Demeure, domaine viticole

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Appelation d'usage

Domaine viticole

Titre courant

Demeure, domaine viticole

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Lisle-sur-Tarn

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Lisle-sur-Tarn

Lieu-dit

Louvignes

Références cadastrales

1831 K 984, 987, 2010 K 592, 553, 268

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Pigeonnier, écurie, remise, four à pain, puits

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu 18e siècle (?), 4e quart 19e siècle

Description historique

Au 18e siècle, la famille de Lormière est propriétaire d'une grande maison à la tête d'un domaine agricole au hameau de Louvignes. En 1830, au moment où est dressé le premier cadastre, le propriétaire est Jean de Lormière (A. D. Tarn, 3 P 1182). En 1863, la maison et les terres passent aux mains de Jean Ruffel à l'occasion de son mariage avec la fille de Jean de Lormière (A. D. Tarn, 3 P 1187). Dans les années 1890, Jean Ruffel a fait construire la grande demeure à l'arrière de la maison du 18e siècle pour son fils Hippolyte, marié tardivement. Selon le témoignage de la proprétaire actuelle, le domaine d'Hippolyte se composait d'une trentaine d'hectares environ, dont 10 de vigne. Les écuries, la ferme et le pigeonnier ont pu être construits dans le même temps que la maison où peut être un peu postérieurement. Le four à pain qui appartenait au domaine et qui se trouvait de l'autre côté de la rue est aujourd'hui en ruine. Selon un témoignage oral, les pierres de taille de grès violet utilisées pour les chaînes d'angle de la demeure proviendraient d'un surplus de pierres prévues pour la construction du viaduc de Cahuzac-sur-Vère, situé à une quinzaine de kilomètres.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique crue, brique, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile plate

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, étage en surcroît

Typologie du couvrement

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Le domaine se situe dans le hameau de Louvignes. Les nombreux bâtiments qui le composent se sont developpés en fonction des opportunités offertes par les terres laissées libres aux alentours, sans plan d'ensemble cohérent. La demeure du 18e siècle et le chai attenant se trouvent le long de la rue principale et le four à pain se situe de l'autre côté de la rue. La grande demeure du 19e siècle a été bâtie à l'arrière de la première maison, là où se trouvait autrefois l'aire dépicatoire. La ferme un peu dissociée des maisons est à l'est, de l'autre côté de la rue. Enfin le pigeonnier est implanté au nord du hameau, au milieu des terres agricoles. La demeure principale, de forme parallélépipédique comporte deux belles façades identiques à sept travées. Elle est construite en brique de béton moulé (terre sableuse, chaux et nombreux graviers) qui alterne régulièrement avec des assises de brique cuite de petite dimension. En partie haute, l'élévation ouest comporte aussi quelques assises de moellons bruts de grès. Les chaînes d'angle sont en pierre de taille de grès violet. Une corniche en terre cuite formée d'une succession de denticules couronne les murs. Les façades comportent des éléments en relief qui devaient être mis en valeur par l'enduit aujourd'hui disparu : cordon d'appui et cordon d'étage qui soulignent l'horizontalité de la façade, pilastres engagés à bossage qui encadrent la porte et pilastres lisses qui s'élèvent sur toute la hauteur de la façade. Le premier étage est mis en valeur par la présence de larmiers au-dessus des fenêtres et un grand balcon porté par des corbeaux de grès et pourvu d'un garde-corps ouvragé en métal. Pourtant, les salles de réception sont au rez-de-chaussée et les chambres à l'étage. La demeure est traversée par un large couloir et le grand escalier tournant en pierre à marches portantes est en position latérale. Au sud-ouest, les écuries et la remise attenantes au chai sont construites en brique de béton, moellon de grès et brique. Elles présentent les mêmes caractéristiques architecturales que la demeure, notamment la corniche qui est faite sur le même modèle. Le pigeonnier isolé est lui aussi construit en brique de béton, au moins en partie basse. Il se termine par un toit dit en pied de mulet couvert de tuile plate et les ouvertures sont couvertes par des arcs en plein-cintre. Il a conservé en partie l'enduit blanc d'origine et les bandeaux rouges qui encadrent l'élévation principale.

Protection

Référence aux objets conservés

IM81010008

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Servant Sonia

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

demeure, domaine de Louvignes
demeure, domaine de Louvignes
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image