Ferme

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ferme

Titre courant

Ferme

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Vieux

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Castelnau-de-Montmiral

Lieu-dit

Peyrouzelles

Références cadastrales

1812 C 342, 2000 C 97

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Grange, étable, chai, cuvage, atelier, puits

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1868, 1875

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Description historique

En 1812, Peyrouzelles appartenait à Jean Guilhabert, cultivateur à Catusse. Jean-François Ratier acquiert la propriété en 1850 et va progressivement la remettre en état et la reconstruire partie par partie. En 1868, il fait construire la remise agricole avec une large porte charretière, au nord. Le claveau de l'arc porte la date gravée de 1868. En 1875, il fait construire le logis et se fait représenter en buste du côté gauche de la porte avec ses initiales, RJF (Ratier Jean-François) alors que du côté droit, il fait représenter son fils avec ses initiales "RJC" (Ratier Jean Camille). Il fait inscrire la date de 1875 ainsi que le nom Ratier sur l'entablement. En 1878, le registre des augmentations signifie une augmentation de construction, ce qui peut correspondre à la date de construction de la cave (AD Tarn, 3 P 2366, Registre des Augmentations, 1833-1881).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, comble à surcroît

Typologie du couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon

Commentaire descriptif de l'édifice

La ferme de polyculture et de vini-viticulture de Peyrouzelles illustre par l'allée d'arbres qui mène à la propriété et le traitement de la façade du logis la prospérité et l'ascension sociale qu'a pu procurer la viticulture. L'évolution de la ferme de polyculture et de vini-viticulture de Peyrouzelles, comptant 6 ha de vigne, est intéressante par son aménagement progressif et l'organisation des différentes parties agricoles. La feme s'organise dans un premier temps, avant 1878, autour du logis qui abrite dans sa partie arrière, en profondeur, une grange-étable, accueillant une paire de boeufs et un cheval. Elle ouvre sous la remise agricole qui est construite en 1868. Dans un deuxième temps, un bâtiment indépendant situé au nord du logis et ouvrant sur la remise agricole est élevé pour abriter la grange-étable, pouvant alors abriter jusqu'à six vaches et un cheval. L'ancienne grange-étable est alors transformée en chai et accueille les demi-muids. Dans un troisième temps, la cave ayant fonction de chai puis de cuvage est construite contre la remise agricole, au nord et formant retour sur la cour. Une large porte charretière est ouverte à l'arrière, au nord-ouest pour permettre le déchargement du raisin dans le pressoir. Le pressoir était installé au tiers de la longueur et une cuve maçonnée, datant probablement de 1900, contenait 50-60 hl environ, a été placée non loin pour récolter le jus après foulage du raisin. La cave pouvait abriter 45 demi-muids répartis en 3 rangées et le chai du logis, 6. Lors des récoltes exceptionnelles, 2 ou 3 demi-muids pouvaient être stockés dans la grange-étable. La production pouvait varier entre 200 hl et 300 hl de vin. Un atelier se trouve dans le prologement de la cave. Le logis, couvert d'un toit à pavillon dont le débord repose sur une corniche, comprend un étage carré et un comble à surcroît. La façade principale est ordonnancée et à cinq travées. Les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille de calcaire, la porte a reçu un traitement particulier. Monumentale, elle est couronnée par une corniche. Sur le tympan est sculpté le nom de RATIER dans un cartouche, encadré par la date de 1875. De chaque côté sont représentés en buste et de profil, Jean-François Ratier à gauche et Jean Camille, à droite. La travée centrale est marquée par la porte-fenêtre qui ouvre sur un petit balcon au garde-corps en fer forgé. La distribution intérieure s'effectue par un couloir central qui mène à l'escalier. Au rez-de-chaussée, la cuisine se trouve à droite et le salon à gauche. A l'étage, deux chambres sont établies de part et d'autre du couloir central. Le gros-oeuvre du logis est constitué de moellons de calcaire équarris ou ébauchés régulièrement assisés révélant le soin apporté à la construction.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Portrait de famille

Description de l'iconographie

Un portrait de famille se trouve à droite et à gauche du tympan de la porte du logis.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2010

Date de rédaction de la notice

2010

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

ferme
ferme
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image