Bourg castral de Brue

Désignation

Dénomination de l'édifice

Bourg castral

Appelation d'usage

Brue

Titre courant

Bourg castral de Brue

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Var (83) ; Brue-Auriac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Var

Canton

Barjols

Lieu-dit

Castellas (le)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Château fort ; église

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

11e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Description historique

Le "castellum de Brusa", mentionné à partir de 1075, dominait un vaste territoire, le Val de Brue, qui couvrait l'ensemble de la dépression des sources de l'Argens entre Saint-Maximin et Saint-Martin-de-Pallières et englobait les localités de Seillons, Saint-Etienne de la Foux et Auriac. L'église paroissiale Notre-Dame, dont l'église castrale ne constituait qu'une annexe, existe encore en bordure de la dépression. Ce bel édifice roman, aujourd'hui protégé, est resté isolé. Un puissant château ne fait pas nécessairement un habitat important. Le village de Brue comptait 42 feux de queste en 1315-1316 et fut déclaré inhabité en 1471. Une timide remise en valeur amorcée dans le courant du 17e siècle à partir de quelques bastides dispersées aboutit, vers la fin du 18e siècle, à la création du village actuel, agglomération de plaine concentrée autour de la bastide seigneuriale. L'ancien village perché, figuré ruiné par Cassini, conservait encore plusieurs bâtiment entiers et couverts au début du 19e siècle - on les trouve représentés sur le plan du cadastre napoléonien. L'état de conservation très étonnant de ce castrum du type roque tient probablement à sa difficulté d'accès et à la longue désertion du territoire environnant, qui a limité les dégâts habituellement provoqués par la récupération des matériaux.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; moyen appareil ; moellon ; pierre sèche

Commentaire descriptif de l'édifice

Croupe ; altitude : 300 m ; superficie : 1500 m2. Sur le sommet, ruines du château, en plusieurs corps de bâtiment dont subsistent trois pièces voûtées (dont une citerne) au rez-de-chaussée et deux murs avec l'arrachement du berceau d'une salle à l'étage, le tout bâti en maçonnerie parementée avec soin en petits moellons assisés avec une belle chaîne d'angle à bossages. En contrebas au nord du château, l'église est composée d'une nef de deux travées et d'une abside rectangulaire ; la nef a conservé ses murs nord et ouest, avec les 7 premières assises d'un berceau appareillé soutenu par un doubleau, et la moitié du mur sud avec la porte ; l'abside est entière ; l'ensemble, de belle qualité, peut être daté par la modénature des cordons et impostes et la typologie des fenêtres de la seconde moitié du 12e siècle. Au nord de l'église, du côté de la colline, fossé taillé dans le rocher. Sur les pentes sud et est, nombreuses cuvettes d'éboulis et fragments de murs provenant des maisons et de l'enceinte du village, avec de menus restes d'une porte fortifiée.

Commentaires d'usage régional

Type roque

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée (?)

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Sauze Elisabeth

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale ; castra désertés du Var

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66