Ferme

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ferme

Titre courant

Ferme

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Vieux

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Castelnau-de-Montmiral

Lieu-dit

Puech Ferrand

Références cadastrales

1812 D 98 à 100, 2000 D 73

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Écurie, étable, grange, poulailler, toit à porcs, bergerie, four, logement, puits, citerne, pigeonnier, pressoir, pressoir à vin, cuvage, chai, remise agricole, aire à battre

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

18e siècle, 1ère moitié 19e siècle, 3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1790, 1829, 1867, 1870

Commentaires concernant la datation

Date portée

Description historique

Puech Ferrand, propriété de Jean-François Poux, est agrandi en 1658 lors d'achat de nouvelles terres. Il est mentionné sur la carte de Cassini datée de la 2e moitié du 18e siècle. La date de 1790, gravée sur l'appui de la porte haute de la grange, est significative de la présence d'une partie des bâtiments au 18e siècle. Sur le plan cadastral de 1812 un bâtiment comprenant une partie du logis et la grange-étable (D 99) ainsi que le four (D 98) étaient construits. Jean Poux possédait alors des terres dont des vignes (D 85, 86 ; AC Vieux, matrices cadastrales de 1813, propriétés non bâties). En 1829, le four est réaménagé (date portée sur le linteau de la porte). Henri Ruffel épouse C. Poux en 1850 et la famille Ruffel acquiert la propriété. La ferme connaît alors un développement important, le logis est agrandi en 1867 (date portée sur le linteau de la porte de la façade sud) afin de présenter une nouvelle organisation avec une façade établie au sud, de sept travées ouvrant sur la terrasse et une nouvelle façade sur la cour. Un jardin, en contrebas est aménagé avec un bassin central et une allée de buis est plantée. L'allée d'arbres menant à la propriété est plantée en 1868 (tradition orale). En 1870 (date portée sur le linteau de la porte), le logement du maître-valet est élevé sur le four. C'est probablement dans cette période qu'est construit le pigeonnier ainsi que le bâtiment abritant la bergerie et la porcherie, poulailler et clapier. Une écurie est construite au sud de la cour dans le dernier quart du 19e siècle. C'est en 1945 (tradition orale) qu'est exhaussé d'un niveau le long corps de bâtiment nord. La cave, située au nord du logis, est alors établie sur deux niveaux et des remises agricoles sont élevées au nord afin d'abriter les nouveaux dispositifs liés au développement de l'activité vini-viticole. Pressoir à vin et cuve sont aménagés dans l'ancienne cave puis le cuvage est installé à l'emplacement de l'ancienne étable.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile plate

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, comble à surcroît

Typologie du couvrement

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées, élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en pavillon, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

La ferme de polyculture et de vini-viticulture possédait 10 ha de vigne distribuées principalement autour des bâtiments. Les bâtiments de la ferme sont élevés sur un petit pech qui domine les terres environnantes. L'accès s'effectue depuis une route bordée d'une allée d'arbres. L'accès à la cour de la ferme est fermé par un portail. Les bâtiments s'organisent sur un plan en U. Au sud, le four et le logement du maître-valet sont suivis de l'écurie qui est établie selon un axe nord-sud. Le logement du maître-valet est accessible par un escalier extérieur droit maçonné menant à un perron. Ces deux bâtiments sont couverts d'un toit à longs pans et à croupe. Le fond de la cour est fermé par le logis qui présente une façade soignée et ordonnancée. La porte est couverte d'un arc en plein cintre couronné par une corniche et des pilastres sont plaqués sur les piédroits. Le logis, de 24 m de long sur 12 m de large, suit un axe est-ouest avec une deuxième façade à sept travées, située au sud, qui ouvre sur une terrasse au bas de laquelle est ménagée un jardin avec un bassin central et plus bas, une allée de buis bordant le chemin originel. Au nord de la cour, un long corps de bâtiment avec le pigeonnier intégré en position centrale abritait toutes les fonctions liées à l'élevage : étable à vaches, pigeonnier, bergerie, porcherie, poulailler, clapiers et granges. Le pigeonnier, de plan carré, a son rez-de-chaussée ouvert afin de faire office de porche, passage qui se poursuit à l'arrière du bâtiment. A deux niveaux supérieurs, dont les accès pour les pigeons sont ménagés au sud, il est couvert d'un toit en pavillon à égout retroussé protégé par des tuiles plates. Les nichoirs en terre cuite sont ménagés dans les murs. Avec le développement de l'activité vini-viticole, le grand bâtiment situé au nord du logis est aménagé pour recevoir le pressoir à vin et une première grande cuve maçonnée, situés à l'étage, les cuves en ciment se trouvent au rez-de-chaussée, à la place de l'ancienne étable au fond de laquelle se trouve un puits. Presse et cuves ont été aménagées par la suite, dans la partie nord du bâtiment. L'aire à battre se trouvait au nord des bâtiments, sur un terrain laissé libre.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2010

Date de rédaction de la notice

2010

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

ferme
ferme
© Conseil général du Tarn ; © Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image