Demeure, domaine viticole

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Titre courant

Demeure, domaine viticole

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Técou ; 18 le Bourg

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Gaillac

Adresse de l'édifice

Le Bourg ( ) 18

Références cadastrales

1819 C 643, 644, 683 à 686, 2013 C 117, 1031 à 1035

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cuvage, chai, pressoir à vin, remise agricole, écurie, logement, fenil, petit parc

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 18e siècle, 1ère moitié 19e siècle

Description historique

D'après les recherches menées par Michel Durand-Delga, le premier propriétaire connu est Adrien Julia, bourgeois de Técou, ayant vécu entre 1620 et 1695 environ. Le rôle de la capitation révèle une position aisée, sa veuve était imposée en 1695 pour 30 livres tournois et sa maison comptait trois domestiques. La maison a été construite en limite de bourg, sur l'emplacement d'une hypothétique enceinte et renferme dans le niveau de soubassement des grands silos maçonnés et enduits pouvant être datés du 17e siècle. A la troisième génération, la famille accède aux charges de robe au cours du 18e siècle grâce au statut de Philippe, avocat au parlement et juge de Labessière de Candeil. A sa mort en 1786, c'est sa soeur Marie-Anne et son mari, Joseph Ardourel, marchand d'Albi, qui prennent possession de la maison. Leur fille Jeanne-Roch-Rémie Ardourel épouse en 1792 François Cassan, avocat et descendant d'une famille bourgeoise de Brens. C'est probablement à la suite de leur mariage que François Cassan fit reconstruire la maison familiale dans la tradition stylistique du 18e siècle. Les aménagements intérieurs, menuiseries et cheminées, sont en revanche inscrits dans la tradition stylistique des premières décennies du 19e siècle avec un décor de stuc de palmettes pour les cheminées, d'impostes ajourés en plein cintre au-dessus des portes et motifs de lances sur les vantaux des portes de communication. En 1826 (AD Tarn, 3 P 2230), François Cassan est propriétaire de la maison, d'une cave qu'il possède dans le village et d'une écurie. En 1829, ses biens sont partagés entre ses deux fils, Léopold et Léon. Léopold, l'aîné, possède à cette date la maison familiale ainsi que la petite maison annexe (683 et 684) (AD Tarn, 3 P 2231). Léon, lui, est propriétaire de la parcelle 684 et de 686. Il acquiert selon toute vraisemblance la parcelle 685 en 1847. C'est probablement à Léopold ou à son frère Léon, lorsqu'il hérite des biens de son frère en 1869, qu'il faut attribuer l'aménagement du pressoir au rez-de-chaussée du bâtiment de la parcelle 686. Il s'agit d'une réorganisation de l'activité vinicole qui se traduit aussi par l'installation de dispositifs de filtres du vin blanc au niveau de soubassement de la maison. En 1878, la maison de la parcelle 684 est convertie en bâtiment rural, ce qui peut correspondre au réaménagement de ce dernier en logement et annexe de la maison. C'est probablement au changement de génération, en 1888, lorsque Henri Cassan, neveu de ce dernier et avocat de Gaillac, et son épouse s'installent dans la maison, que le parc est aménagé avec un labyrinthe de buis, le poste d'exploration, la roseraie et l'oratoire. La propriété est restée dans la famille Cassan jusqu'en 1975, date à laquelle elle a été vendue à M. Burley qui a su préserver les aménagements intérieurs.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, galet, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé

Typologie du couvrement

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

La demeure, élevée dans le bourg de Técou en limite d'enceinte domine son parc, aménagé en contrebas. Elle possédait de nombreuses parcelles de vigne qui étaient cultivées dans le proche environnement. Reconstruite à la fin du 18e siècle, elle possède dans son niveau de soubassement des aménagements antérieurs comme des silos enterrés. A neuf travées et construite en brique, elle conserve l'organisation traditionnelle des demeures du vignoble. Dans les parties semi-enterrées, établies en soubassement, étaient aménagés le cuvier et le chai à barriques, disposant chacun d'une porte indépendante à l'arrière, suffisamment large pour la manutention de la futaille. Le niveau bas a été modernisé à la fin de la décennie 1860 avec l'installation d'un nouveau pressoir et d'une annexe dans les bâtiments annexes, les anciens locaux vinicoles n'étant plus spécialisés que dans l'élevage du vin blanc. La présence de bouteillles et de marques au pochoir attestent d'une production importante au 19e siècle. Un nouvel accès aux parties vinicoles, depuis la rue et par une porte indépendante, y est d'ailleurs aménagé à ce moment-là. L'accès à la résidence est légèrement surélevé et bénéficie d'un petit perron. A ce niveau, les pièces de vie s'organisent à partir d'un couloir central. Le salon et la salle à manger, en vis-à-vis et en partie centrale, sont les pièces les plus spacieuses. La cuisine se trouve au nord-ouest. Contre cette dernière se trouve un escalier desservant les niveaux bas. Le niveau de combles est dallé de carreaux de terre cuite et était aménagé. Toutes les cloisons sont en pan-de-bois et en torchis.

Protection et label

Référence aux objets conservés

IM81011026, IM81011027

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2013

Date de rédaction de la notice

2013

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

demeure, domaine viticole
demeure, domaine viticole
(c) Conseil départemental du Tarn ; (c) Inventaire général Région Occitanie
Voir la notice image