Ferme de la Mascrée, puis Ferme Martin Tempête

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ferme

Appelation d'usage

Ferme de la Mascrée ; Ferme Martin Tempête

Titre courant

Ferme de la Mascrée, puis Ferme Martin Tempête

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Somme (80) ; Misery ; route de Saint-Christ ; C.D. 45

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Haute-Somme

Canton

Nesle

Lieu-dit

Martin Tempête

Adresse de l'édifice

Saint-Christ (route de) ; C.D. 45

Références cadastrales

2002 ZH 22, 13

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Logis ; remise ; écurie ; étable ; hangar agricole

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1ère moitié 20e siècle

Auteur de l'édifice

Déchard Georges ; architecte

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Description historique

Château détruit pendant la guerre de 1914-1918, alors propriété de M et Mme Maurice Lalain Chomel. L'aspect qu'avait le Château de Misery en 1914 est connu par l'expertise de l'architecte parisien Georges Déchard (devis et dessins, juin 1920). Le domaine, outre plusieurs fermes, comprend alors le château proprement dit, construit vers 1870, entouré d'un grand parc clos de murs, avec maison de garde, serres, manège, fabriques de jardin (pavillon rustique près du château, gloriette) , hangar rustique pour bestiaux, château d'eau, petit pavillon d'infirmerie, poulailler, chenils. A l'issue de la guerre de 1914-1918, la Ferme Martin Tempête appartient à M et Mme Maurice Lalain-Chomel, propriétaires du château de Misery ainsi que de plusieurs fermes sur le territoire de Misery, la ferme de la Plaine, la ferme du château et la "Petite ferme". L'aspect qu'avait la ferme en 1914 est connu par l'expertise de l'architecte parisien Georges Déchard (devis et dessins, décembre 1919) : habitation en brique en bordure de route, écuries et étables en brique, au centre de la cour remise et manège de la batteuse, avec transmission pour amener l'eau d'un réservoir monté sur charpente en bois, grand jardin entouré d'un mur de clôture. Sa superficie est alors de 4980 m2 dont 1422 m2 couverts. La ferme est reconstruite sur un plan symétrique.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique ; béton armé ; calcaire ; moellon ; appareil mixte

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Ensemble régulier

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol ; 1 étage carré ; étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; demi-croupe ; toit en pavillon

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre

Commentaire descriptif de l'édifice

Pignon de l'avant-corps couvert d'un toit à demi-croupe marquant l'axe de composition du logis : baie en arc, linteaux segmentaires, avancée hors oeuvre à 3 pans au rez-de-chaussée. Retour du toit du logis couvrant le pignon axial (débords de toit portés par des consoles doubles en bois ouvragées) , demi croupes. Chaînages harpés de brique, remplissages en moellons en appareil polygonal.

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

Disposition symétrique axée sur le logis et le portail d'entrée. Projet unifié présentant un ensemble faisant preuve d'une volonté de régularité peu courante.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bailly Gilles-Henri ; Caulliez Stéphanie ; Laurent Philippe

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (reconstruction de la Haute-Somme)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 21 mail Albert-Ier 80000 Amiens