Maison de villégiature dite Villa Georges-Laure

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Maison de villégiature

Appelation d'usage

Villa Georges-Laure

Titre courant

Maison de villégiature dite Villa Georges-Laure

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Essonne (91) ; Draveil ; 6 boulevard Henri-Barbusse

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Draveil

Lieu-dit

Champrosay

Adresse de l'édifice

Henri-Barbusse (boulevard) 6

Références cadastrales

1983 AV 434

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Communs, parc, jardin potager, orangerie, rendez-vous de chasse

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1907

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

En 1889, le banquier Adrien Bénard, président du conseil d'administration du Métropolitain parisien, se rend acquéreur d'une maison bourgeoise entourée d'un parc boisé de 9 ha situé entre la route de Corbeil et la forêt de Sénart. Il la fait agrandir par l'adjonction de deux ailes qui permettent d'aménager au rez-de-chaussée surélevé, de part et d'autre du hall d'entrée, deux salles rectangulaires, dont l'une, servant de salle à manger, reçoit en 1901 une boiserie en acajou commandée au sculpteur Alexandre Charpentier. La propriété vendue par la famille Bénard est achetée en 1936 par Mme Duchêne-Vauvert qui en fait don aux Soeurs de Marie-Auxiliatrice (association de Villepinte propriétaire du préventorium Minoret voisin). En bordure de la RN 448, de vastes communs de style néo-normand abritent notamment une salle de chasse aménagée en 1907 par l'architecte Ranchon et les menuisiers d'art Hausseur et Hipp ; ils sont aujourd'hui occupés par une société américaine qui y a installé un centre de dialyse. La boiserie Art nouveau de la salle à manger mise en vente en 1977 a été achetée par le musée d'Orsay à Paris.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre de taille, meulière, enduit

Matériaux de la couverture

Ardoise, tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, terrasse

Commentaire descriptif de l'édifice

Construite en pierre de taille sur un soubassement en meulière, la maison se compose d'un corps central couvert d'un toit d'ardoise à quatre pans et de deux ailes plus basses d'un étage à toiture terrasse. Les communs de style néo-normand qui longent la route de Corbeil abritent deux maisons de maître et de jardinier, une salle de chasse, des écuries, remises, vacherie, hangar et autres dépendances, sous de vastes toitures en tuiles mécaniques ; la maçonnerie enduite porte un décor de brique. Un potager de 2 ha d'étendait de l'autre côté de la route. La salle de chasse est garnie de lambris sur la partie basse des murs. Le mobilier (table à manger, sièges, buffet, coffre d'horloge, table à écrire) a été exécuté en même temps que la décoration de la salle (lambris, portes, fenêtres, râteliers à fusils, plafond à poutres et solives apparentes). Un des murs est orné d'une haute cheminée dont les piédroits portent deux sellettes formées de corbeaux en pierre dure.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007

Date de rédaction de la notice

2007

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Blanc Brigitte

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Ile-De-France - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel 115, rue du Bac 75007 Paris - 01.53.85.59.93

1/17
maison de villégiature dite Villa Georges-Laure
maison de villégiature dite Villa Georges-Laure
© Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
Voir la notice image