2 tableaux d'autel : Vierge et une sainte femme, Saint Jean

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau d'autel (2)

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

En pendant

Titre courant

2 tableaux d'autel : Vierge et une sainte femme, Saint Jean

Localisation

Localisation

Picardie ; Aisne (02) ; Montcornet ; église paroissiale Saint-Martin (non étudiée)

Numéro INSEE de la commune

02502

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Aisne

Canton

Rozoy-sur-Serre

Nom de l'édifice

Église paroissiale Saint-Martin (non étudiée)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Dans le choeur, de part et d'autre du retable du maître-autel

Description

Catégorie technique

Peinture

Structure et typologie

Rectangulaire vertical, cintré

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (en 2 lés, support) : détrempe à la colle (?), peinture à l'huile

Description matérielle

Les tableaux semblent avoir été réalisés selon la technique de la détrempe à la colle (?). Chaque tableau est constitué de 2 lés de toile assemblés verticalement. Le grain de la toile est assez grossier, la texture est apparente sous la surface picturale qui paraît avoir été exécutée sans apprêt. Le support et la surface sont de forme rectangulaire-vertical, la partie supérieure est cintrée à oreilles, suivant ainsi la forme du cadre.

Indexation iconographique normalisée

Figures bibliques (Vierge, en pied, de face, douleur, saint Jean, en pied, de profil), fond de paysage (ville : Jérusalem)

Description de l'iconographie

La Vierge, en pied, de face, semble désigner, désespérée, sur sa gauche le Christ en croix qui se trouve sur le tableau d'autel du maître-autel. Elle est accompagnée par une sainte femme qui essuie ses larmes. Saint Jean, les mains jointes, en pied et de profil, dirige pareillement son regard vers le Christ en croix. Les deux tableaux présentent des fonds de paysage de collines désertiques, avec derrière la Vierge, au loin quelques tours et maisons, évocation de la cité de Jérusalem.

Dimensions normalisées

Dimensions non prises

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Précisions sur l'état de conservation

Les deux toiles sont couvertes d'un chancis et d'importants réseaux généralisés de craquelures. Elles présentent d'importantes traces d'humidité, en particulier des coulures.

Inscription

Date (peinte, sur l'oeuvre), signature (peinte, sur l'oeuvre)

Précisions sur l'inscription

Date (peinte, en bas à gauche de la figure de la Vierge, en bas à droite de la figure de saint Jean) : 1836. Signature (peinte, en bas à gauche de la figure de la Vierge, en bas à droite de la figure de saint Jean) : Germain à Reims 1836.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Germain Jean-Baptiste Louis (peintre)

Personne morale créatrice de l'objet

Française (école)

Lieu de création

Champagne-Ardennes, 51, Reims

Etape de création

Copie (?, de peinture)

Siècle de création

2e quart 19e siècle

Année de création

1836

Description historique

Ces deux tableaux d'autel, formant deux pendants font partie du décor du maître-autel. En effet, ils forment avec le tableau d'autel du retable une sorte de tryptique ou Calvaire, la disposition et l'attitude de la Vierge et de saint Jean ne prenant toute leur signification qu'au regard du tableau du retable représentant le Christ en croix avec sainte Madeleine (étudié). Ces trois tableaux ont été exécutés en 1836 par le peintre rémois Jean-Baptiste Louis Germain (1782-1842), qui a aussi réalisé le tableau de la Charité de saint Martin, qui lui est daté de 1838. Ces deux tableaux sont un parfait exemple de l'oeuvre de cet artiste provincial, formé à Reims puis à Paris dans l'atelier du peintre néo-classique Regnault. Ces oeuvres sont traditionnellement connues comme la réplique d'un ensemble similaire exécuté en 1813 pour la cathédrale de Reims. Ce qui frappe, c'est l'archaïsme des compositions et des attitudes des personnages, qui ne doivent rien au néo-classicisme où aux courants stylistiques alors en vogue en 1836. Elles reprennent en effet des types iconographiques issus de la peinture française du 17e siècle et paraissent dériver de modèles de Le Brun. Elles reflètent aussi la formation artistique de cet artiste rémois dont les oeuvres sont marquées par un néo-classicisme assez archaïsant. Ces toiles ont probablement remplacé les oeuvres originelles qui étaient contemporaines des cadres. Il s'agit peut-être de copies de ces compositions, en trop mauvais état pour être conservées.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Date et typologie de la protection

1974/04/09 : inscrit au titre objet

Précisions sur la protection

Chaque tableau a fait l'objet d'un arrêté individuel de protection : Vierge, toile et son cadre en bois sculpté, 18e siècle ; Saint Jean, toile et son cadre en bois sculpté, 18e siècle.

Intérêt de l'objet

À signaler

Photographies liées au dossier de protection

OUI

Références documentaires

Cadre de l'étude

Dossier ponctuel

Dénomination du dossier

Dossier avec sous-dossier

Partie constituante

Cadre (2)

Références des parties constituantes étudiées

IM02002420

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2000

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Picardie - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 88, rue Gaulthier de Rumilly 80000 Amiens - 03.22.97.16.57