Tissage et usine de confection des Etablissements Husseau et Moynaton, puis Société Moynaton et Roy, actuellement Confection des Deux-Sèvres

Désignation

Dénomination de l'édifice

Tissage, usine de confection

Appelation d'usage

Etablissements Husseau et Moynaton, puis Société Moynaton et Roy ; Confection des Deux-Sèvres

Titre courant

Tissage et usine de confection des Etablissements Husseau et Moynaton, puis Société Moynaton et Roy, actuellement Confection des Deux-Sèvres

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Deux-Sèvres (79) ; Courlay ; 4 rue des Tisserands

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Deux-Sèvres

Canton

Cerizay

Lieu-dit

La Plainelière

Adresse de l'édifice

Tisserands (rue des) 4

Références cadastrales

2003 AP 365, 366, 422 à 426

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, bureau d'entreprise, magasin industriel

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1925, 1967, 1995

Commentaires concernant la datation

Daté par tradition orale

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Ce tissage est créé en 1925 par Juste Husseau et René Moynaton, tous deux artisans tisserands, dans le hameau de la Plainelière. L'atelier de fabrication d'origine est considérablement agrandi vers 1945. Les industriels se tournent bientôt vers la confection de chemises de travail afin d'élargir leurs débouchés. De nouveaux bâtiments sont édifiés : bureaux, ateliers et magasins. En 1964, Juste Husseau, qui se retire de l'affaire, est remplacé par Jacques Roy, gendre de René Moynaton. Pour le tissage, les matières filées arrivent de Normandie, du Nord et du Pays-Basque et sont teintes à Cholet. A partir de 1963, les fibres polyester, acryliques ou polyamides remplacent le coton pur. Le tissage s'effectue sur chaînes rotors, ce qui évite ainsi l'encollage préalable des fils. L'atelier renferme 43 métiers dans les années 1960. Un nouvel atelier est édifié en 1967. Lors du départ en retraite de René Moynaton, en 1976, la raison sociale de l'entreprise devient SA Moynaton Roy. Le développement se poursuit jusque dans les années 1980, puis une concurrence toujours plus forte conduit à fermer le secteur tissage en 1985, lors du départ en retraite de M. Roy. La confection de chemises sur mesure est lancée à la même époque. Après un dépôt de bilan en 1988, l'affaire est reprise et devient la Confection des Deux-Sèvres, qui assure toujours la réalisation de chemises sur mesure. De nouveaux bâtiments ont été édifiés en 1995. En 1969, 280 personnes travaillent dans l'entreprise, puis 378 en 1979. En 2003, 150 personnes travaillent sur le site.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite, moellon, enduit, métal, pan de métal, béton, béton armé, parpaing de béton

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, ciment amiante en couverture

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie du couvrement

Charpente en bois apparente, charpente métallique apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, shed, terrasse

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Le premier atelier est en moellon de granite enduit, en rez-de-chaussée, couvert d'un toit en shed en tuile mécanique. Les bureaux des années 1950 sont en béton armé, partiellement couverts d'un toit en terrasse et d'un toit à longs pans en tuile mécanique. L'atelier de préparation du tissage est en moellon avec charpente métallique en treillis montée par les Ateliers de la Chaînette de Parthenay et toit en tuile mécanique. L'atelier des années 1950-60 est en pan de métal et parpaing de béton avec un bardage métallique formant bandeau et masquant le toit. L'atelier de tissage de 1967 est en pan de métal et parpaing de béton avec charpente métallique, toit en sheds en ciment amiante. Les bâtiments de 1995 sont en pan de métal, bardage métallique et toit en ciment amiante.

Protection

Observations concernant la protection de l'édifice

Les premiers ouvriers de cette usine étaient des membres de la Petite église, confession à laquelle appartenait l'ensemble des habitants du hameau de la Plainelière.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Moisdon-Pouvreau Pascale

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Poitiers - 102, Grand'Rue - 86020 Poitiers - 05.49.36.30.07