tableau d'autel : Glorification de la Vierge (?)

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau d'autel

Titre courant

Tableau d'autel : Glorification de la Vierge (?)

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Aisne (02) ; Dizy-le-Gros ; église paroissiale de la Nativité de la Sainte-Vierge (non étudiée)

Numéro INSEE de la commune

02264

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Picardie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Aisne

Canton

Rozoy-sur-Serre

Nom de l'édifice

Église paroissiale de la Nativité de la Sainte-Vierge (non étudiée)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Sur le retable du maître-autel

Description

Catégorie technique

Peinture

Structure et typologie

Rectangulaire vertical, cintré

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (en un seul lé, support) : peinture à la cire

Description matérielle

Le tableau est une peinture à la cire sur toile. La toile paraît être de forme cintrée à pans coupés dans sa partie supérieure, on ne peut exclure qu'elle soit de forme totalement rectangulaire verticale, cachée par la forme complexe du cadre support du retable qui lui donne ainsi cet aspect.

Indexation iconographique normalisée

Scène biblique

Description de l'iconographie

La scène semble se dérouler sur les marches d'un édifice religieux, peut-être le Temple de Jérusalem. La Vierge, nimbée, descendant les yeux baissés, tient à la main un parchemin. Elle ne semble pas prêter attention à la foule qui l'entoure.

Dimensions normalisées

H = 312 ; la = 197 (Dimensions de la toile à l'ouverture du cadre support)

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Précisions sur l'état de conservation

La toile est couverte par endroits d'un chancis et présente de nombreuses salissures. Elle est partiellement distendue et est séparée de son chassis dans la partie latérale gauche. La partie inférieure est cachée par une planche de bois.

Inscription

Signature (peinte, sur l'oeuvre), date (peinte, sur l'oeuvre)

Précisions sur l'inscription

Signature, date (peintes, sur l'oeuvre, en bas à gauche, sur la 1ère marche) : A Grellet/1880.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Grellet Alexandre = Frère Athanase (peintre)

Personne morale créatrice de l'objet

Française (école)

Siècle de création

4e quart 19e siècle

Année de création

1880

Description historique

Le tableau est signé en bas à gauche A. Grellet 1880, il s'agit probablement du peintre isèrois Benoit-Alexandre Grellet (1835-1918) qui signe et est connu sous l'identité d'Alexandre Grellet. Alors qu'il est Frère de la Doctrine Chrétienne sous le nom de Frère Anathanase jusqu'en 1869, il commence une carrière de peintre sous ce prénom d'Alexandre, formé par les peintres Horace Vernet puis Barrias. Il expose aux Salons dès 1861, sa production est essentiellement consacrée aux sujets religieux et aux portraits. Il exécute en outre de nombreux décors monumentaux d'église. Plusieurs de ses oeuvres se trouvent en Picardie, réalisées pour des édifices religieux : cathédrale de Beauvais, basilique d'Albert, église de Clermont. Il affectionne plus particulièrement dans ses tableaux religieux la technique de la peinture à la cire, donnant cet aspect particulier lisse et ferme au modelé, aux couleurs claires et adoucies, comme sur le tableau de Dizy-le-Gros. Les circonstances de la commande ou de la réalisation sont inconnues, si ce n'est la date, 1880. L'oeuvre remplace manifestement le tableau originel du retable qui, lui, date du 18e siècle. La toile est plus petite, d'une dizaine de centimètres en hauteur que le cadre support du retable ; en effet, la partie inférieure du tableau est partiellement masquée par une planche qui sert à combler cette césure. Cet élément pourrait indiquer que l'oeuvre n'était pas primitivement destinée au retable du maître-autel de Dizy-le-Gros. On ne peut cependant pas exclure la possibilité d'une erreur lors de la commande ou de l'exécution, puisque par ailleurs, la composition scénographique de l'oeuvre, la disposition et la taille même des personnages s'accordent totalement à l'espace laissé par le cadre support du retable. Son iconographie est particulièrement originale, ne semblant correspondre à aucun épisode de la vie de la Vierge. Glorifiant la pureté virginale de celle-ci, il pourrait s'agir de la reconnaissance de sa virginité à l'occasion de son mariage avec saint Joseph ou alors lorque celui-ci aurait pris conscience de son état de grossesse. Dans ce cas, le personnage masculin à sa droite, le seul à avoir comme la Vierge les yeux baissés vers le sol en signe d'humilité, pourrait être Joseph. Le parchemin que tient la Vierge serait alors le document attestant son état, remis par les prêtres juifs encadrant la Vierge. Ainsi, se trouverait explicitée l'atmosphère de miracle ressenti par les participants de la scène. Alexandre Grellet a su parfaitement rendre ce moment de muette admiration par l'emploi de couleurs primaires découpant nettement les contours des personnages et un certain formalisme classicisant qui n'exclue pas la froideur, avec une primauté du dessin et de la ligne. Il se montre ici, avec un purisme quelque peu archaïsant en 1880, très proche de la peinture religieuse d'Amaury-Duval, Pichon ou encore Hippolyte Flandrin.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Intérêt de l'objet

À signaler

Photographies liées au dossier de protection

OUI

Références documentaires

Cadre de l'étude

Dossier ponctuel

Dénomination du dossier

Sous-dossier

Intitulé de l'ensemble

Ensemble du retable architecturé du maître-autel

Référence de l'ensemble

IM02002503

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2000

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel
21 mail Albert-Ier 80000 Amiens