Village

Désignation

Dénomination de l'édifice

Village

Titre courant

Village

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Le Verdier

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Castelnau-de-Montmiral

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Moyen Age, 13e siècle (?), 14e siècle (?), 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Description historique

Aucune mention ancienne ne vient nous renseigner sur la création du village du Verdier au Moyen Age. C'est à partir de la morphologie du site que l'on peut déduire qu'un château est à l'origine de la création de la petite agglomération. Le seigneur de Cahuzac est l'un des principaux seigneurs directs du Verdier. Il possédait une tour sur le site, attestée tardivement, en 1441 (Rossignol, p. 343). Le faubourg neuf ou barri nau établit sur un plan régulier rappelle les créations de villes et villages neufs des 13e et 14e siècles. La création du faubourg est peut-être à mettre en relation avec l'autonomie que la communauté du Verdier obtient en 1359 lorsqu'elle est détachée de celle de Cahuzac (Rossignol, p. 338). L'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul est venue coloniser l'ancien fossé. Située à l'origine au lieu-dit Saint-Paul à 1,5 km à l'ouest du village, elle est reconstruite dans le village probablement au cours du 16e siècle. A la même période, l'habitat est déjà largement présent sur le site du château, ce dont témoignent plusieurs maisons en pan de bois des 15e et 16e siècle. L'habitat du village a connu des transformations majeures à partir du 18e siècle mais surtout au 19e siècle. Des fermes nouvelles se sont développées en limite de village tandis que d'autres voyaient le jour à partir de la restructuration de plusieurs parcelles bâties. Dans le premier quart du 20e siècle, les maisons les plus anciennes jugées trop exiguës ont connu un phénomène de déclassement : elles ont été converties en cave et ont subi des réaménagements (repercement d'ouverture, aménagement de pressoir, etc.).

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Le village est établi sur une hauteur, à la confluence des ruisseaux du Vervère et d'Escourou qui se jetent un peu plus au sud dans la rivière de la Vère. Le site d'éperon est défendu sur trois côtés par le dénivelé naturel recreusé et, au nord, du côté où il se raccroche au plateau, il était barré par un fossé. Le noyau originel peut être identifié dans la partie sud du village. Un premier château pourrait en être à l'origine. On repère encore essentiellement le large fossé qui ceinturait le site et qui déterminait une vaste plate-forme ovoïdale. L'emplacement même du bâtiment seigneurial médiéval est difficile à préciser tant ce secteur a connu de transformations. Au nord, au-delà de l'ancien fossé se repère un quartier cohérent et bien distinct du noyau originel, le barri nau. L'habitat est établi le long d'un axe principal orienté nord sud et où la régularité du parcellaire est encore perceptible. Les maisons présentaient leur mur pignon en façade et de petits espaces appelés andrones séparaient les habitations les unes des autres et recevaient les eaux de pluie. Au nord la place de la Grèze faisait partie intégrante de ce quartier. Au sud-ouest du village, l'église paroissiale est implantée sur un terrain en pente. Elle a donné naissance à un petit quartier établi sur la pente.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique ; propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2010

Date de rédaction de la notice

2010

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Servant Sonia

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

village
village
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image