Usine de porcelaine Porcelaines Chateau, puis Limoges Castel, actuellement conservatoire Espace Amadeus Musique

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de porcelaine

Appelation d'usage

Usine de porcelaine Porcelaines Chateau, puis Limoges Castel

Destination actuelle de l'édifice

Conservatoire

Titre courant

Usine de porcelaine Porcelaines Chateau, puis Limoges Castel, actuellement conservatoire Espace Amadeus Musique

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Haute-Vienne (87) ; Limoges ; 80 bis, 86 rue du Pont-Saint-Martial

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Limoges

Canton

Limoges-Condat

Adresse de l'édifice

Pont-Saint-Martial (rue du) 80 bis, 86

Références cadastrales

2002 HS 355

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication ; cheminée d'usine ; entrepôt industriel ; logement

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1946 ; 1947 ; 1948 ; 1953

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

En 1946 Jean Chateau implante sur ce site une usine de porcelaine, qu'il exploite sous la raison sociale Porcelaines Chateau, puis Limoges Castel à partir de 1958. Jean Chateau avait débuté sa carrière dans les usines Legrand en 1928 comme apprenti modeleur, avant de devenir responsable de fabrication. Son entreprise se développe, entraînant l'extension des ateliers en 1947, 1948 et 1953. Mais le site s'avère rapidement trop exigu, et après un ultime projet d'agrandissement abandonné (conçu par l'architecte Henri Coussy en 1961) , l'usine de porcelaine est transférée en zone industrielle de Magré (IA87000325) en 1962. Les anciens ateliers abritent aujourd'hui l'école de musique Espace Amadeus Musique. L'usine dispose lors de sa création d'un four rond à globe de 3 m3 doté de 2 alandiers alimentés au fuel, remplacé par un four-cellule au gaz naturel en 1958, et d'une moufle pour la cuisson des décors de 1 m3 alimentée au propane, remplacée par un four de 2 m3 alimenté au gaz de Lacq en 1954. L'usine emploie 52 ouvriers en 1954.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre ; moellon ; enduit ; bois ; pan de bois ; métal ; brique

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique ; ciment amiante en couverture

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol ; 2 étages carrés

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; appentis

Commentaire descriptif de l'édifice

L'usine est constituée de petits ateliers en rez-de-chaussée, construits principalement en briques, à pans de bois ou de fer. Ils sont couverts de toits en appentis et à longs pans, en tuile mécanique et fibro-ciment. Les charpentes sont en bois, à l'exception de celle de l'ancien bâtiment du four, en métal. Une cheminée en briques cerclées et enduites subsiste. Elle était probablement associée à un four de cuisson. La maison d'habitation, antérieure à l'implantation de l'usine, est dotée d'un sous-sol et de deux étages carrés. Elle est construite en moellon de pierre enduit et couverte d'un toit à longs pans en tuile mécanique.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté ; restauré

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Pillet Frédéric

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (enquête partielle, commune de Limoges)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine, Maison de la Région - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Limoges - 27, boulevard de la Corderie – CS 3116 - 87031 Limoges Cedex 1 – 05 55 45 19 00

1/10