lavabo en niche

Désignation

Dénomination de l'objet

Lavabo en niche

Titre courant

Lavabo en niche

Localisation

Localisation

Occitanie ; Aveyron (12) ; Villefranche-de-Rouergue ; Valadier (rue) ; couvent d'ermites de saint Augustin puis église paroissiale Saint-Augustin

Numéro INSEE de la commune

12300

Adresse de l'édifice

Valadier (rue)

Nom de l'édifice

Couvent d'ermites de saint Augustin puis église paroissiale Saint-Augustin

Référence Mérimée de l'édifice

IA12000036

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Bas-côté sud, 2e chapelle depuis l' entrée, dite des Pomairols, élévation sud

Description

Catégorie technique

Taille de pierre, sculpture

Structure et typologie

Plan (rectangulaire vertical), élévation (droite)

Matériaux et techniques d'interventions

Calcaire (en plusieurs éléments) : taillé, décor en bas-relief, décor en haut-relief, décor dans la masse

Description matérielle

Ce lavabo en niche est constitué de plusieurs éléments de pierre calcaire. Il se présente sous la forme de deux dais architecturés superposés. Chaque dais comporte une niche. La partie supérieure du dais inférieur est de plan en demi-lune et sert de socle au dais supérieur. La niche du dais inférieur, qui accueillait primitivement le lavabo proprement dit a été comblée et partiellement cimentée. L'ensemble du lavabo en niche comporte un décor en relief dans la masse, en bas-relief et également en haut-relief. L'oeuvre est surmontée par deux autres éléments également en haut-relief faisant partie intégrante du mur.

Indexation iconographique normalisée

Figures bibliques (angelot, en pied), figures mythologiques, ornement à forme architecturale (dais, pilastre, arcature, chapiteau, grotesque), ornement à forme végétale (rinceau : acanthe, coquille), figures (homme, travail du métal : monnaie, lutte)

Description de l'iconographie

L'ensemble du lavabo en niche reprend un décor architectural, végétal et ornemental antiquisant propre à la Renaissance. Il comporte également un décor de grotesque. La partie supérieure du dais inférieur, formant socle de l'autre dais, est ornée d'une série de trois scènes retraçant les activités de la famille de Pomairols. La première scène représente un ouvrier forgeant une pièce de métal, référence au travail de l'atelier monétaire. La deuxième scène figure deux personnages qui s'affrontent. Nous pouvons y voir un rappel de la bravoure des Pomairols lors des affrontements contre les huguenots. La troisième scène est difficilement identifiable. La partie supérieure du dais est surmontée par une figure de putti dénudé.

Dimensions normalisées

H = 457 ; la = 87 ; pr = 30 Dimensions totales de l'oeuvre.

État de conservation (normalisé)

Manque, mauvaises conditions de conservation

Précisions sur l'état de conservation

L'ensemble de l'oeuvre est affectée par un problème d'humidité dû au crépi. Les figures du bas-relief sont ruinées. Du ciment a été rajouté dans la niche inférieure.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Bachelier Nicolas (sculpteur)

Personne morale créatrice de l'objet

Bachelier Nicolas (atelier) ; Toulousaine (école)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Pomairols de (commanditaire)

Lieu de création

Midi-Pyrénées, 12, Villefranche-de-Rouergue

Siècle de création

Milieu 16e siècle

Description historique

Ce lavabo en niche a été mis en place en même temps que le retable architecturé. Tout comme ce dernier, il est attribuable à l'atelier du sculpteur toulousain Nicolas Bachelier et date sans doute du milieu du 16e siècle. Ce décor a été mis en place sous les auspices de la famille de Pomairols. Le décor du dais comporte justement trois scènes qui étaient autant d'allégories parlantes de l'activité et du rôle joué par la famille de Pomairols dans l'histoire et la vie économique et sociale de Villefranche-de-Rouergue. Le bas-relief représentant la frappe des monnaies est une allusion aux fonctions de Jean de Pomairols, maître de la monnaie à Limoges, qui s'était établi en la même qualité à Villefranche-de-Rouergue en 1489. Ce lavabo en niche a perdu aujourd'hui sa fonction primitive et le dais supérieur accueille une statue en plâtre représentant sainte Thérèse de Lisieux. Cette statue, datant du 2e quart du 20e siècle, a été exécutée par un fabricant de statues dont le cachet reste illisible car masqué par le surpeint qui la recouvre.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Opération ponctuelle

Dénomination du dossier

Sous-dossier

Partie constituante non étudiée

Statue

Intitulé de l'ensemble

Décor de la chapelle des Pomairols

Référence des l'ensemble

IM12000398

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2004