Ferme, domaine viticole

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ferme

Titre courant

Ferme, domaine viticole

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Cestayrols

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Gaillac

Lieu-dit

Moussens

Références cadastrales

1827 D 41 à 51, 56 à 60, 64 à 66, 2012 D 18

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Chai, cuvage, étable, grange, hangar, bergerie, pigeonnier, pressoir à vin, remise agricole, toit à porcs, four à pain, puits

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1875

Commentaires concernant la datation

Date portée

Description historique

La ferme, à la tête de laquelle se trouvait encore dans le 1er quart du 19e siècle une demeure établie sur des dimensions importantes, était une propriété composée de plusieurs bâtiments construits probablement au 18e siècle au regard des éléments stylistiques encore présents dans le vieux bâtiment abritant le four et la cheminée destinée à faire chauffer les cuves de lessive. Les portes s'ouvrent sous le tracé d'un arc segmentaire et la clef du manteau de la cheminée est sculptée d'un personnage en pied. La réorganisation et la construction des bâtiments d'un véritable domaine agricole dans lequel la viniculture prend une place de choix n'intervient pourtant que plus tard. Les premiers indices sont perceptibles au milieu du 19e siècle. En 1853, le bâtiment D 56 est démoli pour la construction d'une grande bergerie établie au sud de la cour secondaire. Un plan du domaine et de ses propriétés est levé en 1864, probablement par Pierre-Philippe Monestié, cadet de la famille. D'après la tradition familiale, le domaine aurait été constitué et reconstruit par Jean-Jacques Monestié (1828-1910) et ses deux autres frères, Pierre-Philippe (1845-1914, marié en février 1875) et Adrien (le plus jeune), avant 1875. Des modifications afférentes à certains bâtiments sont effectives dès le début des années 1870 (3 P 630, en D 44 par exemple). La date gravée de 1875 sur l'entrée du grenier donnant sur la cour principale en atteste l'achèvement à ce moment. Le linteau des deux portes de la demeure affiche au niveau de l'imposte, au centre du rayonnement de fer forgé, le "M" de Monestié. C'est un véritable domaine agricole qui s'est constitué dans le 3e quart du 19e siècle composé d'un nombre important de bâtiments élevés sur de grandes dimensions et répartis autour de deux cours. Le vin était acheminé jusqu'à la gare de Teyssonnière en direction de l'Aveyron et de Décazeville. Le domaine s'est depuis orienté vers la viticulture qu'il privilégie avec 26 ha de vignes et une production actuelle de 2500 hl.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, 2 étages carrés

Typologie du couvrement

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

Les bâtiments du domaine s'étendent sur une surface au sol supérieure à 6000 m², la plus grande partie est néanmoins resserrée sur une surface de presque 4000 m² au sol. Profitant de la déclivité du terrain, les bâtiments s'organisent autour de deux cours.
Sur la prééminence naturelle, la demeure domine de sa façade principale ouvrant au sud, un vaste terrain aménagé à l'est et au sud. Au nord de ce dernier, est élevé un bâtiment rectangulaire du 18e siècle faisant office de four à pain de blanchisserie avec les cuves à lessive. Au sud-est, s'élevait une grande grange maintenant en mauvais état.
L'organisation du logis profite de la pente du terrain, un niveau de soubassement a été aménagé et les pièces de réception ouvrent sur une large terrasse élevée le long des élévations sud et est. A l'arrière, s'organise la cour principale au nord de laquelle se trouve un grand bâtiment de 30 m de long abritant au niveau de soubassement le chai et des greniers aux deux autres niveaux. Des annexes étaient aménagées sur le retour en liaison avec le pressoir, au nord du grand portail. Au sud, un long bâtiment accueille une grange aux niveaux supérieurs accessibles depuis la cour alors que l'étable, au niveau de soubassement ouvre au sud sur la cour secondaire.
On accédait à cette dernière, fermée sur presque tout le pourtour, par deux portails : l'un au nord, ouvert depuis la route, l'autre au sud. Un long bâtiment rectangulaire ferme le côté sud, il abrite une remise agricole aux extrémités, une bergerie et des toits à porcs dans la partie médiane. A l'ouest, se trouvent puits couvert et pigeonnier qui abritait également un logement. Une grande remise agricole ouverte par des arcades au rez-de-chaussée comprend aussi un niveau de stockage de grains. Le portail nord permettait d'accéder directement au chai ouvert aussi sur la cour secondaire. Le chai, de 30 m de long a une surface de 300 m². Il est aéré par des petites baies horizontales, un quai de déchargement est situé dans la partie sud et deux baies de décharge dans les deux bâtiments annexes du chai au nord. La partie chai à barriques était accessible au sud depuis la cour secondaire alors que les parties réservées à la vinification, aux cuves et au pressoir se trouvaient au nord. Le chai est encore équipé d'une enfilade de cuves en ciment qui occupent toute la partie nord. En 1930, un pressoir hydraulique de la marque du "Coq Lyonnais" et fabriqué à Aix-en-Provence a été installé sous une annexe maçonnée construite par le maçon Cassagne.
La demeure à la tête du domaine domine ce dernier par sa situation. Elle offre ainsi deux façades, l'une soignée au sud, avec un accès depuis un escalier extérieur donnant sur la terrasse. La porte couverte d'un arc plein cintre mouluré a bénéficié d'un soin tout particulier : deux pilastres sont détachés des piédroits qui soutiennent un entablement couronné d'une corniche. Les vantaux sont surmontés d'un imposte sur lequel un décor de fer forgé aux motifs terminés par des pointes de flèche rayonnent autour de l'initiale "M". La porte ouvrant sur la cour principale reprend le tracé en plein cintre mouluré mais sans entablement. Un couloir traversant divisait le niveau en quatre pièces dont la principale comprenait une cheminée en pierre au manteau surbaissé sommé d'une corniche. Le niveau de soubassement a probablement abrité un chai à barriques, attribut souvent indissociable de la demeure.
L'ensemble des constructions est construit en moellons de calcaire, les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille calcaire.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

ferme, domaine viticole
ferme, domaine viticole
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image