projecteur stellaire ZPK 1

Désignation

Dénomination de l'objet

Instrument pédagogique ou scientifique

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Projecteur stellaire

Titre courant

Projecteur stellaire ZPK 1

Localisation

Localisation

Occitanie ; Haute-Garonne (31) ; Toulouse ; Edouard-Belin (avenue) 7 ; planétarium de l'école nationale d'aviation civile

Numéro INSEE de la commune

31555

Lieu-dit

Montaudran-Lespinet (quartier)

Adresse de l'édifice

Edouard-Belin (avenue) 7

Nom de l'édifice

Planétarium de l'école nationale d'aviation civile

Référence Mérimée de l'édifice

IA31010118

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Description

Catégorie technique

Patrimoine aéronautique

Matériaux et techniques d'interventions

Verre, métal, bois

Description matérielle

L’instrument se constitue d’une estrade avec un marchepied sur lequel l’appareil est installé. Deux lampes de 60W chacune, fixées de part et d’autre du bâti, éclairent la salle. Celles-ci sont suffisantes, puisque la coupole réfléchit bien la lumière de par sa couleur. Un tableau de commande au centre de la structure, sous la sphère instrumentale, permet de mettre en marche l'appareil, celle-ci étant à la fois électrique et actionnée manuellement. La sphère instrumentale est installée au centre de la structure, en hauteur. La sphère instrumentale, servant à projeter les étoiles fixes, est dotée de 31 projecteurs, avec des objectifs photographiques de 30mm de distance focale, qui permettent la projection de 5000 étoiles jusqu’à la 6e grandeur. Chaque projecteur projette une portion de ciel à l’aide de diapositives. Ces diapositives sont des feuilles de cuivre de 0.015mm d’épaisseur perforées à l’emplacement des étoiles. Les perforations sont plus ou moins grandes en fonction de la taille et de la brillance des étoiles. Ces diapositives sont créées à partir de cartes célestes de références, à l’échelle 1 :2.5. Tous ces projecteurs d’étoiles fixes sont munis de diaphragmes mécaniques qui permettent de réduire la luminosité à l’approche de la ligne d’horizon et de l’occulter totalement sous cette même ligne. Un projecteur spécial, situé entre les projecteurs 4,9 et 14 au sein de la sphère instrumentale, permet la projection de la voie lactée. Une lampe à l’intérieur du projecteur, sans condenseur, permet de transmettre l’image de la voie Lactée qui est apposée sur la face interne d’un tube de verre. L’absence de condenseur confère à la voie lactée une faible luminosité avec des contours imprécis. Le soleil, la lune et les planètes sont projetés à l’aide de projecteurs spéciaux, modulables pour présenter leurs phases exactes. Des projecteurs toriques pour la projection du méridien, de l’équateur céleste, de l’écliptique, du cercle horaire, du cercle vertical, du cercle d’horizon ainsi que des angles horaires, représentent des lignes interrompues correspondant aux degrés. Chaque ligne possède une interruption ainsi qu’une couleur différente afin de les identifier. Certains projecteurs sont mobiles, comme celui du cercle solaire, afin de rendre compte du mouvement diurne du ciel (mouvement visible des astres lié à la rotation de la terre autour de son axe). Le mouvement diurne de la sphère céleste est enclenché par un moteur électrique, tandis que les mouvements du pôle et de l’équateur s’effectuent manuellement à l’aide d’une manivelle.

Dimensions normalisées

H = 220 cm, d = 157 cm

État de conservation (normalisé)

En état de marche

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Zeiss Carl VEB (fabricant)

Lieu de provenance

Allemagne

Siècle de création

3e quart 20e siècle

Année de création

1975

Description historique

Le planétarium, installé en 1975 sur le campus, servait à l’apprentissage du vol de nuit pour les pilotes, qui ne pouvaient s’orienter qu’avec les étoiles. Le projecteur stellaire ZKP 1, construit en 1950 par l’entreprise allemande VEB de Carl Zeiss, a la capacité de projeter simultanément le soleil, la lune, les planètes, la voie lactée, ainsi que les étoiles et toutes les lignes structurantes de la voute céleste tels que les méridiens, l’équateur, le cercle d’horizon… La firme de Carl Zeiss, créée en novembre 1846, inventa le premier système du planétarium. Un ingénieur de l’entreprise proposa un prototype à Carl Zeiss en 1913. Une première projection en 1923 se fit sur les toits de l’usine en Allemagne, avant que le projecteur ne soit installé au Deutsches Museum de Munich. Ce projecteur stellaire ZPK 1 provient de l’usine VEB de Carl Zeiss, implantée en Allemagne de l’Ouest après la Seconde Guerre Mondiale.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'un établissement public

Références documentaires

Cadre de l'étude

Dossier ponctuel

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2016

Date de rédaction de la notice

2016

projecteur stellaire ZPK 1
projecteur stellaire ZPK 1
(c) Inventaire général Région Occitanie
Voir la notice image