Ferme, briqueterie

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ferme, briqueterie, chai

Titre courant

Ferme, briqueterie

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Loupiac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Rabastens

Lieu-dit

Garenne (la)

Références cadastrales

1836 B 107, 108, 2010 B 622, 623

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Écurie, four à pain, puits, logement, embarcadère

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

18e siècle (?), 3e quart 19e siècle, limite 19e siècle 20e siècle

Description historique

Le site de la Garenne dépendait du château de Saint-Géry (Rabastens) construit sur la rive opposée du Tarn. La maison et les écuries auraient été construites vers 1858 selon les registres du cadastre. Elles s'élèvent à la place d'une première construction détruite vers 1855, représentée sur le plan cadastral de 1836. Il n'est pas à exclure qu'une partie de la maison principale, et en particulier les deux premiers niveaux voûtés, ait été conservée de la maison antérieure. La fonction originelle de ces salles voûtées reste à définir ; celle de chai pour le rez-de-chaussée au moins pourrait être envisagée. Les écuries en revanche semblent bien dater entièrement du milieu du 19 siècle. Dans les années 1850, le château de Saint-Géry et la Garenne appartiennent à la famille O'Byrne, famille d'origine irlandaise qui en devient propriétaire par le mariage de Gertrude Rey avec Edouard O'Bryne. La briqueterie se serait développée sur le site à partir des années 1850 ; elle est encore en activité dans les années 1920.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, galet, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre

Typologie de couverture

Toit à longs pans, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Le site de la Garenne se développe sur la rive gauche du Tarn et la maison est implantée à une cinquantaine de mètres de la rive. La maison se compose d'un corps de bâtiment rectangulaire à deux étages et couvert par un toit à longs pans. La façade ouvre au sud et contre l'élévation nord s'appuie un corps de bâtiment étroit couvert par un toit à un pan qui ne s'élève pas au-delà du premier étage. Dans la partie orientale, le petit corps abrite l'escalier droit en maçonnerie qui permet de rejoindre le premier étage alors que la partie ouest est constituée d'un couloir voûté en plein-cintre. Chaque niveau est composé d'un couloir central transversal planchéié qui distribue de part et d'autre, au rez-de-chaussée et au premier étage, une salle couverte par une voûte en plein cintre. Seul le rez-de-chaussée dispose d'une salle voûtée supplémentaire à l'ouest, sous la terrasse. Au rez-de-chaussée, la hauteur sous voûte est plus haute qu'à l'étage, autorisant le percement des fenêtres au sud tandis qu'à l'étage, les ouvertures sont percées à l'est et à l'ouest uniquement. A partir de ce niveau, un escalier en bois installé dans le couloir central prend le relai de l'escalier droit. Dans la salle orientale du premier étage, la cheminée a été aménagée sur le petit côté, à l'angle de la voûte. Au second étage, les salles de faible hauteur sont planchéiées et les cheminées sont installées dans les angles. De larges fenêtres sont ouvertes au sud tandis que des fenêtres plus étroites avec un léger ébrasement interne sont percées à l'est et à l'ouest. Toutes les ouvertures de la maison sont couvertes par des arcs au tracé segmentaire. Le garde-corps en terre cuite de la terrasse utilise des briques dressées sur lesquelles reposent des briques qui adoptent un tracé en arrondi rappelant des motifs de garde-corps en métal ou en bois. La corniche est en terre cuite.
Les écuries se trouvent directement adossée au petit corps nord de la maison et des portes couvertes par des arcs plein cintre (actuellement obturées) permettaient de relier la maison aux écuries. Ces dernières se composent de trois corps de bâtiment organisés sur un plan en U et la partie centrale est couverte par une terrasse laquelle est accessible depuis la maison d'habitation, par le palier de l'escalier droit. Le corps nord des écuries dispose d'un niveau supplémentaire de fenil au-dessus des stalles, accessible par un escalier en bois. A partir du fenil, on pouvait déverser le foin dans la petite salle voûtée centrale par une petite ouverture quadrangulaire et le distribuer ainsi plus facilement dans les mangeoires des stalles des corps est et ouest. Installées sous des arcades, les mangeoires pouvaient ainsi être remplies par le couloir central, situé dans le prolongement de la petite salle voûtée et sous la terrasse tandis que les mangeoires les plus au nord communiquent directement avec la petite salle voûtée. Les murs extérieurs est et ouest conservent quatre arcades, aujourd'hui obturées, lesquelles étaient plus larges dans le corps nord. Les maçonneries des écuries et de la maison mettent en ouvre des rangs de brique qui alternent avec deux rangs de galets et les chaînes d'angle sont en brique.
La maison dispose d'un four à pain installé dans un petit corps de bâtiment indépendant au sud-est et d'un potager clos à l'ouest. Deux puits subsistent : entre la maison et le four et à l'intérieur du potager (associé à un lavoir). Ce qu'il reste de la briqueterie se développe au nord de la maison et des écuries et le grand chai s'étend à l'est, à proximité du Tarn.

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Servant Sonia

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

1/2
maison, domaine de la Garenne
maison, domaine de la Garenne
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image