instrument d'observation et d'ophtalmologie (stéréoscope de Holmes)

Désignation

Dénomination de l'objet

Instrument d'observation, instrument d'ophtalmologie

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Stéréoscope

Appelation d'usage

Stéréoscope de Holmes ; stéréoscope mexicain

Titre courant

Instrument d'observation et d'ophtalmologie (stéréoscope de Holmes)

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Jura (39) ; Morez ; 35 quai Aimé Lamy ; école professionnelle dite Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard

Numéro INSEE de la commune

39368

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Morez

Adresse de l'édifice

Aimé Lamy (quai) 35

Nom de l'édifice

École professionnelle dite Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard

Référence Mérimée de l'édifice

IA39000662

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Bâtiment de l'enseignement (B), Optique lunetterie (salle 115)

Description

Catégorie technique

Enseignement, optique

Structure et typologie

Instrument spécialisé

Matériaux et techniques d'interventions

Bois feuillu indigène, verre, fer, plastique

Description matérielle

Le stéréoscope de Holmes est destiné à tester les trois degrés de la vision binoculaire de près (vision simultanée, fusion et relief) et à effectuer un travail de rééducation de ses capacités (orthoptie). Il fait appel à des couples d'images ayant une partie commune et des différences. Réalisé en bois feuillu indigène (chêne ?), l'appareil se compose de deux lentilles convexes séparées par une planchette verticale et protégées par une visière (également en bois), et d'une plaque en plastique noir sur laquelle se fixent les deux cartes stéréoscopiques. La plaque, avec graduation en partie basse (pour tenir compte de l'écart pupillaire), peut être rapprochée ou éloignée des lentilles en la faisant coulisser sur son support. Un manche pliable fixé sous le stéréoscope permet de le tenir à la main. Les cartes, en carton imprimé, sont conservées dans une boîte en carton à couvercle amovible.

Dimensions normalisées

Dimensions (en cm) : h = 23, la = 18,5, pr = 31. Dimensions de la boîte : l = 19, la = 11, h = 2.

Inscription

Inscription concernant le fabricant, inscription concernant le lieu d'exécution, logotype, graduations

Précisions sur l'inscription

Graduations (peinte sur la plaque porte-carte) : de 8 à 0 à 8 cm avec traits des unités et des demies. Inscriptions peintes sur le couvercle de la boîte : Cartons stéréoscopiques / pour le traitement / des / hétérophories et strabismes intermittents / sélectionnés par les docteurs Hartmann & Vallon / 3e édition (modèle déposé) / [logotype : dans un cercle, à gauche deux lentilles vues en coupe et à droite les lettres L et C superposées] / Luneau & Coffignon / Paris.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Luneau et Coffignon (fabricant) ; Holmes Oliver-Wendell (inventeur)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Hartmann Edward (personnage célèbre), Braun-Vallon Suzanne (personnage célèbre)

Lieu de création

Lieu d'exécution : France, 75, Paris

Siècle de création

3e quart 20e siècle

Description historique

Ce stéréoscope a été réalisé dans le troisième quart du 20e siècle par la société de matériel ophtalmologique Luneau et Coffignon, issue de la maison Luneau fondée en 1928. Signalée à Paris au 3 rue d'Edimbourg et au 81 boulevard Malesherbes, actuellement basée à Prunay-le-Gillon (Eure-et-Loir), cette société a fusionné en 2003 avec Visionix (fondé en 1994) et acquis en 2010 Briot International, fabricant depuis 1934 des meuleuses pour opticiens. Utilisé pour tester la vision binoculaire, l'appareil a aussi pu servir à la correction du strabisme suivant une méthode mise au point à l'hôpital Lariboisière, juste après le deuxième guerre mondiale, par les professeurs Edward Hartmann (1893-1975) et Suzanne Braun-Vallon. Le principe de la stéréoscopie a été décrit en 1838 par le physicien anglais Charles Wheatstone (1802-1875), qui réalise alors le premier stéréoscope, et un nouveau modèle (dit 'mexicain'), plus léger et meilleur marché, été inventé vers 1860 par le médecin et poète Oliver-Wendell Holmes (1809-1894).

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'un établissement public

Références documentaires

Cadre de l'étude

Inventaire topographique ; enquête thématique régionale (lycées publics de Franche-Comté)

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Adresse du dossier Inventaire

Région Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 8, avenue Denfert-Rochereau 25000 Besançon - 03.63.64.20.00

instrument d'observation et d'ophtalmologie (stéréoscope de Holmes)
instrument d'observation et d'ophtalmologie (stéréoscope de Holmes)
© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
Voir la notice image