Tableau : Thomyris, reine des Scythes, fait plonger la tête de Cyrus dans un vase de sang

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau

Titre courant

Tableau : Thomyris, reine des Scythes, fait plonger la tête de Cyrus dans un vase de sang

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Aisne (02) ; Guise ; rue de la Citadelle

Numéro INSEE de la commune

02361

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Guise

Adresse de l'édifice

Eglise paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul ; Citadelle (rue de la)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Chapelle latérale sud ; sur l'élévation sud

Description

Catégorie technique

Peinture ; menuiserie

Structure et typologie

Plan (rectangulaire vertical)

Matériaux et techniques d'interventions

Matériau textile (en 2 lés, support) : peinture à l'huile

Description matérielle

La toile est constituée de deux lés assemblés verticalement au moyen de coutures, le grain de la toile est assez fin et laisse apparaître un apprêt rougeâtre. Le cadre est en bois mouluré peint faux-bois.

Indexation iconographique normalisée

Scène historique ; Thomyris ; reine ; ordre ; tête ; Cyrus ; décollation ; bassin ; sang ; soldat ; homme ; femme ; spectateur ; Antiquité ; à l'orientale ; vêtement ; chien ; vue d'intérieur ; colonne salomonique ; tenture

Description de l'iconographie

Il s'agit d'un épisode de la guerre entre le roi de Perse Cyrus II le Grand et Thomyris, reine des Scythes. Vaincu et décapité, la tête du roi est plongée dans une outre de sang pour le contenter éternellement de sa cruauté légendaire. La scène prend place dans la salle du trône du palais de Thomyris, fantaisie architecturale aux colonnes salomoniques. Un groupe de soldats et guerriers, vêtus à l'orientale et à la mode des Turcs, vient probablement d'apporter la tête suppliciée de Cyrus. Au pied de l'estrade de la reine, accompagnée de ses suivantes et de deux pages tenant sa traîne, un bourreau s'apprête à la plonger dans un baquet rempli de sang qu'un lévrier semble vouloir renifler et lécher.

Dimensions normalisées

H = 125,5 ; la = 200

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée ; oeuvre incomplète (?)

Précisions sur l'état de conservation

La toile a, semble-t-il, été coupée dans sa partie inférieure et sans doute sur la gauche. Quelques restaurations ou repeints anciens sont lisibles, en particulier dans la partie inférieure, au niveau du pied du serviteur plongeant la tête de Cyrus.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Auteur du projet

Potius Paulus (d'après, graveur) ; Rubens Peter Paul (d'après, peintre)

Personne morale créatrice de l'objet

Ecole flamande (école)

Lieu de création

Pays-Bas du Sud :

Etape de création

Copie inversée (de peinture)

Siècle de création

Milieu 17e siècle

Description historique

L’œuvre de Guise est une copie ancienne d'un tableau du peintre anversois Pierre Paulus Rubens (1577-1640). L’œuvre originale, datant du 1er quart du 17e siècle, est aujourd'hui conservée au Museum of Fine Arts de Boston. Rubens exécute une autre variante, vers 1620-25, dans une œuvre aujourd'hui conservée au Musée du Louvre. Le tableau de Rubens, dans sa richesse de coloris, son inventivité formelle et son savoureux orientalisme connaît très vite une grande notoriété, renforcée par la diffusion de gravures. Cette notoriété est attestée par le grand nombre de copies ou de tableaux s'inspirant totalement ou pour partie du tableau de Rubens. Le tableau de Guise, attribuable à un peintre relevant de l'école flamande, est dans le sens inverse de la composition originale, il a probablement été exécuté d'après la gravure de l'anversois Paulus Pontius (1603-1638). Collaborateur de Rubens, il a en effet reproduit sous forme d'estampes une grande partie de l’œuvre de celui-ci, dont cet épisode de l'histoire de l'Empire perse. La copie de Guise a vraisemblablement été réalisée vers le milieu du 17e siècle. Son iconographie est liée au développement des œuvres illustrant les valeurs des femmes fortes de l'Antiquité, que le 17e siècle, à la suite de nombreux exemples littéraires ou artistiques depuis le Moyen-Âge et la Renaissance, s'est plu à exalter. Présentant encore des réminiscences de la peinture maniériste anversoise dans les attitudes des personnages, le décor architecturé aux colonnes salomoniques, et l'accent mis sur un orientalisme de fantaisie, particulièrement perceptible dans les costumes issus de l'observation des Turcs, ce tableau est aussi un prétexte à opposer les figures masculines et féminines, le groupe des guerriers à celui de la reine Thomyris accompagnée de sa cour. Ce dispositif théâtralisé laisse au centre la figure du bourreau exécutant sa macabre besogne, l'horreur d'un tel acte étant renforcée par le détail pittoresque d'un chien, un lévrier, semblant s'approcher du baquet pour le renifler. L’œuvre témoigne du grand talent de coloriste du copiste, dans sa large gamme chromatique assourdie dans les rouges, ocres et gris. La figure du bourreau semble avoir fait l'objet de restaurations anciennes. Le tableau a été restauré et reverni en 1996-1997, tout comme son cadre qui ne paraît pas remonter au-delà du 19e siècle.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Date et typologie de la protection

inscrit au titre objet

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Partie constituante non étudiée

Cadre

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1998

Renvoi vers dossier 'peinture'

Cyrus (modèle)

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 21 mail Albert-Ier 80000 Amiens

1/3