Évêché

Désignation

Dénomination de l'édifice

Palais épiscopal

Titre courant

Évêché

Localisation

Localisation

Guadeloupe ; Guadeloupe (971) ; Basse-Terre ; 2 rue Saint-François

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Basse-Terre (commune)

Adresse de l'édifice

Saint-François (rue) 2

Références cadastrales

2001 AM 209

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1860

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

En 26 septembre 1850 qu'une bulle pontificale, entérinée par un décret de la République le 18 décembre 1850, crée les évêchés coloniaux de Guadeloupe, Martinique et Réunion. L'évêque, second personnage de la colonie, devait disposer d'un logement digne de son rang. Un crédit extraordinaire de 93 000 F est alloué pour leur installation ainsi que pour l'aménagement de la cathédrale. À son arrivée, l'évêque a d'abord résidé dans une maison du champ d'Arbaud puis il décide de rapprocher sa résidence de la cathédrale et du séminaire-collège. Quatre propriétés sont réunies entre l'église et la rivière ; les travaux débutent en 1855. Le plan est réalisé en 1860 par le garde du génie Mérey [?] sous la direction du chef de bataillon. Les 3 corps de bâtiment en maçonnerie et bois sont disposés en U et s'articulent autour d'un jardin ouvrant sur la rue de Penthièvre. Les deux pavillons à un étage, placés de part et d'autre de la grille d'entrée du palais épiscopal, sont affectés au logement des grands vicaires. Ils sont couverts en losanges de tôle galvanisée dits à la Rabatel . Ces pavillons communiquent au corps principal par deux ailes, en rez-de-chaussée, couvertes en essentes. Celles-ci servent l'une de chapelle, l'autre de salle synodale. Le rez-de-chaussée du corps principal qui est le logement de l'évêque, est construit en maçonnerie de moellons et de pierres de taille avec un premier étage en bois, à l'exception des 2 murs-pignons qui sont aussi en maçonnerie. Ce corps est couvert en essentes de bois dur. Sa façade antérieure est longée par une grande galerie ouverte, utilisée comme promenoir. En 1948, un bâtiment destiné à accueillir l'imprimerie catholique est construit en fermant le U et il ouvre directement sur la rue. L'évêché a été rénové en 2004.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre, moellon, pierre de taille, bois, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tôle ondulée

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, en rez-de-chaussée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'arrière de la parcelle AM 209 est bordée par de puissants murs de soutènement (en mauvais état) qui prolongent ceux protégeant la cathédrale. Un escalier en maçonnerie permet d'atteindre directement a parcelle AM 210 où se trouvait le collège diocésain. On accède à l'évêché par un portail construit entre l'évêché et la cathédrale ; la porte principale actuelle se trouve sur la façade nord alors qu'autrefois on pénétrait sur la parcelle directement par la rue de Penthièvre (actuellement rue Saint-François). Le corps principal à un étage est couvert par un toit à croupe ; il abrite aujourd'hui des salles de réunion, la salle à manger et l'escalier tandis qu'à l'étage sont regroupés des bureaux de l'administration épiscopale. Il possède deux ailes en retour d'équerre en rez-de-chaussée en maçonnerie et en bois. Le 4e corps, ajouté en 1948, ouvrant sur la rue, à un étage carré est construit en béton (il abrite une librairie au rez-de-chaussée et des chambres d'invités à l'étage ; elles sont accessibles depuis la cour intérieure par un escalier extérieur). Un second groupe de bâtiments se trouve à l'arrière de ce corps principal. Il s'agit de 2 bâtiments en maçonnerie qui autrefois dépendaient du petit séminaire. Ils abritent aujourd'hui les archives et des dépendances et à l'étage les appartements privés de l'évêque. La cour et le jardin conservent les aménagements hydrauliques, les bassins et les jets d'eau, mis en place à l'origine par les capucins.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Desmoulins Marie-Emmanuelle

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Guadeloupe - Service chargé de l'Inventaire 22, rue Perrinon 97100 Basse-Terre - 05.90.41.14.49

1/26
évêché
évêché
© Archives départementales de la Guadeloupe
Voir la notice image