Buste de Maria Duglioli Barberini

N°Inventaire

RFR 66

Domaine

Sculpture

Auteur / exécutant / collecteur

FINELLI Giuliano

Précisions auteur

Carrare, 1601 ; Rome, 1653

Ecole

Italie

Titre

Buste de Maria Duglioli Barberini

Ancien titre

Jeune femme en costume du temps d'Henri IV

Siècle

17e siècle

Technique

Pierre (marbre) ; ronde-bosse

Dimensions

H. 0,69 ; La. 0,55 ; P. 0,30 m.

Historique

Il semble que ce buste faisait partie des oeuvres d'art que Maffeo Sciarra, propriétaire du palais Barberini à Rome, aurait vendu, de façon illégale en 1891-1892, en dépit de l'établissement d'un "fidéicommis". Pour le moment son itinéraire ultérieur nous est inconnu. La monographie consacrée en 1997 par Damian Dombrowski au sculpteur Giuliano Finelli reproduit, fig. 51, un buste identique au RFR 66, et identifié comme étant celui de " Maria Duglioli Barberini ". Cette oeuvre, jadis assez célèbre, exécutée par Giuliano Finelli, sous l'autorité de Gian Lorenzo Bernini, dit le Bernin, est considérée dans ce livre comme disparue ou non localisée. Seule une photographie datant de la fin du dix-neuvième siècle en avait été publiée, en 1935, dans un article de la revue "Roma". Rien ne semble plus difficile à identifier qu'un buste anonyme dans les listes d'inventaire des archives du ministère des Affaires étrangères. Il n'a été retrouvé de trace de ce buste dans aucune "commission de choix" et il ne porte d'ailleurs aucun numéro d'enregistrement. Mais ce buste apparaît pour la première fois dans une réserve de la direction des musées de France. Il aurait, d'après certain témoignage, orné le bureau de Rose Valland ; par ailleurs, ce même dépôt a abrité aussi des oeuvres provenant de la "récupération artistique". Sur la liste des oeuvres d'art attribuées à la direction des musées de France, transférées au Louvre (département des sculptures) le 31 février 1967, le buste de marbre d'une " femme en costume Louis XIII " correspondant au RFR 66 est mentionné, avec, notamment, les objets correspondant aux RFR 63, 64, 65, biens spoliés et restitués qui provenaient tous les trois du château de Ferrière. Le dépouillement des inventaires de Ferrière (communication orale de M. Hervé Gransart) permet d'affirmer que le buste de "Maria Duglioni Barberini" n'en provenait pas. On ne peut donc exclure une toute autre origine et envisager qu'il s'agisse d'une oeuvre provenant du legs d'Alfred Chauchard (1912) qui n'avait fait l'objet lors de son entrée dans les collections nationales ni d'un inventaire scientifique (seul un inventaire notarié très insuffisant a été établi), ni d'une campagne photographique. Le buste concerné pourrait être celui décrit sous le n° CH. M 11 (" Buste de mademoiselle de Montpensier "). Ce buste, en effet, avait d'abord été considéré comme une oeuvre française du deuxième quart du dix-neuvième siècle. L'hypothèse la plus vraisemblable est qu'il s'agit toutefois d'un achat fait en France par un acquéreur allemand (particulier ? antiquaire ? institution ?) et restitué à la France après la guerre ; cependant, l'éventualité d'une spoliation n'est pas à exclure totalement. L'oeuvre a été déposée au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle de Calais de 1994 à 1996 avant de revenir au musée du Louvre, où elle est exposée dans l'aile Denon, galerie Michel Ange, depuis 1997.

Commentaire

Champ Catégorie renseigné d'après les données de la mission Matteoli. L'objet se trouvait dans une réserve dépendant de l'Inspection des Musées classés et contrôlés mais aurait auparavant orné le bureau de Rose Valland, au Louvre.

Catégorie

Oeuvre dont l'historique est incomplet entre 1933 et 1945, en l'état des recherches actuelles.

Localisation

Paris ; musée du Louvre ; département des Sculptures

Etablissement affectataire

Paris ; musée du Louvre ; département des Sculptures

Exposition

1997, avril - mai, Calais, musée de la Dentelle, " Présentation des oeuvres récupérées après la Seconde Guerre mondiale et confiées à la garde des musées nationaux " (dossier de presse : p. 289).

Bibliographie

DOMBROWSKI, Damian, " Giuliano Finelli Bildhauer zwischen Neapel und Rom ", Frankfurt am Main, Peter Lang, 1997, A.B.C. 18, p. 309-311, repr. 51.

Résumé

Cette oeuvre, à propos de laquelle il n'existe aucune information depuis la fin du dix-neuvième siècle jusqu'à son attribution aux musées nationaux, a peut-être été arbitrairement inscrite parmi les oeuvres dites de la Récupération artistique.

Date de la dernière mise à jour

2020-11-20

Droits de copie photo

© Réunion des musées nationaux Grand Palais. © Musée du Louvre, département des Peintures, Lewandowski Hervé.

1/3
mnr/RFR00066/RFR66_copyright_RMN-Grand_Palais-Musee_du_Louvre-HerveLewandowski_ensembleFace.jpg