École d'agriculture, actuellement lycée horticole

Désignation

Dénomination de l'édifice

École d'agriculture

Destination actuelle de l'édifice

Lycée horticole

Titre courant

École d'agriculture, actuellement lycée horticole

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Var (83) ; Hyères ; carrefour du Lycée Agricole

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Hyères

Lieu-dit

Les Grès

Adresse de l'édifice

Lycée Agricole (carrefour du)

Références cadastrales

1951 F4 5529, 4877

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Pensionnat, serre, jardin botanique, jardin fleuriste, allée, amphithéâtre d'enseignement, logement

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1898, 1899, 1962, 1964, 1995

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Riondet Alexis (donateur) Godillot Alexis (donateur)

Description historique

La création de l'école d'agriculture d'Hyères s'inscrit dans le contexte de la crise de l'agriculture française de la fin du 19e siècle due à la concurrence étrangère, aux ravages du phylloxéra et au retard technique. Pour lutter contre ce retard, une loi de 1875 institue les écoles pratiques d'agriculture et d'horticulture, à créer dans chaque département. L'Etat arrête son choix sur Hyères, dont l'agriculture demeurait florissante, en particulier les productions maraîchères, fruitières et florales qui bénéficiaient de systèmes d'irrigation sophistiqués et d'une renommée locale et nationale. Alexis Riondet (notable et philanthrope) est à l'origine du projet et a légué pour cela un domaine de 20 hectares. L'école fonctionne en utilisant les anciennes infrastructures du domaine, dont la ferme et la bergerie. Les plans des nouveaux aménagements sont dessinés en 1898 par l'architecte Pierre Chapoulart, auteur de nombreuses réalisations à Hyères. La première pierre est posée le 8 janvier 1899 et les travaux sont achevés en 1902. Il s'agit du portail d'entrée (détruit) et des deux corps de bâtiments qui lui font suite et abritent les salles de cours, un hangar, un magasin, deux logements et la direction. L'internat prévu par Chapoulart n'est réalisé qu'en 1928. La réforme de l'enseignement agricole des années 1960 prévoit la substitution des collèges et lycées aux anciens établissements. A Hyères, des plans (datés de 1962 et 1964) sont demandés aux architectes Henri Enjouvin et Lucien David. Les nouvelles constructions consistent en : un bâtiment d'entrée, des laboratoires, de nouveaux dortoirs, un gymnase, un réfectoire, un préau orné de deux bas-reliefs en céramique de Philippe Meyer. A partir de 1989, le Conseil Régional amorce une politique de rénovation des lycées dont il a la charge. C'est le cas du Lycée agricole et horticole d'Hyères dont le projet, conçu en 1995 par l'architecte Michel Lagrot, est réalisé en 1997-1998. Il consiste principalement dans le bardage d'aluminium laqué des façades des bâtiments des dortoirs et d'enseignement réalisés dans les années 1960.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit, béton armé, enduit, essentage de tôle

Matériaux de la couverture

Tuile plate mécanique, tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 1 étage carré

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon

Commentaire descriptif de l'édifice

L'ensemble se compose d'un bâtiment d'entrée dont le premier niveau est réalisé en pierre de taille. Il débouche sur une cour flanquée de deux bâtiments symétriques en blocage enduit et aux toits de tuile plate mécanique. Les garde-corps des balconnets sont en bois. Face à ces bâtiments part une allée de palmiers (plantés en 1902) longue de 180 mètres. A l'ouest, se trouve l'ancien internat, bâtiment monumental en moellon enduit, qui présente une ordonnance classique sur deux niveaux. Au sud-est sont les autres bâtiments en béton armé, dont les deux principaux sont reliés par un jardin bordé de galeries couvertes à arcades de bois lamellé-collé préformé.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, céramique

Indexation iconographique normalisée

Armoiries ; guirlande : olivier

Description de l'iconographie

Les façades des bâtiments nord-ouest sont sculptées des armoiries de la ville et de guirlandes d'olivier. Le préau présente deux bas-reliefs en céramique émaillée.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Négrel Geneviève

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66