tableau et son cadre : La Madeleine au pied de la croix

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau, cadre

Appelation d'usage

Numéro d'inventaire du FNAC : PFH-1473

Titre courant

Tableau et son cadre : La Madeleine au pied de la croix

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Carlucet ; église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine

Numéro INSEE de la commune

46059

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Gramat

Nom de l'édifice

Église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine

Référence Mérimée de l'édifice

IA46100292

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Choeur, sur l'élévation nord

Description

Catégorie technique

Peinture, menuiserie

Structure et typologie

Rectangulaire vertical

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (en un seul lé, support) : peinture à l'huile, bois (en plusieurs éléments) : taillé, mouluré, décor en relief, décor dans la masse, décor rapporté, peint, sur apprêt, doré

Description matérielle

Le tableau est une peinture à l'huile, la toile est constituée d'un seul lé. Le cadre est en bois, taillé et mouluré. Il est assemblé en onglet avec vis de rappel. Il comporte un décor en relief dans la masse et rapporté sur un apprêt de plâtre. Le cadre est doré sur un apprêt de couleur rouge. Il comporte un décor rapporté sur un apprêt de plâtre.

Indexation iconographique normalisée

Scène biblique (Christ en croix, sainte Marie Madeleine, agenouillé, de trois-quarts, soldat, fond de paysage, ville : Jérusalem), ornement à forme géométrique (rai de perles)

Description de l'iconographie

Le Christ est représenté en croix, au moment de l'agonie, levant les yeux au ciel. Sainte Marie Madeleine est agenouillée au pied de la croix, en train d'étreindre celle-ci et touchant les pieds du Supplicié. Elle est en larmes, avec sa longue chevelure déliée. Sur la gauche des soldats et légionnaires romains quittent le Golgotha. Au premier plan à gauche, la bassine, l'éponge, les clous, la pince et le marteau forment une nature morte mystique. Le fond de paysage est campé sous un ciel menaçant, avec sur la gauche, la représentation de la ville de Jérusalem. Le cadre est orné d'une frise de rai de perles.

Dimensions normalisées

H = 290 ; la = 225 Dimensions de la toile à l'ouverture du cadre. Dimensions avec le cadre : h = 318, la = 255, pr = 10.

Précisions sur l'état de conservation

La toile est affectée par un chancis localisé dans la partie inférieure du tableau, autour du bassin et sur la robe de sainte Marie-Madeleine.

Inscription

Signature (peint, sur l'oeuvre), date (peint, sur l'oeuvre)

Précisions sur l'inscription

Signature et date (en bas à droite) : "Emile Loubon 1841".

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Loubon Emile-Charles-Joseph (peintre)

Personne morale créatrice de l'objet

Française (école)

Lieu de création

Lieu d'exécution : Ile-de-France, 75, Paris

Lieu de provenance

Dépôt de l'Etat

Siècle de création

2e quart 19e siècle

Année de création

1841

Description historique

Ce tableau porte la signature du peintre français Emile-Charles-Joseph Loubon (1809-1863). Cet élève des peintres de paysages et de genre Constantin et Granet, lié aux peintres de l'école de Barbizon, connaît une brillante carrière de paysagiste. Exposant dès 1833 au Salon, il devient le directeur de l'Ecole des Beaux-Arts de Marseille de 1845-1863 où il joue un important rôle dans la formation de l'école de paysage dite de Marseille. Il excella en effet dans la description picturale de la Provence où se mèle le souvenir de ses voyages en Italie, Egypte et Algérie. Il s'agit d'un achat par commande à l'artiste en 1839. Il lui est en effet, passé commande d'une Vierge au pied de la croix, et cela pour 1200 francs. Les dossiers de la série F21 aux AN indiquent que le tableau est achevé en 1841, ce qui correspond à la date portée sur la signature. Les dimensions contenues dans les éléments du dossier, H 300 x L 227 correspondent également au présent tableau. Le tableau est alors identifié comme La Madeleine au pied de la croix, ce qui pourrait indiquer que le changement d'iconographie est intervenu au cours de l'exécution de la peinture. Le dossier précise également qu'Emile Loubon est un jeune peintre de Marseille qui a déjà exposé, et qu'il est également peintre d'histoire et peintre de genre. Il est aussi mentionné que l'artiste a fait un tableau original pour le prix d'une copie. Ce tableau est effectivement une oeuvre très représentative de la peinture religieuse de cette époque marquée par un fort sentiment romantique et une gamme chromatique assez orientalisante. Portant le numéro d'inventaire FNAC PFH-1473, l'oeuvre est déposée dès 1841 en l'église paroissiale de Carlucet, sur intervention du député Jean Calmon (Momméjat, op. cit., p. 206-207).

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Date et typologie de la protection

1979/07/13 : inscrit au titre objet

Précisions sur la protection

Intitulé de l'arrêté de protection : tableau, Crucifixion, toile, 18e siècle.

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Recensement des oeuvres appartenant à l'Etat

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2002

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Midi-Pyrénées - Direction de la Culture et de l'Audiovisuel - Service Connaissance du Patrimoine 22, bd Maréchal Juin 31406 Toulouse cedex 9 - 05.34.45.97.33

tableau et son cadre : La Madeleine au pied de la croix
tableau et son cadre : La Madeleine au pied de la croix
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image