Paire de flambeaux

N°Inventaire

OAR 335

Auteur / exécutant / collecteur

Anonyme

Ecole

France

Titre

Paire de flambeaux

Siècle

Début 18e siècle

Technique

Argent ; orfèvrerie

Dimensions

H. 0,13 ; D. 0,10 m.

Description

Paire de petits flambeaux d'argent dont la tige est en balustre, le binet plat et circulaire, la base également circulaire, à bords relevés.

Inscriptions

Poinçons : « IPF » et « 13-1 »

Historique

D'après la liste de l'OBIP des oeuvres récupérées en Allemagne, la paire de flambeaux est identifiée de la façon suivante : « n° ordre 1 ; n° allemand : ss n° ; Provenance : 6° Baden ; Pays : France XVIII° ; Sujet : 2 Bougeoirs ; Matière : argent » (1). Cette liste précise que la paire de bougeoirs est revenue en France par le sixième convoi en provenance de Baden-Baden. Dans la liste des oeuvres revenues à Paris par le sixième convoi en provenance de Baden-Baden du 26 juillet 1949, elle n'est pas individuellement inventoriée, mais un lot d'objets figure dans trois caisses, dont la caisse 70 : « N° du colis : Caisse 70 ; Numéro de l'inventaire : Keuth ; Nature de l'objet : Divers ; Désignation de l'objet : Objets achetés en France par M. Keuth (non inventoriés par Central Collecting Point) ; Provenance : Neustadt » (2). Le convoi est arrivé à Paris le 28 juillet 1949. La paire de bougeoirs, inventoriée dans la caisse 70, a été déballée dans les entrepôts de la Commission de récupération artistique le 2 septembre 1949 : « Caisse 70 (Neustadt) [...], [n°] 19, 2 chandeliers » (3). Il ne figure qu'une paire de « chandeliers » dans le sixième convoi en provenance de Baden-Baden. Celle-ci pourrait donc être identifiée, avec les réserves d'usage, comme étant l'OAR 335 AB. Cette paire de « chandeliers » est considérée, dans les documents, comme provenant du dépôt de Neustadt : 1°, et comme ayant appartenu à la collection de Hermann Keuth : 2°. 1°- Un rapport concernant le dépôt de Neustadt indique que certains objets ont été spoliés, et que d'autres proviennent de musées allemands ou de la collection Keuth : « Au cours de la guerre, les Autorités Allemandes rassemblèrent dans la région de Neustadt des dépôts d'oeuvres d'art de provenance très diverse. Les principaux dépôts de cette époque se trouvaient dans les endroits suivants : [...] Neustadt [...]. Les objets se trouvant dans ces dépôts avaient les origines les plus diverses : [...] l'importante collection personnelle du Docteur Keuth, conservateur de ce musée [Sarrebruck], qui comprenait des objets d'origine allemande et de nombreuses oeuvres d'art acquises à l'étranger (en particulier en France) durant la guerre [...] » (4). Les documents indiquent différentes provenances relatives au fonds de Neustadt dont celle du Dr Keuth. 2°- Cet homme, conservateur du musée de Sarrebruck, travaillait pour les musées de la Sarre depuis 1928 (5). Une ordonnance de non-lieu du tribunal militaire permanent de Paris précise que non seulement Hermann Keuth ne semble pas avoir détenu à titre personnel d'objets issus de pillages, mais qu'il a protégé des oeuvres lorraines « malgré les ordres reçus » (6). Le rapport du commandant Gay montre que « l'examen de ces dossiers [dépôt de Neustadt] faisait en outre ressortir que beaucoup de ces pièces avaient été achetées en France, soit par Keuth lui-même, soit par un certain Dr Mader de Vienne [...] » (7). Ce rapport, évoquant l'achat en France d' oeuvres d'art par Keuth, est confirmé par la mention des trois caisses de la collection Keuth revenues par le sixième convoi en provenance de Baden-Baden : « Une grande partie des objets d'art ont été achetés en France par Mr. Keuth, pendant l'occupation. Il nous a été impossible de faire une discrimination des oeuvres en provenance de France » (8). L'imprécision des documents relatifs au Central Collecting Point de Baden-Baden rend toute conclusion difficile. Néanmoins, l'analyse des documents consultés permet d'avancer l'hypothèse suivante comme la plus appropriée à la nature du fonds de Neustadt et à la pauvreté des documents connus. Cette paire de bougeoirs aurait été achetée en France pendant la Guerre par le Dr Keuth, conservateur du musée de Sarrebruck, pour sa collection personnelle (9). Le nom du vendeur, la date et le montant de la transaction ne sont pas, à ce jour, connus. A l'issue de la guerre, la paire de bougeoirs a été retrouvée à Neustadt, dans un entrepôt où figuraient des oeuvres d'origines diverses. Certaines appartenaient au Dr Keuth (10). Au Central Collecting Point, la paire de bougeoirs est alors enregistrée sous le numéro 19 (11). Elle revient en France par le sixième convoi en provenance de Baden-Baden du 26 juillet 1949 (12). Arrivée à Paris le 28 juillet, elle est alors déballée dans les entrepôts de la commission de récupération artistique le 2 septembre suivant, puis inscrite sur la liste des oeuvres mises à la disposition des musées nationaux par l'OBIP (13). Retenue lors de la deuxième commission de choix des oeuvres de la récupération artistique du 17 novembre 1949 (14), la paire de bougeoirs est prise en charge par la direction des musées de France, et confiée par celle-ci à la garde du musée du Louvre (département des Objets d'art) en 1951 (15). La paire de bougeoirs a ensuite été inscrite dans l'Inventaire OAR (Objets d'Art Récupération), établi par Hubert Landais, sous le numéro OAR 335 AB (16).

