ensemble de la lunette équatoriale coudée et de ses accessoires

Désignation

Dénomination de l'objet

Lunette astronomique

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Lunette équatoriale coudée

Titre courant

Ensemble de la lunette équatoriale coudée et de ses accessoires

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Doubs (25) ; Besançon ; 34 avenue de l'Observatoire ; abri d'instrument équatorial dit pavillon de l'équatorial coudé

Numéro INSEE de la commune

25056

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Besançon

Canton

Besançon nord-ouest

Lieu-dit

Bouloie (la)

Adresse de l'édifice

Observatoire (avenue de l') 34

Nom de l'édifice

Abri d'instrument équatorial dit pavillon de l'équatorial coudé

Référence Mérimée de l'édifice

IA25000381

Description

Catégorie technique

Astronomie

Matériaux et techniques d'interventions

Laiton, verre

Description matérielle

Cette lunette équatoriale coudée, système Loewy, possédait un objectif de 33 cm de diamètre et de 6, 40 m de focale. Les deux miroirs plans avaient un diamètre de 45 cm. L'instrument était entraîné par un système d'horlogerie à poids. Il disposait de trois micromètres avec onze oculaires (grossissements : 67, 90, 124, 161, 206, 323, 379, 550, 825, 1031 et 1179). L'abri de la lunette était équipé d'une fente équatoriale et d'une trappe mobile permettant son ouverture et sa fermeture. Lorsque la partie coudée de la lunette était couchée horizontalement, l'extrémité hors de la cabane était recouverte comme dans un étui par une coquille mécanique en tôle.

Dimensions normalisées

Lunette : distance focale l = 640, objectif d = 33, miroirs plans d = 45.

État de conservation (normalisé)

Oeuvre démontée

Précisions sur l'état de conservation

Les parties mécaniques et optiques de la lunette, démontée en 1967, sont en partie conservées.

Inscription

Inscription concernant le fabricant (gravée, sur l'oeuvre), inscription concernant le lieu d'exécution (gravée, sur l'oeuvre), date (gravée, sur l'oeuvre), graduations (gravées, sur l'oeuvre)

Précisions sur l'inscription

Inscriptions gravées sur le cercle horaire : W. EICHENS / P. GAUTIER / PARIS 1882. Graduations sur le limbe du cercle en laiton : de 1 à 24, gradué en minutes d'heures de 15 en 15.

Historique

Lieu de création

Lieu d'exécution : Ile-de-France, 75, Paris

Siècle de création

4e quart 19e siècle

Année de création

1882, 1890

Description historique

En 1881, le prototype d'une nouvelle lunette équatoriale, conçue dix ans plus tôt par l'astronome Maurice Loewy (1833-1907), est installé à l'observatoire de Paris puis des instruments de ce type sont implantés dans les observatoires de Besançon, Lyon, Nice et Alger, etc. (sept seront construits). Stable, l'instrument est destiné aux observations extra-méridiennes et offre le double mérite d'éviter les mouvements de la lunette, de la coupole et de l'observateur, ce dernier pouvant en outre travailler assis dans une pièce chauffée au lieu d'être sous une coupole à la température extérieure. La construction de l'équatorial coudé de Besançon est due à Paul Gautier bien que le cercle horaire, daté de 1882, soit signé Eichens-Gautier, à Paris (113 rue d'Enfer, actuelle rue Henri Barbusse). En effet, Wilhelm Eichens (qui débuta chez Secrétan avant de s'établir à son compte en 1866) étant tombé malade en 1880, il est assisté par Gautier qui, dans un second temps, a pris sa suite et les nombreuses commandes en cours (lunettes pour le passage de Vénus de 1882, instruments destinés aux observatoires de province, prototype de l'équatorial coudé de Loewy, etc.). En 1888, la ville de Besançon attribue une subvention de 1700 francs pour la construction de l'abri : la cabane, la trappe et la coquille sont alors réalisées selon les plans du directeur de l'observatoire Louis-Jules Gruey. Les miroirs, installés en 1890, sont réargentés en 1899 par Gautier puis en 1913 par son successeur, Georges Prin (56 boulevard Arago, à Paris), qui nettoie également l'objectif et les organes mécaniques. L'instrument est utilisé de 1890 à 1967, notamment pour l'observation des comètes (dont la comète de Halley en 1910), des petites planètes, des étoiles doubles et des occultations d'étoiles. Il est démonté en 1967 et le bâtiment partiellement démantelé à cette date. Une bonne partie des pièces le composant (oculaire notamment), conservée sur le site, a été identifiée en novembre 2001.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Observations

Instrument rare, l'équatorial coudé fait partie de la dotation initiale de l'observatoire.

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Recensement du patrimoine astronomique

Dénomination du dossier

Dossier avec sous-dossier

Partie constituante

Horloge, instrument d'observation, instrument de mesure des longueurs

Références des parties constituantes étudiées

IM25001961, IM25001962, IM25001963, IM25001964

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2008

Adresse du dossier Inventaire

Région Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 8, avenue Denfert-Rochereau 25000 Besançon - 03.63.64.20.00

1/11
ensemble de la lunette équatoriale coudée et de ses accessoires
ensemble de la lunette équatoriale coudée et de ses accessoires
© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP ; © Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
Voir la notice image