Maison de vigneron

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Genre du destinataire

De vigneron

Titre courant

Maison de vigneron

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Gaillac ; 16 Grand Rue du Château de l'Homp

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Gaillac

Adresse de l'édifice

Château de l'Homp (Grand Rue du) 16

Références cadastrales

1827 F 1190, 2012 BS 715

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Chai, cuvage, fenil

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

16e siècle (?)

Description historique

Le parcellaire du quartier révèle l'institution d'une agglomération structurée au Moyen Age. Les élévations postérieures du rez-de-chaussée du bâtiment sont élevées en couches de terre continues. Le bâtiment semble faire l'objet d'une reprise à la fin du Moyen Age, probablement au 16e siècle. La maison, peut être le résultat d'un remembrement, est établie sur une façade d'un peu plus de 10 m de long pour une profondeur de plus de 12 m. Le rez-de-chaussée semi-enterré est organisé en deux grands espaces longitudinaux dans lesquels s'organise le tinal dans une partie, le chai occupant les autres parties. L'habitation se tenait à l'étage et un comble était aménagé sur la partie droite de la maison. La maison fait l'ojet d'un aménagement à l'étage au 18e siècle avec le percement de longues fenêtres couvertes d'un arc segmentaire. En 1827, elle était la propriété de François Vigné mentionné alors propriétaire (AC Gaillac, 1 G 18). Abel Jalibert, tonnelier et vigneron, acquiert ce bâtiment, voisin de son chai indépendant en 1901 (AC Gaillac, 1 G 22), qui communiquait avec ce dernier. Dans la 1ère moitié du 20e siècle, l'escalier intérieur est reconstruit et l'aménagement se poursuit à l'étage ainsi qu'au comble pour aménager un espace suffisant dans la partie arrière gauche de la maison. Le bâtiment est maintenant propriété de la commune et sert de lieu de stockage pour les Scouts de France.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Terre, brique, brique crue, enduit, badigeon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, comble à surcroît

Typologie du couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur : escalier droit, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

La maison, de plan rectangulaire, présente sa façade principale au nord, sur la Grand Rue du Château de l'Homp. Le rez-de-chaussée des élévations postérieures est constitué de couches de terre continues, le reste de l'élévation de l'édifice du 16e siècle, en revanche, est construit en brique. Les reprises postérieures aux étages sont signées par des mises en oeuvre hétérogènes associant moellon et d'autres matériaux composites ou de la brique de terre crue, pour le comble. La façade principale et la moitié orientale de l'élévation postérieure sont couronnées par une corniche en brique à consoles. De 10,50 m de large sur 12,50 m de profondeur, l'édifice présente une organisation régulière au rez-de-chaussée semi-enterré. L'espace était divisé longitudinalement par un mur de refend percé de deux grands arcs en brique et transversalement par un autre refend en brique ouvert par deux grands arcs. Au nord-est, la façade est ouverte par une large baie de décharge couverte d'un arc segmentaire chanfreiné. Elle ouvrait sur deux cuves de fermentation en brique dont les départs de voûte sont encore visibles. La première s'établissait sur un rectangle de 2,45 m de long sur 2,62 de large ; la seconde, 2,68 m de long sur 2,62 de large. L'allège de la baie dégage un espace semi-circulaire recouvert d'un enduit. Une petite baie d'aération rectangulaire et à l'encadrement chanfreiné est associée à la baie de décharge. Les autres espaces étaient réservés au stockage du vin, une plus grande baie d'aération rectangulaire fermée par une grille était percée dans la partie droite de la façade principale et en assurait la ventilation. Les élévations postérieures étaient percées de larges portes, agrandies au 20e siècle, qui en permettaient la circulation, des petites baies d'aération y étaient aussi associées. Le chai a communiqué, au moins à l'origine, avec le bâtiment voisin qui avait la même fonction, pourtant établie sur un espace plus réduit.
L'étage était réservé à l'habitation, organisée en quatre pièces. La porte, à l'encadrement chanfreiné et couverte d'un arc surbaissé, ouvre sur un escalier droit menant à l'étage. De larges ouvertures, percées encore sur le modèle de la croisée, sont encore discernables dans l'élévation postérieure et éclairaient les différentes pièces. Une porte couverte d'un arc segmentaire et chanfreinée et une large porte rectangulaire chanfreinée permettaient le passage entre les différentes pièces. le dernier niveau est un niveau de comble exploité uniquement en partie arrière, éclairé et aéré par des ouvertures dans l'élévation postérieure. Ce niveau dallé en terre cuite était destiné dans la partie gauche au fenil, avec une porte haute alors que dans la partie droite, la pièce était enduite et contenait un espace fermé, probablement réservé au stockage de grains. La façade est protégée par un enduit recouvert d'un badigeon dont l'essentiel est de couleur rouge alors que la corniche et les encadrements des ouvertures étaient rehaussés d'ocre jaune. L'élévation postérieure a conservé son ancien enduit recouvert de lait de chaux sous la corniche et sur les encadrements des ouvertures.

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2012

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

maison de vigneron
maison de vigneron
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image