Chai

Désignation

Dénomination de l'édifice

Chai

Titre courant

Chai

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Loupiac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Rabastens

Lieu-dit

Garenne (la)

Références cadastrales

2000 B 622

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Pressoir, cuvage, forge artisanale

Nom de l'édifice

Ferme ; briqueterie ; chai

Références de l'édifice de conservation

IA81013040

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu 19e siècle (?), 2e moitié 19e siècle (?)

Description historique

Le chai de la Garenne a été construit après les années 1830, date de réalisation du cadastre dit napoléonien sur lequel il ne figure pas, et antérieurement à la crise du phylloxéra survenue dans le Tarn à la fin des années 1870. Il semble avoir été construit au moins en trois temps si l'on en croit les chaînes d'angle englobées dans les maçonneries postérieures. Le corps de bâtiment le plus ancien est celui qui se trouve en partie haute et qui abrite les cuve de fermentation. Cependant, ce premier bâtiment ne pouvait pas fonctionner seul et il est probable que les deux agrandissements successifs -lieu de stokage du vin dans les cuves en béton et lieu de stokage des barriques- aient été ajoutés très rapidement. L'escalier hors-oeuvre qui s'appuie sur le pignon sud a été ajouté en même temps que la première extension.. Selon le témoignage du propriétaire, la forte crue du Tarn des années 1930 a emporté la partie basse du bâtiment. A la suite de cette destruction, la consolidation du bâtiment notamment dans la partie supérieure s'est faite en brique creuse. La grande homogénéité de construction des différentes parties témoigne certainement de constructions établies relativement proches dans le temps.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit à un pan

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Le chai est implanté en bordure du Tarn dont la rive offre une pente naturelle assez forte. La déclivité du terrain a été exploitée, mettant à profit les différents niveaux : la vendange arrivait dans la cour de la Garenne et par gravité, le vin était progressivement acheminé, au cours de son élaboration, jusqu'en partie basse où se trouvait le chai à barriques et d'où les tonneaux pouvaient partir au final par la voie d'eau. Le chai, mesure une trentaine de mètres de long et est couvert par un toit à longs pans dissymétriques. L'élévation côté cour (à l'ouest) est ouverte par cinq larges ouvertures. Une première grande salle qui occupe toute la longueur du bâtiment abritait peut-être deux pressoirs, un à chaque extrémité, dont les cercles tracés au sol seraient les vestiges. Un petit pressoir porté par une structure métallique subsiste à l'extrémité sud du bâtiment. La vendange était déversée depuis le quai de déchargement ouvert en façade directement dans les quatre cuves creusées dans le sol et dont les parois sont recouvertes de carreaux de terre cuite vernissée, d'une contenance d'environ 240 hectolitres chacune. Dans la partie nord du bâtiment, se trouvait la grande cuve de fermentation en bois dont il ne reste plus que le soubassement en brique qui permettait de la maintenir. La cuve elle-même se situait au niveau inférieur et la vendange y était déchargée par une grande trappe ouverte dans le plancher qui la recouvrait. A l'extrémité nord du bâtiment, se trouvait la forge. En contrebas, plus à l'ouest, se trouvent cinq cuves maçonnées alignées ; une sixième existait au sud. Bâties en béton et graviers, ces cuves sont recouvertes à l'intérieur de carreaux de terre cuite vernissée, bien visibles dans celle qui a été ouverte récemment. Celle-ci possède une contenance d'environ 310 hectolitres. Les cuves étaient remplies par le haut, par l'intermédiaire d'un robinet d'où coulait le vin qui arrivait depuis les quatre cuves creusées dans le sol. Enfin, au même niveau que cet espace se trouve le chai à barrique couvert en partie de voûtes en berceau qui correspondent à la troisième phase d'agrandissement du bâtiment. Il subsiste les socles en brique sur lesquels reposaient les tonneaux. Le bâtiment disparu pouvait prolonger cet espace de stockage. Une source située au nord du bâtiment permettait d'alimenter le chai en eau, utile notamment pour le nettoyage des cuves. Tout un réseau de petites canalisations a été mis en oeuvre pour évacuer les eaux sales. Au-dessus des voûtes, depuis les combles, on observe les ouvertures rectangulaires condamnées par le troisième agrandissement. Enfin au sud-est du chai, une terrasse a été aménagée pour permettre l'accès aux salles aménagées dans les niveaux supérieurs qui ont pu servir de bureau ou de laboratoire. Cette terrasse est délimitée à l'est par un mur en brique lui-même contrebuté par de puissants contreforts à glacis. Les maçonneries alternent généralement une assise de brique et deux ou trois rangs de galet. Quelques parties seulement (la salle souterraine où se situait la grande cuve en bois et une partie du pignon nord qui correspond au premier agrandissement) sont construites en gros moellon de molasse alternant avec un rang de galets ou de morceaux de brique. Chaînes d'angle, encadrements d'ouvertures et voûtes sont en brique tandis que certains cloisonnements intérieurs sont en brique de terre crue. La plupart des sols sont recouverts de carreaux de terre cuite.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Servant Sonia

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Sous-dossier

1/2
chai
chai
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image