Fonderie et entrepôt commercial Japy dits la Fonderie, actuellement ateliers municipaux

Désignation

Dénomination de l'édifice

Fonderie, entrepôt commercial

Appelation d'usage

Japy dits la Fonderie

Destination actuelle de l'édifice

Ateliers municipaux

Titre courant

Fonderie et entrepôt commercial Japy dits la Fonderie, actuellement ateliers municipaux

Localisation

Localisation

Franche-Comté 90 Beaucourt

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Territoire de Belfort ; Beaucourt

Adresse de l'édifice

Vandoncourt (rue de)

Références cadastrales

1979 AL 81, 82, 103 à 105, 111, 1979 AM 131, 132, 133

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Entrepôt industriel, magasin industriel

Nom de l'édifice

Ensemble industriel Japy

Référence de l'édifice de conservation

IA90000075

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques, daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Un premier bâtiment à usage de forge et d'atelier de serrurerie est établi par Frédéric Japy au tout début du 19e siècle. Il complète la fabrique d'ébauches de montres dite la Pendulerie (étudiée : voir le dossier IA90000076) et l'usine des Fonteneilles (étudiée : voir le dossier IA90000077) établie vers 1806 pour diversifier la production (quincaillerie). Vraisemblablement touchée par l'incendie de 1815 qui ravage la Pendulerie, la forge est rétablie et perdure jusqu'en 1880, où elle est détruite et remplacée par les magasins généraux des usines Japy. Ces bâtiments subiront un nouvel incendie en 1908. Entre 1880 et 1882, de l'autre côté de la rue de Vandoncourt, est construite une vaste fonderie pour métaux ferreux et non-ferreux. Entièrement mécanisée, elle permet la fonte des carcasses (moteurs, pompes) et le moulage des pièces de métaux non-ferreux utilisées dans le secteur de la construction mécanique et électrique. La fabrication des moteurs à explosion est arrêtée en 1940. En 1949, la production atteint 7000 moteurs électriques et 6000 pompes semi-rotatives ; l'assemblage étant réalisé sur un autre site de la société, l'usine des Prés à Beaucourt (étudiée : voir le dossier IA90000079). Il semble qu'au moment de l'éclatement de la société Japy Frères, en 1955, la fonderie soit rattachée à la société indépendante d'Electromécanique Japy, qui poursuit la fabrication du matériel électrique (moteurs, alternateurs, groupes convertisseurs, etc). La production mensuelle atteint 250 tonnes de produits travaillés en 1977. La fonderie fonctionne jusqu'au début des années 1980. Elle a été rasée en 1984, à l'exception des magasins généraux, achetés par la commune et servant aujourd'hui d'ateliers municipaux. 115 personnes en 1977.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

En rez-de-chaussée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, appentis

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Les bâtiments sont en rez-de-chaussée, en moellon de calcaire enduit, couverts de toit à longs pans ou d'appentis en tuile mécanique.

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée,propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1981 ; 2000

Date de rédaction de la notice

1982 ; 2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Lardière Bernard, Favereaux Raphaël

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, patrimoine industriel

Typologie du dossier

Sous-dossier