Croix de procession (n° 2)

Désignation

Dénomination de l'objet

Croix de procession

Numéro artificiel de différenciation de l'objet

2

Titre courant

Croix de procession (n° 2)

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Loire (42) ; Montbrison ; rue Notre-Dame ; Collégiale Notre-Dame-d'Espérance

Numéro INSEE de la commune

42147

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Montbrison

Adresse de l'édifice

Notre-Dame (rue)

Nom de l'édifice

Collégiale Notre-Dame-d'Espérance

Référence Mérimée de l'édifice

IA42000988

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Sacristie (armoire forte)

Description

Catégorie technique

Bronze d'art

Matériaux et techniques d'interventions

Cuivre : repoussé, fondu, doré, ciselé, ciselé au mat, décor en bas-relief, décor en haut-relief, décor rapporté, verre : taillé en cabochon

Description matérielle

Croix en tôle de cuivre repoussée, clouée sur une âme de bois. Forme : croix latine, avec un carré à la croisée, et des quadrilobes puis des fleurs de lys aux extrémités. La croix a un décor de surface repoussé en bas-relief, ciselé et ciselé au mat ; un Christ en haut-relief, fondu et ciselé, est rapporté sur une face ; sur la face opposée, le carré à la croisée présente une scène en bas-relief et centre des quadrilobes est occupé par un cabochon de verre (rouge) fixé par une tige filetée (qui correspond également au système de fixation du décor des quadrilobes de la face opposée ?). Les plaques de cuivre sont fixées par des petits clous de cuivre. La croix se termine par une soie fixée dans un noeud en cuivre doré, en forme de sphère aplatie, avec un décor de six cabochon de verre montés en bâte (verre blanc bleuté, rouge et noir). Le noeud est fixé à une douille de cuivre doré.

Indexation iconographique normalisée

Christ en croix, saint Matthieu, saint Luc, saint Jean, Vierge de Pitié

Description de l'iconographie

Sur les bras de la croix et sur les fleurs de lys des extrémités : rinceaux de roses. Du côté du Christ en croix : le carré de la croisée est occupé par un nimbe avec une croix tréflée et feuillagée et des rayons droits et ondulés, inscription au centre ; Christ en croix (tête tombant vers l'avant, nimbe torsadé avec au centre une croix formée de quatre fleurs de lys, périzonium noué sur sa droite et gravé d'un petit décor, quatre clous) ; sur les quadrilobes, personnages représentés assis : en haut et en bas, saint Jean l'Evangéliste (écrivant sur un phylactère, aigle) ; à gauche, saint Luc (tourné vers la gauche, donc vers l'extérieur, écrivant sur un phylactère, boeuf) ; à droite, saint Matthieu (écrivant sur un phylactère, ange). Sur l'autre face : sur le carré de la croisée, représentation de la Piéta dans un ancadrement pseudo-architectural (sortes de pilastres en forme de balustres, fronton en coquille accosté de volutes et surmonté d'une boule) : la Vierge (nimbée, voilée, assise, en prière) porte le corps du Christ sur ses genoux ; elle est entourée de deux anges (l'un soutient la tête du Christ, celui placé à ses pieds est agenouillé en prière) et derrière sa tête se déroule un phylactère avec une inscription. Sur les quadrilobes, décor de feuilles autour des cabochons. Décor du noeud : frise de feuilles lancéolées ; décor de la douille : treillis.

Dimensions normalisées

H = 43 ; l = 36

État de conservation (normalisé)

Oeuvre composite

Précisions sur l'état de conservation

(voir historique)

Inscription

Inscription (gravée, sur l'oeuvre)

Précisions sur l'inscription

Inscription au centre du nimbe : A I P (?). Inscription sur le phylactère au-dessus de la Vierge : O MATE... RIEMUS.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

auteur inconnu

Siècle de création

16e siècle, 19e siècle

Description historique

La croix est issue d'un remontage du 19e siècle. La forme globale est peut-être celle de la croix d'origine, du 16e siècle. Les plaques recouvrant le carré central (Piéta et nimbe) datent de cette époque. Les bas-reliefs fixés sur les quadrilobes peuvent aussi dater du 16e siècle, mais leur remontage laisse apparaître des incohérences : saint Jean est présent deux fois (un des quadrilobes a-t-il été copié pour combler une manque ?), saint Luc ne regarde pas vers le centre de la croix. Les plaques du fond, ornées de rinceaux de roses, datent probablement du 19e siècle, de même que les quadrilobes ornés de cabochons de verre (dont un seul subsiste ; la fiche MH, établie certainement lors du calssement, mentionne des cabochons rouge et vert) et le noeud. Le Christ et le titulus ont été maladroitement rapportés (les 3 clous ou vis de fixation à grosse tête ronde moulurée sont visibles au revers, sur le robe de la Vierge de la Piéta et sur les bras verticaux) au milieu ou dans la 2e moitié du 19e siècle.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Date et typologie de la protection

1938/01/27 : classé au titre objet

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2009

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 - 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88