tableau et son cadre : Remise du Rosaire à saint Dominique en présence de saint Augustin d'Hippone (?)

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau, cadre

Titre courant

Tableau et son cadre : Remise du Rosaire à saint Dominique en présence de saint Augustin d'Hippone (?)

Localisation

Localisation

Occitanie ; Haute-Garonne (31) ; Deyme ; église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine (non étudiée)

Numéro INSEE de la commune

31161

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Haute-Garonne

Canton

Montgiscard

Nom de l'édifice

Église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine (non étudiée)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Nef, élévation ouest

Description

Catégorie technique

Peinture, menuiserie

Structure et typologie

Rectangulaire vertical, cintrée

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (support) : peinture à l'huile, sur apprêt, bois (en plusieurs éléments) : taillé, mouluré, doré à la feuille, sur apprêt : plâtre

Description matérielle

Le tableau est une peinture à l' huile sur toile de format rectangulaire vertical, cintrée dans sa partie supérieure. La préparation rougeâtre sous-jacente est très apparente par endroits. Le cadre, constitué de plusieurs éléments de bois, est recouvert d' une légère couche de plâtre. Il est doré à la feuille sur un apprêt de couleur rougeâtre.

Indexation iconographique normalisée

Scène historique (Vierge à l'Enfant, assis, saint Dominique de Guzman : dominicain, agenouillé, de profil, vision : rosaire, chien : flamme, saint Augustin d'Hippone : évêque, debout, tiare, crosse, nuée)

Description de l'iconographie

Le tableau représente la remise du Rosaire à saint Dominique en présence de saint Augustin d' Hippone (?). La Vierge, assise sur des nuées tient l' Enfant Jésus sur ses genoux. Saint Dominique de Guzman, figuré sous les traits d' un jeune homme tonsuré et imberbe, revêtu de sa robe blanche de dominicain, prend délicatement le rosaire des mains de la Vierge. Aux pieds de saint Dominique, un chien tenant une torche enflammée, attribut individuel du saint, symbolise aussi l' emblème de tous les dominicains. Du côté senestre, un évêque en pied, peut-être saint Augustin, tient sa crosse et regarde l' Enfant Jésus. Saint Augustin porte également son autre main sur sa poitrine. La mitre épiscopale est disposée au premier plan, au centre du tableau. L' état de l' oeuvre empêche une lecture complète de tous les éléments de l' iconographie.

Dimensions normalisées

H = 224,5 ; la =185 Dimensions de la toile à l' ouverture du cadre. Dimensions du tableau avec son cadre : h = 244, la = 211,5, pr = 6.

État de conservation (normalisé)

Mauvais état, mauvaises conditions de conservation

Précisions sur l'état de conservation

La toile est recouverte de chancis et est déchirée dans sa partie inférieure. Des morceaux de l' apprêt de plâtre se détachent par endroits du cadre.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Michel Marguerite de (?, peintre)

Personne morale créatrice de l'objet

Toulousaine (école)

Siècle de création

1ère moitié 18e siècle (?)

Description historique

Ce tableau, de format rectangulaire vertical est cintré dans sa partie supérieure. C' est une peinture à l'huile sur toile représentant la remise du Rosaire à saint Dominique en présence de saint Augustin d' Hippone. Cette oeuvre évoque le rôle joué par saint Dominique dans la diffusion de la piété mariale et la création de la dévotion du Rosaire, son iconographie combinant celle de l'apparition de la Vierge du Rosaire à Albi au type iconographique du saint dominicain avec le symbole parlant du chien tenant une torche enflammée. La présence de saint Augustin d'Hippone, s'il s'agit bien de lui, peut être une volonté du commanditaire car il n' y a aucun épisode connu où ce docteur de l'Eglise est associé à saint Dominique. Il s' agit probablement d' un tableau d' autel. Cette oeuvre peut être de la main de Marguerite de Michel, femme peintre active à Toulouse au 18e siècle. Les visages des personnages sont caractéristiques de son style : des traits affirmés, un front large, une petite bouche. De même les mains, très longues et traitées de façon maladroite, rappellent les oeuvres qu' elle a peint pour l'église de Montgiscard. Si elle a réalisé cette peinture, l'oeuvre peut être datée de la 1ère moitié du 18e siècle, même si elle est stylistiquement datable de la seconde moitié du 17e siècle. En effet, Marguerite de Michel, influencée par la peinture du 17e siècle, reste très archaïque dans ces compositions. Cette peinture, ni signée ou datée, est cependant d' une grande qualité plastique, son auteur a exécuté une oeuvre très proche de ces séries de tableaux de dévotion exécutés pour les églises ou les couvents. La composition est probablement une création originale. Le cadre ne paraît pas être celui d' origine et pourrait dater du 19e siècle.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Date et typologie de la protection

1996/10/14 : inscrit au titre objet

Précisions sur la protection

Intitulé de l' arrêté de protection : "L'institution du Rosaire, toile peinte accrochée au mur ouest dans l' église, cadre bois doré, XVIIIe siècle"

Observations

Oeuvre intéressante par son traitement iconographique et stylistique.

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Dossier ponctuel

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2004

tableau et son cadre : Remise du Rosaire à saint Dominique en présence de saint Augustin d'Hippone (?)
tableau et son cadre : Remise du Rosaire à saint Dominique en présence de saint Augustin d'Hippone (?)
(c) Inventaire général Région Occitanie
Voir la notice image