette fourchette chronologique correspond précisément à la période d'exécution de la Mise au Tombeau de Moissac, de laquelle nous pensons devoir rapprocher celle de Carlucet. En effet, sur le tombeau de la composition moissagaise, figurent les armes d'Antoine de Carmaing, qui fut abbé de Moissac entre 1485 et 1503. Les peintures qui ornent la croisée de l'église de Carlucet ont donc été, selon toute probabilité, réalisées entre la fin du 15e siècle et les premières années du siècle suivant. La seconde campagne picturale est contemporaine de la première étudiée. Soit elles ont été exécutées à seulement quelques années d'intervalle, soit elles témoignent de la même entreprise de décoration, menée conjointement par deux ateliers distincts.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Recensement des peintures murales

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2005

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Midi-Pyrénées - Direction de la Culture et de l'Audiovisuel - Service Connaissance du Patrimoine 22, bd Maréchal Juin 31406 Toulouse cedex 9 - 05.34.45.97.33