Logis puis ferme

Désignation

Dénomination de l'édifice

Logis, ferme

Titre courant

Logis puis ferme

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Gaillac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Gaillac

Lieu-dit

Sainte-Cécile d'Avès

Références cadastrales

1828 I 1215, 1213, 2011 PB 75

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Étable, grange, chai, cuvage

Nom de l'édifice

Château

Références de l'édifice de conservation

IA81012134

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

16e siècle (?), 1er quart 17e siècle (?), 18e siècle

Description historique

Un premier domaine agricole possédé par Jean-Jospeh Barjalade en 1828 a précédé le domaine agricole et viticole du 4e quart du 19e siècle. Le logis qui occupe la partie droite du bâtiment principal a été construit au 16e siècle (?) ou dans le 1er quart du 17e siècle (?) comme en témoigne une fenêtre à croisée. Les piédroits de la baie sont en brique ; linteau, appui, meneau et traverse sont en pierre de calcaire. Le meneau et la traverse ainsi que les piédroits sont soulignés par un chanfrein, amorti sur le meneau par un congé en cuillère. L'appui est légèrement saillant et sobrement mouluré. L'association brique et pierre ainsi que le type des moulurations plaident pour une datation de la 2e moitié du 16e siècle ou au plus tard du 1er quart du 17e siècle. Le rez-de-chaussée de l'élévation nord est en terre massive établie en couches continues et le reste de l'élévation du premier logis à un étage est en brique. La porte intérieure au linteau en bois et à l'encadrement en brique conserve un décor de chanfrein et la salle de l'étage a gardé son plafond d'origine. Le logis a fait l'objet d'un remaniement et d'un agrandissement notoire au 18e siècle avec l'aménagement d'une entrée couverte d'une voûte d'arêtes menant à un escalier droit. Une porte intérieure couverte d'un arc segmentaire en brique ouvre sur une partie agricole, probablement une étable. Un corps de bâtiment était accolé à ce dernier sur toute la longueur comme en témoigne le plan cadastral de 1828 avec une communication effectuée par des arcades en brique. La présence d'une cuve en brique associée à une baie de déchargement dans l'emprise d'un deuxième bâtiment accolé au nord du logis laisse penser qu'il s'agissait du chai et du cuvier associé. Il est possible que l'activité viti-vinicole ait été suffisamment développée sous l'ancien régime pour qu'elle se manifeste à travers ces deux agrandissements successifs, suivis de l'exhaussement du comble, et la construction d'un grand chai indépendant représenté en parcelle 1292 en 1828, bâtiment ayant précédé le chai de 1880. En effet, la présence d'un pigeonnier et le développement des bâtiments agricoles au sud du logis, autour de la cour, laissent penser que le domaine agricole était déjà développé. Les larges portes de l'étable ont été remaniées au début du 20e siècle et couvertes d'un IPN. Les bâtiments sud et nord ont été détruits et tronqués au 20e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Terre, brique, brique crue, calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie du couvrement

Voûte d'arêtes

Typologie de couverture

Toit à un pan

Commentaire descriptif de l'édifice

La ferme qui est représentée sur le plan cadastral de 1828 s'organisait à partir d'un premier logis, agrandi d'une étable à l'ouest et augmenté de deux corps de bâtiments au nord. Au sud, se développaient deux bâtiments de part et d'autre de la cour. De l'autre côté du chemin se tenaient un long bâtiment annexe et un pigeonnier. Pour l'heure, il n'est perceptible de cet ensemble que le premier logis augmenté des deux bâtiments au nord. Le premier logis à un étage, construit en terre massive au rez-de-chaussée et en brique à l'étage a été exhaussé d'un niveau de comble, pour partie en brique de terre crue, à la fin du 18e siècle ou au début du 19e siècle. Les baies percées au 18e siècle sont couvertes d'un arc segmentaire et ont un encadrement en brique. A l'étage, les fenêtres ont un appui en calcaire saillant et mouluré. Les deux bâtiments nords étaient construits en brique et étaient dévolus à l'activité vinicole.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Sous-dossier

logis puis ferme
logis puis ferme
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image