Maison forte

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison forte

Titre courant

Maison forte

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Lisle-sur-Tarn

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Lisle-sur-Tarn

Lieu-dit

Cassanhols (les)

Références cadastrales

1831 K 383 à 388, 411, 412, 2011 K 257

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Chai, pressoir, cuvage, écurie, puits, mur de clôture, bassin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 16e siècle 17e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

18e siècle

Description historique

La maison forte des Cassanhols appartenait à la famille du même nom au 17e siècle. Les Cassanhols étaient alors une famille noble de tout premier plan à Lisle d'Albi ; ils ont été plusieurs fois premiers consuls de Lisle. Le compoix établi entre 1613 et 1615, fait état des propriétés d'Estienne Cassanhol, fils de Guillaume, au lieu dit als Cassanhols, sur la paroisse de Saint-Salvy ; il y est alors mentionné un "tinairal appelé dalard", c'est à dire une cave à vin et une "maison appelée fort" qui pourrait bien correspondre au bâtiment que l'on voit encore aujourd'hui. Le corps de logis peut être daté par le style pour l'essentiel de la fin du 16e siècle ou du tout début du 17e siècle. La grande salle du premier étage située au dessus de la cave pouvait être le lieu privilégié des réceptions de la prestigieuse famille Cassanhols. Un réaménagement est intervenu au cours du 18e siècle, en particulier dans la partie ouest de la maison où la distribution a été reprise et des fenêtres repercées en façade. Les dépendances ont été largement reconstruites au cours du 19e siècle ; elles conservent cependant un mur construit par couches successives de terre massive et une façade en pan de bois qui pourraient dater également de la fin du 16e siècle ou du 17e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, pisé, pan de bois

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, étage de comble

Typologie du couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

La maison forte est implantée dans la plaine agricole et viticole, à quelques dizaines de mètres du chemin Toulze, axe de communication qui permettait de rallier Toulouse. Le corps de logis de plan rectangulaire à trois niveaux comprend une cave vinicole semi-enterrée dans la partie orientale et se termine en façade par une galerie haute. Il mesure environ 25 mètres de long sur 11,50 mètres de large. La construction est essentiellement en brique et les encadrements des ouvertures sont en brique et en grès. La porte principale du logis est couverte par une plate-bande ornée d'un simple chanfrein et surmontée d'un larmier mouluré et les piédroits sont taillés en quart de rond. Alors qu'il ne subsiste plus qu'une seule croisée en pierre en façade, deux autres, qui éclairaient la grande salle au-dessus de la cave, se repèrent encore à l'étage ; elles ont été murées mais sont conservées dans la maçonnerie. Cette grande salle était donc ouverte sur trois côtés. Elle est couverte par un plafond à grosses poutres et solives et conserve un décor peint sur les poutres qui représente des assortiments de fruits présentés dans des tissus accrochés à des anneaux ou sortant de la bouche de masques. Le volume important de la salle, les trois croisées originelles et la qualité des décors peints témoignent de la volonté des constructeurs d'aménager une salle de réception imposante. Il faudrait encore y ajouter une grande cheminée sur le mur ouest, aujourd'hui disparue mais dont le chevêtre est toujours présent au niveau inférieur, dans la cave. Le grand escalier intérieur rampe sur rampe est en bois. Au premier étage, il est marqué par des arcs plein cintre en brique dont les piédroits se terminent en quart de rond amortis par un congé à bec renversé. La cave vinicole est ouverte en façade par une porte large dont la partie supérieure semble avoir été retaillée dans la brique et par des petites baies rectangulaires à ébrasement interne et dont les encadrements sont simplement abattus par un chanfrein. Le quai de déchargement du raisin à droite de la porte est un repercement relativement récent qui correspond à l'installation du pressoir à vis conservé à l'entrée de la cave. A l'intérieur, la poutre centrale est déchargée par deux poteaux dont l'un au moins repose sur une base en pierre. Des cuves en ciment occupent toute la partie est de la cave. A l'angle nord-est, le corps principal est accolé par un petit bâtiment également construit en brique. Aujourd'hui arasé, ce petit bâtiment devait s'élever plus haut et former une tour d'angle, ce dont témoigne la présence d'une porte murée à l'angle du corps de logis qui permettait l'accès à la tour. Au rez-de-chaussée, sont conservées des fentes de tir ou canonnières de petites dimensions avec ébrasement interne. A l'étage, une croisée du même type que celles qui éclairaient la grande salle est en partie tronquée et murée. Le portail d'entrée est actuellement précédé de deux marres ou viviers qui étaient déjà représentés sur le plan cadastral des années 1830. Ces bassins ont pu constituer un élément de défense de la maison forte des Cassanhols. La cour est délimitée par des corps de bâtiments situés de part et d'autre du corps de logis. Un bassin central a été aménagé devant le logis ; il était alimenté en eau par une source qui existe encore à l'arrière du logis.

Protection

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Salle

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Servant Sonia

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

maison forte
maison forte
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image