Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire ; Cher (18) ; Argent-sur-Sauldre ; C.D. n°8 d'Argent à Blancafort

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Centre

Lieu-dit

Temple de Bacchus

Adresse de l'édifice

C.D. n°8 d'Argent à Blancafort

Références cadastrales

1999 AP 15

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 18e siècle

Auteur de l'édifice

Louis Victor (architecte)

Description historique

La terre d'Argent appartenait aux 15e et 16e siècles à la famille d'Albret, qui la tenait des Sully. Nicolas Dupré de Saint-Maur l'acquit en 1765, alors qu'il venait d'être nommé intendant de la généralité de Bourges. Le château a un plan en U et sa cour s'ouvre vers l'église. Proche de la cour, gagné par les idées des physiocrates, Dupré de Saint-Maur voulait renouveler l'image de son domaine. Entre 1765 et 1776, il fit démolir l'ancienne basse-cour et ses deux tours d'angle, et reconstruire de nouvelles dépendances. Les bâtiments sont répartis autour d'une cour quadrangulaire : grange, écuries, remises à carrosses et communs. En 1776, Dupré de Saint-Maur fit transformer le château, qu'il ouvrit vers le nord sur une large avenue se prolongeant en direction de la route de Bourges, et fit réaliser, sur un plan de Defer, des jardins à la conception très classique. De ces jardins et du parc, où sont appliqués les grands principes énoncés notamment par Duhamel du Monceau, subsistent quelques éléments : des allées, un mur du potager, l'orangerie, et surtout une curieuse fabrique, le temple de Bacchus, qui fut probablement un logement de vigneron puisqu'elle dominait un vignoble. Cette construction est communément attribuée à Victor Louis. En 1776, l'intendant quitta le Berry pour Bordeaux. Il demanda alors à Victor Louis de concevoir un projet de reconstruction de son château qui devait s'intégrer dans les jardins. Le château ne fut jamais réalisé. Seul un bâtiment de communs bordant l'avant-cour fut élevé à partir de 1778. Il fut construit dans le prolongement et le même style que les bâtiments de la basse-cour des écuries et des remises, dont la construction était en cours en 1777. Bien que ce bâtiment dit des greniers ne soit pas représenté sur le plan donné par l'architecte en 1778, il peut lui être attribué. La même année, on ferma la cour d'honneur terminée par un saut-de-loup : la grille fut fabriquée par Ramboy, serrurier du Faubourg Saint-Germain. Il semble que l'intendant se soit désintéressé de son château dès les années 1783-1785. Si nous pouvons apprécier aujourd'hui la belle ordonnance des dépendances du château, la qualité de leurs proportions et la sobriété de leur architecture, les matériaux mis en oeuvre dans cette région n'ont pas favorisé leur conservation. La plus grande partie du décor est de placage, de mortier et d'enduits, sur des briques ou des rognons de silex. Une partie de ces bâtiments, acquis par la municipalité, et en mauvais état, fut démolie entre 1959 et 1974, pour réaliser une opération d'aménagement de l'agglomération. Les jardins réalisés vers 1776 furent en partie recomposés en 1862 par Paul de Lavenne de Choulot, pour le comte de Montbel. La manière subtile de procéder du dessinateur, faite d'interventions réduites et délicates, revendiquant la simplicité et une très grande harmonie avec la nature, ainsi que le manque de reconnaissance de la qualité paysagère du lieu, expliquent que ce parc agricole et paysager soit aujourd'hui difficilement lisible.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

2002/11/07 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

La fabrique de jardin dite "Temple de Bacchus", dépendant des jardins du château (cad. AP 15) : classement par arrêté du 7 novembre 2002

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Inscription 03 08 2000 (arrêté) annulée.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2000

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/4
Château : Fabrique du jardin dit Temple de Bacchus, ensemble ouest, vue générale
Château : Fabrique du jardin dit Temple de Bacchus, ensemble ouest, vue générale
© Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP
Voir la notice image