Ferme

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ferme

Titre courant

Ferme

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Vieux

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Castelnau-de-Montmiral

Lieu-dit

Lescure

Références cadastrales

1812 B 287 à 289, 2000 B 137

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Puits, cuvage, pigeonnier, four, pressoir, chai, grange, étable, remise agricole, pressoir, logement

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1ère moitié 16e siècle, 3e quart 18e siècle, 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1776, 1795, 1848

Commentaires concernant la datation

Date portée

Description historique

La présence d'un logis dans la 1ère moitié du 16e siècle est identifiable dans la partie centrale du corps de bâtiment principal. Il se distingue par l'emploi d'un grand appareil régulièrement assisé dans lequel il est encore possible d'identifier deux arcs chanfreinés dont la retombée s'effectue par pénétration sur des piédroits traités en quart-de-rond. Ce volume est délimité par une chaîne d'angle encore en place en partie gauche. Dans le mur de clôture oriental de la propriété, dans l'alignement du pigeonnier actuel, une porte aux encadrements chanfreinés indique un vestige du 17e siècle. Au 18e siècle, probablement dans le dernier quart, le logis est remanié et agrandi de deux travées en direction de l'est. Ceci correspond probablement à l'installation d'une nouvelle porte surmontée d'une corniche. La date de 1795 est gravée sur le linteau. Le dernier quart du 18e siècle se traduit aussi par l'institution d'un nouveau portail matérialisé par un arc dont le claveau est gravé de la date de 1776. Son couvrement a été remanié, une corniche de pierre matérialise la partie haute et une console au profil en doucine, vestige probable d'une construction plus ancienne, est encore visible au revers. La propriété de Lescure, représentée sur la carte de Cassini datée de la 2e moitié du 18e siècle, est acquise par Jean Farjanel après la Révolution. En 1848, parallèlement au développement de l'activité vini-viticole, le logis est agrandi en direction de l'ouest afin d'abriter le dispositif relatif à cette activité. Dans le registre des Augmentations, il est précisé qu'une maison est construite en 1855 en B 289 (AD Tarn, 3 P 2366). Puis une grange-étable et un four sont élevés en retrait de cette dernière, abrités en partie par une remise agricole. C'est probablement à ce moment-là aussi que le pigeonnier est les bâtiments l'entourant sont construits. En 1859, il est précisé dans le registre des augmentations que la maison est augmentée. Est-ce à ce moment-là que le logis est agrandi de la terrasse dont la couverture est portée par des colonnes en brique et fermée par un garde-corps à balustres, porté au sud par des consoles en grès au profil en doucine, en remploi?

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, grand appareil, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile plate

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie du couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, toit à un pan, toit en pavillon

Commentaire descriptif de l'édifice

L'ancienne ferme de polyculuture et vini-vitculture est élevée sur un petit mont arrondi, dominant l'ensemble des terres réparties autour des bâtiments. La propriété comptait 8 ha de vigne. Depuis la route, l'accès s'effectue par un chemin qui mène à un portail ouvert par un arc en plein cintre. Un mur de clôture ceint la partie orientale avec un portillon piétonnier menant au jardin. Selon la tradition orale, des murs fermaient la propriété sur tous ses côtés. Les bâtiments de la ferme s'établissent de part et d'autre de la voie d'acccès qui se poursuit sous la forme d'une route pour rejoindre la vallée de la Vère. Au nord, se trouve le corps de bâtiment principal abritant logis, logement et cave et cuvage, remise agricole avec grange-étable et four et une deuxième remise agricole très récente. Une autre cave abritant des foudres occupait le bâtiment situé au sud du portail ; le pigeonnier est dans son alignement. L'aménagement des bâtiments situés au sud du portail était en étroite relation avec l'activité vini-viticole, la remise agricole abritant le pressoir. Un deuxième four se trouvait au sud du pigeonnier. Plus loin, au sud du grand corps de bâtiment, se tient un puits couvert. Le corps de bâtiment principal, couvert d'un toit à longs pans terminé par deux croupes, à l'est et à l'ouest, accorde la part la plus importante au logis avec un aménagement à l'est sur une terrasse. En direction de l'ouest, la cave abrite un logement d'un ouvrier ou du maître-valet ménagé dans la partie sud, avec une cheminée d'angle et un placard. Une cuve de 80 hectolitres creusée dans la roche, auparavant cerclée de bois, se trouvait en contrebas du pressoir, les cuves en ciment sont placées contre le mur oriental. Une large fenêtre haute permettait le déchargement du raisin depuis l'arrière. La grange-étable, prévue pour une paire de vaches et de chevaux, est une construction indépendante, couverte d'un toit à longs pans et d'une croupe à l'ouest, ouverte au sud par une porte charretière et une large fenêtre aux encadrements surmontées d'un arc segmentaire alternant claveaux de calcaire ou de grès et assises de brique. Le four est aussi conçu comme un bâtiment indépendant ayant sa propre couverture. Les élévations des bâtiments ont une mise en oeuvre soignée de moellons équarris assisés de calcaire. Une pierre sculptée d'un motif de coquille est utilisée en remploi pour le linteau de la fenêtre haute nord de la grange. Le pigeonnier, couvert d'un toit en pavillon de tuile plate avec des épis de faitage en terre cuite, présente son élévation principale à l'est, avec entrée des pigeons au-dessus de la randière et dans la lucarne, une autre lucarne est située au nord. La randière est constituée de deux rangs de brique, l'enduit lissé terminé par des motifs arrondis aux angles est recouvert d'un lait de chaux.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2010

Date de rédaction de la notice

2010

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

ferme
ferme
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image