Vierge de Pitié

N°Inventaire

RFR 41

Domaine

Sculpture

Auteur / exécutant / collecteur

SILOE Gil de (entourage de)

Précisions auteur

Cité à Burgos de 1486 à 1499

Ecole

Ecole espagnole

Titre

Vierge de Pitié

Dénomination du bien

Groupe sculpté

Siècle

4e quart 15e siècle

Technique

Bois ; ronde-bosse ; polychromie

Dimensions

H. 0,57 ; La. 0,78 ; P. 0,29 m.

Genèse

Les types physiques, l'arrangement des drapés et les traitements de polychromie permettent de rapprocher ce groupe sculpté des oeuvres de Gil de Siloé, en particulier du grand retable de la chartreuse de Miraflores, près de Burgos, exécuté de 1496 à 1499.

Historique

Ce groupe n'a pu être identifié, ni sur le marché de l'art, ni dans les ventes publiques, avant 1940. D'après une note rédigée le 8 septembre 1999, par le conservateur général chargé du département des Sculptures, se fondant sur le dossier Almas-Dietrich (1), en 1950/1951, Mimi Tho Rahde, fille (naturelle ?) et héritière de Maria Almas-Dietrich, a revendiqué le groupe comme ayant été récupéré à tort par la France ; selon la demanderesse, l'oeuvre n'avait pas été spoliée mais achetée régulièrement par sa mère lors d'une vente à Berlin ; elle fournissait à l'appui de cette démarche une attestation de Gustav Rochlitz, du 12 avril 1950, précisant que deux caisses appartenant à Madame Dietrich (ou à Mimi Tho Rahde ?) avaient été séquestrées à Füssen avec les caisses appartenant à lui-même. D'autre part, Alois Lang, le 15 novembre 1949, atteste "sous serment" que les deux caisses lui avaient été confiées par Madame Dietrich (ou Mimi Tho Rahde ?), avec celles de Gustav Rochlitz. Par ailleurs, ce dernier atteste que la sculpture avait été mise en vente par lui chez Hans W. Lange, à Berlin, en 1941 ou 1942, et qu'elle avait été achetée par Maria Almas-Dietrich (ou Mimi Tho Rahde ?). Une photographie (2) viendrait à l'appui de cette hypothèse ; sur ce document pris dans la salle des ventes de Hans W. Lange, de Berlin, la " Vierge de pitié " se trouve au fond du local ; sur le dos de cette photographie est écrit : " vente du 3-4/12/40 et 27-29/1/43 " ; mais il paraît impossible de dater précisément la vente et surtout de savoir où Hans W. Lange avait acquis cette oeuvre (3). Il semble par ailleurs que la salle dirigée par Hans W. Lange avait servi à écouler des biens spoliés. Faute d'archives conservées, cette hypothèse ne peut être confirmée. Selon les conclusions de Michel Florisoone, conservateur des musées nationaux, secrétaire de la commission de récupération artistique, dans un courrier du 20 février 1951, " la sculpture semble bien provenir d'une spoliation " ; Michel Florisoone s'appuie sur une lettre en date du 28 février 1950 émanant du directeur du service des réparations-restitutions de Baden-Baden. Ce courrier n'a pas été retrouvé. La sculpture est rapatriée vers la France par le premier convoi en provenance de Baden-Baden du 2 juin 1947 à destination du siège de la commission de récupération artistique ; elle est retenue lors de la cinquième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique du 25 octobre 1950 ; l'oeuvre est indiquée sous le " n° d'ordre 10, n° allemand 328, n° d'inventaire 505, provenance : 1er convoi de Baden, du 2 juin 1947 " (4) ; elle est attribuée aux musées nationaux (musée du Louvre, département des Sculptures) en 1951 (5) et déposée de 1953 à 1994 au musée des Augustins de Toulouse ; elle est exposée au Louvre depuis 1994.

Commentaire

Champ Catégorie renseigné en 2020.

Catégorie

Oeuvre dont l'historique est incomplet entre 1933 et 1945, en l'état des recherches actuelles.

Marques

En dessous, à la craie blanche " 10 " et " 505 ", une étiquette déchirée, trace de craie bleue.

Localisation

Paris ; musée du Louvre ; département des Sculptures

Etablissement affectataire

Paris ; musée du Louvre ; département des Sculptures

Exposition

1997, 9 avril - 5 mai : Paris, musée du Louvre, " Présentation des oeuvres récupérées après la Seconde Guerre mondiale et confiées à la garde des musées nationaux " (Cat. : p. 86-87).

Notes

(1)MEAE/209SUP388 P23. (2)MEAE/209SUP142 A91 ; cf RFR 55. (3)MEAE/209SUP184 A153 : Un autre dossier sur le cas qui vient d'être évoqué se trouve dans ce carton, sous le nom " Affaire Rochlitz - Almas Dietrich - Mimi Tho Rahde " : pages 290 à 467 ; il a été constitué par Rose Valland. (4)MEAE/209SUP710 R39. (5)SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération : Arrêté du ministère de l'Education nationale du 13 août 1951.

Résumé

L'oeuvre a peut-être fait l'objet d'une spoliation mais l'historique et le statut sont complexes.

Date de la dernière mise à jour

2020-11-29

Droits de copie photo

© Réunion des musées nationaux Grand Palais. © Musée du Louvre, département des Sculptures, Philibert Pierre.

1/11
mnr/RFR00041/RFR41_CopyrightMuseeDuLouvre-ThierryOllivier_EnsembleFace-r.jpg