Peinture monumentale du mur est de la chapelle Sainte-Madeleine

Désignation

Dénomination de l'objet

Peinture monumentale

Titre courant

Peinture monumentale du mur est de la chapelle Sainte-Madeleine

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Aisne (02) ; Saint-Quentin ; Ancienne collégiale royale, actuellement basilique Saint-Quentin

Numéro INSEE de la commune

02691

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Saint-Quentinois

Canton

Saint-Quentin

Adresse de l'édifice

Ancienne collégiale royale, actuellement basilique Saint-Quentin

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Mur est de la deuxième chapelle du collatéral sud de la nef

Description

Catégorie technique

Peinture murale

Structure et typologie

Plan (rectangulaire horizontal)

Matériaux et techniques d'interventions

Enduit (support) : peinture à l'huile

Description matérielle

La peinture, située au-dessus de l'autel, est constituée actuellement de deux scènes de format rectangulaire vertical, disposées côte à côte mais non accolées. La technique de la peinture à l' huile sur enduit semble avoir été utilisée. Une niche peu profonde, placée au centre de la paroi peinte, empiète sur un côté des deux scènes qui sont de ce fait lacunaires. Seul un filet peint sert d'encadrement aux deux scènes.

Indexation iconographique normalisée

Scène biblique, Christ enseignant, ?, sainte Madeleine, scène biblique, Repas chez Simon

Description de l'iconographie

La première scène, à gauche, semble se passer à l'intérieur d'un monument gothique voûté (une église ?), vu en perspective et dallé de carreaux noirs et blancs. Dans le vaisseau central bordé de colonnettes grêles, le Christ, debout et de face, est entouré de sept personnages. Il abaisse le regard sur Marie-Madeleine, richement vêtue, agenouillée ou assise devant lui. Elle est accompagnée d'un homme assis sur le sol, de profil (saint Lazare ?), portant de riches habits, et d'une femme en prière, sobrement vêtue (sainte Marthe ?). Le Christ est entouré de quatre religieux, dont trois tonsurés. La scène présente de nombreuses maladresses, dues à une restauration : disproportion des personnages, absence du bras droit de sainte Madeleine, etc., qui nuisent à la compréhension de la scène. Il peut s'agir d'une conversion de sainte Madeleine, ou plus probablement du Christ prêchant en présence de sainte Madeleine et de sa famille.

Dimensions normalisées

H=170 ; la=193 ; Dimensions totales, avec la niche. La peinture est située à 270 cm du sol. Scène gauche : la=96 ; scène droite : la=97

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

La technique du trateggio a été utilisée pour la restauration. Malgré cette restauration, on remarque des soulèvements de la peinture dans l'angle supérieur droit de la scène à droite. Sur tout le pourtour des scènes, une bande cimentée détermine leur cadre.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Descaurres Quentin (?, peintre)

Siècle de création

Limite 15e siècle 16e siècle (?), 2e moitié 19e siècle (?)

Description historique

A l'origine, le décor de la chapelle Sainte-Madeleine devait être homogène et devait, si l'on s'en réfère au style des parois septentrionale et occidentale, remonter à la fin du 15e siècle ou au début du 16e siècle. L'auteur en était peut-être maître Quentin Descaurres. Lors de la découverte des peintures en 1858, M. Bénard en fit un compte-rendu iconographique dans une communication des Mémoires de la Société Académique de Saint-Quentin. Dans son exposé, la description iconographique du mur oriental diffère de ce qui est visible aujourd'hui. Pour le mur oriental, il évoque deux scènes se rapportant à la Résurrection de Lazare : à gauche, la Madeleine se précipite aux pieds du Christ et le supplie de sauver Lazare, les deux protagonistes sont entourés par Marthe et quelques disciples ; à droite, le Christ ressuscite Lazare devant les témoins de la scène précédente et le fossoyeur. A l'heure actuelle, certains éléments de la scène la plus à gauche peuvent évoquer les suppliques de la Madeleine aux pieds du Christ : celle-ci est agenouillée, plusieurs témoins assistent à la scène, l'homme assis par terre pourrait être Lazare, en dépit du fait qu'il paraisse bien vivant. En revanche, dans la scène droite, rien ne peut être rattaché à la Résurrection de Lazare. Lorsque Jules Hachet fait à son tour une description du décor en 1926, il identifie la scène à gauche comme la Conversion de sainte Madeleine et la scène à droite comme le Repas chez Simon. Cette interprétation est acceptable pour les scènes qui sont visibles aujourd'hui. Lors du percement de la niche au 19e siècle, qui a largement amputé le centre de la peinture, une restauration assez lourde a peut-être dénaturé complètement l'iconographie d'origine tout en modifiant profondément le style des peintures de la fin du 15e ou du début du 16e siècle.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Date et typologie de la protection

1840 : classé au titre immeuble

Précisions sur la protection

Liste de 1840.

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Recensement des peintures murales ; enquête thématique régionale (la basilique de Saint-Quentin)

Dénomination du dossier

Sous-dossier

Intitulé de l'ensemble

Ensemble des peintures monumentales de la chapelle Sainte-Madeleine : scènes de la vie de sainte Madeleine

Référence de l'ensemble

IM02003036

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2008

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel
21 mail Albert-Ier 80000 Amiens

1/3
Vue générale des peintures du mur oriental. ; Vue générale des peintures du mur oriental.
Vue générale des peintures du mur oriental. ; Vue générale des peintures du mur oriental.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Voir la notice image