Filature de laine Blot, puis imprimerie Payet

Désignation

Dénomination de l'édifice

Filature, imprimerie

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Filature de laine

Appelation d'usage

Filature Blot ; imprimerie Payet

Titre courant

Filature de laine Blot, puis imprimerie Payet

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Deux-Sèvres (79) ; Saint-Maixent-l'Ecole ; 5 rue du Faubourg-Charrault

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Deux-Sèvres

Canton

Saint-Maixent-l'Ecole-II

Adresse de l'édifice

Faubourg-Charrault (rue du) 5

Références cadastrales

2003 AN1 50, 408

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Sèvre Niortaise (la)

Partie constituante non étudiée

Cheminée d'usine, bâtiment d'eau, atelier de fabrication, bief de dérivation

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1824, 1851, 1866, 1887

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Cette filature de laine est créée en 1824, sur l'emplacement d'un ancien moulin à blé ayant appartenu à l'Abbaye de Saint-Maixent, par Célestin-Joseph Blot, ancien officier des armées napoléoniennes, originaire d'Etreux (Aisne). Trois ans auparavant, il avait fondé avec deux de ses frères une entreprise similaire à Châtillon-sur-Thouet (étudiée, IA79002126) , dirigée plus tard par l'aîné, Louis-Joseph. Le bâtiment de 120 m2 à deux étages de la filature et le logement patronal sont édifiés de suite. En 1829, l'établissement est équipé de 1060 broches entraînées par une roue hydraulique avec une chute de 0, 80 m ; 600 ne fonctionnent que durant 6 mois par an. Célestin Blot s'associe bientôt à son beau-frère, Alphonse Boulogne. La laine filée l'est sur commission, c'est-à-dire à la demande de fabricants de tissus. Les seuls achats effectués par l'entreprise sont les huiles en provenance de Flandre ou de Normandie. En 1830, Alphonse Boulogne se retire de l'affaire. Après le décès de son fondateur en 1840, la filature, estimée à 80 000 francs, est dirigée par le fils de ce dernier, Charles-Emile, jusqu'à sa mort en 1888, puis par Raoul Maucourt jusqu'en 1899. Une machine à vapeur de 8 ch est installée en 1851, année de la construction de la cheminée encore visible. Une deuxième machine de 15 ch la remplace en 1866. Cette même année est édifié un grand bâtiment servant de dépôt au rez-de-chaussée et abritant un métier de 160 broches dans chacun de ses deux étages. La roue refaite en 1858 est dotée d'aubes planes et mesure 3, 80 m de large ; la chute est d'alors 1, 10 m. Dans les années 1870, 1500 à 2000 broches fonctionnent dans l'entreprise. Un nouveau bâtiment d'eau est édifié en 1887 (porte la date). Dans les années 1890, les procédés techniques utilisés sont dépassés et la situation se dégrade. En 1899, un incendie met un terme à l'activité de l'entreprise en détruisant une partie des ateliers. Les bâtiments rachetés par Payet sont transformés en imprimerie ; un atelier et une maison sont construits sur l'emplacement des anciens bains publics et d'une partie de la filature. Cette imprimerie cesse de fonctionner dans les années 1980. Actuellement, il ne subsiste de la filature que le bâtiment d'eau, la cheminée et le logement patronal. En 1825, 44 ouvriers sont employés dans la filature. Dans les années 1870, de 70 à 100 personnes y travaillent.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie du couvrement

Charpente en bois apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, shed

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

La cheminée de 20 m de haut à l'origine a été arasée. Entièrement en pierre de taille, son fût octogonale s'élève au-dessus d'une base cubique d'environ 5 m de haut couronnée d'une corniche moulurée. Le bâtiment d'eau de 1887, en moellon enduit et en rez-de-chaussée, est à pans coupés et couvert d'un toit à croupes polygonales, comme le bâtiment adjacent construit plus tardivement. L'atelier de l'imprimerie, en rez-de-chaussée, est couvert d'un toit formé de trois sheds.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée,propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Moisdon-Pouvreau Pascale

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Poitiers - 102, Grand'Rue - 86020 Poitiers - 05.49.36.30.07