Demeure, domaine viticole

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Appelation d'usage

Domaine viticole

Titre courant

Demeure, domaine viticole

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Gaillac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Gaillac

Lieu-dit

Brisses (les)

Références cadastrales

1827 H 15, 18 à 26, 2012 NR 5, 11, 34, 36, 38

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Cellier, chai, cuvage, pressoir à vin, pigeonnier, étable, grange, remise agricole, logement, forge artisanale, écurie, poulailler, toit à porcs, parc

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle, 4e quart 18e siècle, 2e moitié 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Description historique

Un petit domaine agricole comprenant un chai sous la demeure et pour le moins un pigeonnier, a été construit au 17e siècle, probablement par un membre de la famille Blanc, peu de temps après la construction de la demeure d'Antoine Blanc, édifice contigu. Une reprise en sous-oeuvre dans la 2e moitié du 18e siècle est visible dans la demeure et se caractérise par un appareil alterné de lits de brique et de galets, à une date contemporaine de la demeure voisine, des Blanc. La propriété se composait d'une demeure, de bâtiments agricoles, du logement du maître-valet et d'un pigeonnier. Elle appartenait alors à la famille Coutaud qui détenaient aussi des propriétés à Fonrique, à la métairie d'Arnal. En 1844, une nouvelle construction est entreprise contre la maison, ce qui entraîna la destruction du bâtiment préexistant. Un bâtiment abritant étables, écurie et grange est alors construit, à l'ouest de la maison. Dans la 2e moitié du 19e siècle, le domaine est réorganisé. Le logement du maître-valet qui n'était qu'un simple bâtiment est agrandi avec l'élévation de deux pigeonniers-tours bordant la façade principale mise au goût du jour. Un chai est ensuite élevé contre l'étable-grange ainsi qu'une remise pour protéger les véhicules. Dans le 2e quart du 20e siècle, la demeure est remise au goût du jour avec l'adjonction d'une terrasse-pergola. Les encadrements des ouvertures en brique sont repris ainsi que l'aménagement intérieur de la maison. Le domaine resta dans la famille Coutaud jusque dans les années 1970, date à laquelle M. Julia, négociant en vin, reprit l'exploitation qui resta en activité jusque dans les années 80.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, brique crue, calcaire, moellon, galet, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, 1 étage carré, comble à surcroît

Typologie du couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur : escalier tournant, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'accès principal du domaine des Brisses s'effectuait par une allée de platanes menant au parc depuis la route de Lisle-sur-Tarn. Il est désormais accessible au nord, depuis la route de Saurs par un chemin qui mène directement à la demeure. A l'est de l'allée se trouvait une parcelle qui servait de carrière à la briquèterie de Fonrique. Au nord, se trouvent la demeure, qui conserve en partie l'emprise de la demeure du 18e siècle, et les étables et écuries contre lesquelles se tenait le chai. Une remise agricole est élevée contre le pignon occidental du bâtiment. Le potager, fermé par un enclos, se trouvait en face de l'écurie, au sud. Il bénéficiait d'un système d'irrigation reliant des canaux à deux petits bassins formant réserve d'eau. Le logement du maître-valet se trouve au sud. Un bâtiment initial en rez-de-chaussée a été agrandi de deux tours et de deux petites ailes comprenant une forge dans la partie nord-occidentale. Deux pigeonniers sont aménagés dans la partie supérieure des tours qui sont reliées par une corniche surmontée d'un garde-corps en tuile, fermant la façade sud du logement. Au sud-ouest, se tient un pigeonnier. Les parties du 17e siècle qui correspondent au parti initial de la demeure et du pigeonnier sont construits en brique liée par des joints rubannés. Les lits alternés de brique et de galets signent la reprise de la 2e moitié du 18e siècle qui conserve les baies d'aération du chai et les ouvertures associées, porte et fenêtre. La demeure accueillait la cave vinaire située au nord-est, aérée par des petites baies chanfreinées. Linteau et appui sont en pierre, les piédroits sont en brique. Elle était percée d'une porte à l'encadrement en brique et d'une fenêtre rectangulaire fermé par une grille. Il donnait sur une partie située en soubassement, dans laquelle se trouvait un puits, et dont le plancher était supporté par des arcs en brique, cave particulière du propriétaire ou annexe du chai. Le pigeonnier abritait au rez-de-chaussée un abri pour le cochon ou les poules ouvrant par une large porte dont les deux panneaux sont ferrés de clous forgés à têtes rondes et losangiques. Une randière saillante et moulurée ceinture l'édifice. Les trous d'envol en grès, ménagés dans des lucarnes couvertes d'un arc rehaussé d'une corniche segmentaire, ouvertes dans les élévations est et sud, et dans une baie rectangulaire dans l'élévation est. La corniche qui couronne l'édifice est composée de consoles en terre cuite. Le logement du maître-valet conserve une partie élevée en brique avec un soubassement en appareil alterné, brique et galets. Les deux pigeonniers-tours ont la partie supérieure construite en moellons de calcaire alors que la partie inférieure est en brique. Le bâtiment abritant grange-étable et écuries est quant à lui construit en brique de terre crue dont le grand module, confectionné sur place est de 40 x 27 x 9. Le soubassement est en moellons de calcaire. L'élévation occidentale est constituée de lits alternés de briques et de galets et de briques de béton de chaux. Le chai, lui, est construit en moellons de calcaire. Les cuves de fermentation se trouvaient au nord-ouest, sous une baie de déchargement. Le pressoir était situé sous une autre baie de déchargement, au nord, dans la partie où se trouvaient les cuves de logement.

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

demeure, domaine viticole
demeure, domaine viticole
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image