Demeure

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Titre courant

Demeure

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn (81) ; Senouillac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays du Vignoble Gaillacois, Bastides et Val Dadou

Canton

Gaillac

Lieu-dit

Bosc (le)

Références cadastrales

1828 A3 671, 2011 A 03 543

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Puits, pigeonnier, remise, citerne, fournil, étable, fenil

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 18e siècle 19e siècle, 2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1830, 1831

Commentaires concernant la datation

Date portée

Auteur de l'édifice

Flourac Jean (architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Signature

Description historique

La maison est représentée sur le cadastre de 1828 : elle appartient alors à Antoine Viguier, cultivateur au Bosc. Elle semble avoir été construite au tournant du 19e siècle. Elle est alors légèrement moins large et aurait atteint ses dimensions actuelles lors des travaux menés sur la façade sud en 1830-1831. Le maître d'oeuvre a signé et daté cette modification sur la travée centrale : 1831 JEAN FLOURAC F(ecit). Les symboles forgés au-dessus de la porte de la travée centrale indiquent que le propriétaire appartient peut-être à la franc-maçonnerie. La date de 1830 est par ailleurs portée sur la clef de l'arc de l'ancienne écurie. C'est peut-être lors de ces travaux que le pigeonnier aurait été modifié : il s'agissait primitivement d'un pigeonnier sur arcade (dont une trace est encore visible dans la maçonnerie intérieure), transformé en pigeonnier carré. Le changement d'appareil entre la partie basse et le reste de l'élévation sud du pigeonnier conforte cette hypothèse. Les dépendances agricoles au sud de la maison ont été reconstruites au milieu du 19e siècle. Les cheminées en marbre surmontées de gypserie de la partie ouest de la maison datent certainement de la seconde moitié du 19e siècle. Un chai a été construit à une date inconnue sur l'élévation nord : il est toujours porté sur le cadastre actuel mais n'existe plus.
La maison a été achetée par le propriétaire actuel en 1974 qui y a hébergé des familles fuyant le Chili de Pinochet. Cette transformation en refuge a entraîné quelques modifications dans l'aménagement intérieur. Les anciennes étables ont été converties en logis.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, enduit, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan rectangulaire régulier

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, étage de comble

Typologie du couvrement

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit à un pan, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant, en charpente, escalier dans-oeuvre : escalier droit, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

La maison suit un plan rectangulaire allongé : elle abrite l'habitation dans sa partie ouest (5 travées) et l'étable-fenil dans sa partie orientale (2 portes charretières). Le pigeonnier est adossé à l'angle sud-est et est en saillie par rapport au reste du bâtiment. Les dépendances forment un L au sud de la cour et ne comportent pas d'étages : elles abritent des remises et un fournil. Une citerne est située à l'ouest. La maison est construite en maçonnerie enduite ; les dépendances, le pigeonnier et la partie nord-est sont en moellons équarris de calcaire. La remise sud comporte une charpente en chêne de cinq fermes qui a conservé ses voliges anciennes. La porte d'entrée de la remise orientale est surmontée par un linteau monolithe monumental soutenu à droite par un coussinet en quart de rond. Les toitures sont en tuile creuse : le toit du corps de logis est à longs pans avec croupe à l'ouest, celui du pigeonnier est à un pan, ceux des dépendances sont à longs pans avec croupe au nord. Une génoise à trois rangs supporte l'arrivée de l'avant-toit.
Les ouvertures du rez-de-chaussée et de l'étage sont de forme rectangulaire et possèdent des encadrements en pierre de taille. L'étage de comble est percé d'oculus. Deux portes de l'élévation sud présentent un encadrement architecturé : celle de gauche comporte des cordons moulurés et une corniche saillante. La porte centrale est marquée par deux pilastres qui se transforment en bandeaux dans les parties hautes et portent des motifs sculptés en bas-relief. Deux bandeaux légèrement saillants en arc segmentaire sont placés au-dessus des ouvertures : ils portent et surmontent des motifs (étoiles) et des inscriptions (signature et date). La travée centrale se poursuit au-delà du toit par une lucarne aveugle.
La partie ouest de la maison a conservé une distribution classique des pièces de part et d'autre du couloir. Deux d'entre elles (au rez-de-chaussée et à l'étage) ont conservé des cheminées monumentales en pierre de taille qui datent sans doute de l'édifice primitif. La pièce du rez-de-chaussée à également conservé son carrelage ancien. Les autres pièces de la partie ouest sont dotées de cheminées en marbre surmontées d'un décor en gypserie. Une trappe située dans le couloir donne accès à une cave qui contient des compartiments en brique. Le four a conservé son organisation primitive avec ses récipients en terre cuite pour la lessive et sa plaque destinée à la cuisson du cochon.

Technique du décor des immeubles par nature

Ferronnerie, sculpture, décor stuqué

Indexation iconographique normalisée

Boeuf ; coq ; symbole maçonnique ; étoile

Description de l'iconographie

Les bandeaux qui encadrent la travée centrale sont ornés d'animaux sculptés en bas-relief : un boeuf et un âne sous la fenêtre et deux coqs sur les piédroits de la porte. On retrouve le motif du coq au-dessus du heurtoir de la porte. Les ferronneries qui surmontent la porte comportent un monogramme central (deux V entrelacés) surmonté par une flèche. Les deux V sont peut-être la représentation de l'équerre et du compas maçonnique.

Commentaires d'usage régional

Édifice à plusieurs corps de bâtiment formant cour

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une personne privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

La Taille Alice de

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique départementale (patrimoine vigneron du Pays Gaillacois)

Typologie du dossier

Dossier individuel

1/2
demeure
demeure
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image