Commentaire

Champ Catégorie renseigné d'après les données de la mission Matteoli.

Catégorie

Oeuvre dont l'historique est incomplet entre 1933 et 1945, en l'état des recherches actuelles.

Autres numéros

Ancien numéro 1 de la liste de l'orfévrerie Récupération artistique

Localisation

Paris ; musée du Louvre ; département des Objets d'art

Etablissement affectataire

Paris ; musée du Louvre ; département des Objets d'art

Notes

(1)SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération. (2)MEAE/209SUP429 : Liste des objets d'art dirigés le 26 juillet 1949 sur la commission de récupération artistique de Paris. (3)MEAE/209SUP429 : Calepin de déballage du sixième convoi en provenance de Baden-Baden arrivé le 28 juillet 1949. (4)MEAE/209SUP342 D36 : Rapport concernant l'affaire du dépôt de NEUSTADT - Annexe n° 1, pages 1 et 2. (5)MEAE/209SUP386 P20-451 : Rapport du Dr Hermann Keuth sur les achats d'objets d'art en France et sur la mise en sécurité des objets d'art de Lorraine pouvant être déplacés, page 4. (6)MEAE/209SUP342 D36 : Ordonnance de non-lieu du tribunal militaire permanent de Paris du 2 août 1949, page 2. (7)MEAE/209SUP342 D36 : Notice sur les objets d'art provenant du dépôt de Neustadt du Cdt Gay du 30.10.48, page 2. (8)MEAE/209SUP342 D36 : Oeuvres d'art transférées le 6 juillet 1948 vers le Collecting Point de Baden-Baden, en partie, avec la France pour destination. (9)MEAE/209SUP429 : Liste des objets d'art dirigés le 26 juillet 1949 sur la commission de récupération artistique de Paris ; MEAE/209SUP429 : Calepin de déballage du sixième convoi en provenance de Baden-Baden arrivé le 28 juillet 1949 ; MEAE/209SUP342 D36 : Rapport concernant l'affaire du dépôt de NEUSTADT - Annexe n° 1, pages 1 et 2. (10)MEAE/209SUP342 D36 : Rapport concernant l'affaire du dépôt de NEUSTADT - Annexe n° 1. (11)MEAE/209SUP429: Liste des oeuvres du deuxième convoi en provenance de Baden-Baden du 18 juillet 1947. (12)MEAE/209SUP342 D36 : Liste des quatorze tapis et tapisseries restituées à la France et provenant de Neustadt. (13)SMF, sous-direction des collections, dossier Récupération. (14)MEAE/209SUP475 P156. (15)MEAE/209SUP583 R39 : Arrêté du ministère de l'Education nationale du 16 mai 1951. (16)Musée du Louvre, département des Objets d'art, documentation (DOAL).

Résumé

Cette paire de flambeaux semble avoir été identifiée au dépôt de Neustadt. Elle proviendrait des achats du Dr Hermann Keuth en France. Elle est arrivée à Paris le 28 juillet 1949, par le sixième convoi en provenance de Baden-Baden.

Date de la dernière mise à jour

2019-08-28

Droits de copie photo

© Réunion des musées nationaux Grand Palais. © Palais du Louvre, département des Objets d'art.

1/2
mnr/OAR335AB/OAR335-copyright_Musee_du_Louvre-departement_des_Objets_d_art.jpg