tableau d'autel et son cadre : La traversée de saint Raymond de Pényafort

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau d'autel, cadre

Titre courant

Tableau d'autel et son cadre : La traversée de saint Raymond de Pényafort

Localisation

Localisation

Occitanie ; Haute-Garonne (31) ; Montlaur ; chapelle Notre-Dame-de-Maravals (non étudiée)

Numéro INSEE de la commune

31384

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Haute-Garonne

Canton

Montgiscard

Lieu-dit

En Mitou

Nom de l'édifice

Chapelle Notre-Dame-de-Maravals (non étudiée)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

1ère chapelle latérale sud depuis le choeur

Description

Catégorie technique

Peinture, menuiserie

Structure et typologie

Rectangulaire vertical

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (en un seul lé, support) : peinture à l'huile, sur apprêt, stuc : taillé, mouluré, peint : faux bois

Description matérielle

Ce tableau est encastré dans le retable de l' autel secondaire. Ce tableau, de format rectangulaire vertical, est une peinture à l' huile sur un seul support de toile. Elle comporte un apprêt coloré rougeâtre apparent par endroits. Une inscription est peint en lettre dorée sur la partie inférieure gauche de l' oeuvre. Le cadre est entièrement en stuc. Il s' agit du cadre support du petit retable. Ce cadre est mouluré et taillé. Il est également peint à l' imitation du bois.

Indexation iconographique normalisée

Scène historique (saint Raymond de Penyafort : en pied, de trois-quarts, manteau, bâton, traversée : mer, ange, nuée)

Description de l'iconographie

Le tableau représente le saint dominicain Raymond de Pényafort, traversant la mer à l'aide de son manteau et de son bâton qui se change en mât. Vêtu de son habit ecclésiastique de dominicain, il se tient de trois-quart, en pied, sur la mer. Son manteau forme une voile qui lui permet d' avancer sur l' eau. Il est aidé par un ange du côté dextre, qui souffle dans la voile improvisée. D' autres angelots, dans des nuées, accompagnent la curieuse embarcation.

Dimensions normalisées

H = 109,5 ; la = 100 Dimensions de la toile à l' ouverture du cadre. Dimensions de la toile avec le cadre : h = 126, la = 117,5, pr = 4,5.

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée, mauvais état, manque

Précisions sur l'état de conservation

Le cadre support en stuc est très abimé. Des morceaux du stuc se détache du cadre. La peinture s' estompe par endroits.

Inscription

Inscription concernant l'iconographie (peint, sur l'oeuvre), inscription concernant le propriétaire (peint, sur l'oeuvre, connue par document)

Précisions sur l'inscription

L'inscription peinte sur l'oeuvre en bas à gauche, partiellement illisible, est constitué de cinq initiales : "S.R.A.L.D"(?). L' inscription située au dos de la toile, indique que l' oeuvre a appartenu à Jean-François Pader.

Historique

Personne morale créatrice de l'objet

Espagnole (école)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Pader Jean-François (propriétaire)

Siècle de création

2e moitié 17e siècle, 18e siècle

Description historique

Ce tableau, de format rectangulaire vertical, est une peinture à l' huile sur toile représentant la traversée de la mer par saint Raymond de Pényafort. Ce saint est un dominicain catalan, né en 1175, au château de Pényafort près de Barcelone. Il entra en 1222 dans l' ordre des Frères Prêcheurs et fonda, avec saint Pierre Nolasque, l' Ordre de la Merci. Sur ce tableau l' épisode de la vie de saint Raymond qui est représenté relate le miracle suivant : ayant accompagné le roi d' Aragon dans l' île de Majorque, il tomba en disgrâce et le roi lui refusa de s' embarquer pour regagner Barcelone. Il prit son manteau, l' étendit sur la mer et, se servant de son bâton comme d' un mât, il vogua sur cet esquif improvisé jusqu' en Catalogne. Ce miracle est l' épisode le plus fréquemment représenté de la vie de saint Raymond de Pényafort. Par ces caractéristiques stylistiques, ce tableau date vraisemblablement de la seconde moitié du 17e siècle. Il est très proche de la production picturale des peintres espagnols de la 1ère moitié du 17e siècle, notamment celle de Zurbaran (1598-1664). D' origine sévillane, Zurbaran a effectué de nombreux travaux pour les couvents de sa région, notamment le cycle de la vie de Saint Bonaventure, destiné au collège de Saint-Bonaventure. Parmi ses dernières oeuvres célèbres, on trouve une série de Saintes, dont la Sainte Apolline du Louvre fait partie. L' artiste ayant peint cette représentation de saint Raymond de Pényafort, est inconnu. Il s' agit peut-être d' un peintre espagnol étant donné que le sujet, d' origine espagnole n' est pas couramment traité dans la région. Au dos de l' oeuvre, une inscription, connue par document, indique que le tableau appartenait à Jean-François Pader, petit-fils d' Hilaire Pader, peintre à Toulouse dans la 1ère moitié du 17e siècle. Ce dernier possédait des terres dans la région de Belberaud, petit village près de Montlaur. Jean-François détenait une collection d' oeuvres dont ce tableau faisait partie. Datable du 18e siècle, le cadre support en stuc n' est pas le cadre d' origine de l' oeuvre. Il cache une partie du drapé de la tunique du saint et une partie du manteau. L' oeuvre a peut-être été réduite en dimensions.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Observations

Tableau particulièrement intéressant par son iconographie originale et son traitement stylistique caractéristique de la production picturale espagnole.

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Dossier ponctuel

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2004

tableau d'autel et son cadre : La traversée de saint Raymond de Pényafort
tableau d'autel et son cadre : La traversée de saint Raymond de Pényafort
(c) Inventaire général Région Occitanie
Voir la notice image