tableau d'autel et son cadre : Calvaire avec sainte Marie-Madeleine dit Le Christ en croix

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau d'autel, cadre

Appelation d'usage

Numéro d'inventaire du FNAC : PFH-1311

Titre courant

Tableau d'autel et son cadre : Calvaire avec sainte Marie-Madeleine dit Le Christ en croix

Localisation

Localisation

Occitanie ; Aveyron (12) ; Villecomtal ; église paroissiale Saint-Barthélemy-et-Saint-Eutrope (non étudiée)

Numéro INSEE de la commune

12298

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Aveyron

Canton

Estaing

Nom de l'édifice

Église paroissiale Saint-Barthélemy-et-Saint-Eutrope (non étudiée)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Retable du maître-autel

Description

Catégorie technique

Peinture, menuiserie

Structure et typologie

Rectangulaire vertical, cintré

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (support, en un seul lé) : peinture à l'huile, bois (en plusieurs éléments) : taillé, mouluré, doré à la feuille

Description matérielle

Le tableau d'autel orne la travée centrale du retable du maître-autel. Il s'agit d'une peinture à l'huile sur toile, de format rectangulaire vertical et cintré à oreilles dans la partie supérieure. Le support comporte un seul lé. Le cadre en bois mouluré doré est assemblé à onglet et vis de rappel. Il présente la même forme que la toile. Le tableau est encastré dans le maître-autel, le cadre inférieur repose sur 4 tenons fichés verticalement dans le retable.

Indexation iconographique normalisée

Scène biblique (Calvaire, les trois Marie, sainte Marie-Madeleine, fond de paysage, vue d'architecture : Jérusalem)

Description de l'iconographie

Le tableau représente le Christ en croix avec sur la droite saint Jean l'Evangéliste, et sur la gauche, la Vierge s'évanouissant de douleur dans les bras des Saintes Femmes. Sainte Marie-Madeleine, au long cheveux déliés, est agenouillée au pied de la croix, enlaçant celle-ci. La scène se déroule sous un ciel orageux. A l'arrière-plan, est figurée la ville de Jérusalem avec le Temple.

Dimensions normalisées

H = 370 ; la = 220 Dimensions de la toile à l'ouverture du cadre, la hauteur est très approximative. Dimensions avec le cadre : h = 412, la = 262, pr = 8.

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Précisions sur l'état de conservation

La toile présente un chancis généralisé. La toile est séparée de son châssis sur le côté latéral gauche, elle se gondole légèrement, en particulier dans la partie inférieure. Celle-ci est aussi caractérisée par une accumulation de gravats derrière la toile, menaçant de la percer. Présence de nombreux petits trous, à côté de la tête de saint Jean. Importante déchirure verticale au-dessus de la tête de la Vierge. L'oeuvre comporte également des traces de coulures d'eau. Le vernis est très assombri.

Inscription

Signature (peint, sur l'oeuvre)

Précisions sur l'inscription

La toile porte en bas à gauche l'inscription suivante, très effacée : "A. Colin".

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Colin Alexandre-Marie (peintre)

Personne morale créatrice de l'objet

Française (école)

Lieu de création

Ile-de-France, 75, Paris

Siècle de création

3e quart 19e siècle

Année de création

1850

Description historique

Ce tableau, une peinture à l'huile sur toile, représentant le Calvaire avec sainte Marie-Madeleine, porte la signature du peintre parisien Alexandre-Marie Colin (1798-1873). Elève de Girodet, ami des peintres Delacroix et Bonington, il appartient au cercle romantique comme en témoignent la gamme chromatique et le mouvement dramatique qui caractérisent le tableau d'autel de Villecomtal. Il expose au Salon à partir de 1819. Il devait exécuter de nombreuses commandes pour l'Etat, dont en 1841 un Christ en croix d'après Rubens pour l'église paroissiale de Choisy-le-Roi, et en 1843 une Résurrection du Christ pour l'église paroissiale de l'Assomption de Beaumont-en-Lomagne (82). Il s'agit ici d'un achat par commande à l'artiste en 1850, sous le titre "Le Christ en croix". Achevée en 1850, l'oeuvre est acquise pour la somme de 1200 francs. Lors de la commande, Colin avait proposé à l'achat une copie d'un tableau de Titien, réplique exécutée lors d'un séjour en Angleterre. C'est finalement cette oeuvre originale qui est achetée, où les réminiscences de la peinture de Rubens sont nombreuses. En 1845, un nouveau programme de réaménagement et de remeublement a lieu dans cette église paroissiale avec la mise en place de la chaire à prêcher et de la clôture de choeur par le sculpteur Routaboul d'Auriac. C'est très vraisemblablement à cette occasion que la commune demande l'envoi d'un nouveau tableau pour le retable du maître-autel. Le tableau est déposé en 1850 dans l'église paroissiale de Villecomtal. L'oeuvre est répertoriée sur les registres du FNAC sous le numéro d'inventaire PFH-1311.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Recensement des oeuvres appartenant à l'Etat

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2004

1/3
tableau d'autel et son cadre : Calvaire avec sainte Marie-Madeleine dit Le Christ en croix
tableau d'autel et son cadre : Calvaire avec sainte Marie-Madeleine dit Le Christ en croix
(c) Inventaire général Région Occitanie
Voir la notice image