tannerie et usine de chaussures Poyaud, puis Jarry, puis Damelon, puis Baudry-Férez, puis Férez

Désignation

Dénomination

Tannerie, usine de chaussures

Appellation et titre

Tannerie Poyaud, puis Jarry, puis Damelon, puis Baudry-Férez, puis Férez

Titre courant

Tannerie et usine de chaussures Poyaud, puis Jarry, puis Damelon, puis Baudry-Férez, puis Férez

Localisation

Localisation

Poitou-Charentes 79 Mauléon

Aire d'étude

Deux-Sèvres

Canton

Mauléon

Adresse

Tannerie (rue de la) 9

Référence cadastrale

2003 AK 144, 155

Milieu d'implantation

En ville

Cours d'eau

L'Ouin

Parties non étud

Atelier de fabrication, cheminée d'usine, bureau d'entreprise

Historique

Datation des campagnes principales de construction

2e quart 18e siècle, 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Datation en années

1734

Justification de la datation

Daté par travaux historiques, daté par source

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

Cette tannerie est créée en 1734 par la famille Poyaud. Après les destructions de la Révolution et des guerres de Vendée, les bâtiments sont reconstruits par Paul et Pierre Poyaud, qui entreprennent la fabrication de chaussures. Jacques Jarry, un beau-frère, leur succède en 1829, puis Paul, son fils, et Alexandre, son petit-fils. La direction est prise vers 1865 par l'époux d'une fille Jarry, Eugène Damelon. Le fils de ce dernier, Paul, va développer l'entreprise de manière significative, avec notamment l'adjonction d'un secteur de corroyage à façon pour empeignes. Le mari de sa nièce, Théophile Baudry, lui succèdera en 1910. C'est à cette époque qu'est édifié le logement patronal (étudié IA79002185). Un secteur de fabrication de chaussures, situé rue Saint-Pierre, est annexé à la tannerie vers 1905 ; cette unité est bientôt détachée du reste de l'usine lorsque sa direction est prise par Louis Férez. Des bâtiments de séchoir sont construits au début du 20e siècle le long de la route de Nantes ; ils seront prolongés plus tard du côté ouest. En 1918, l'entreprise produit par mois 180 cuirs pour la tannerie et 700 pour la corroierie. En 1936, les usines de tannerie et de chaussures sont de nouveau réunies et dirigées par Fernand Férez. En raison de la pénurie de cuir durant la guerre, l'activité de tannerie cesse au profit de la fabrication de chaussures à semelles de bois et d'une scierie installée route de Nantes. En 1970, le fond est vendu à François Petit, mais l'affaire cesse complètement son activité peu de temps après. Actuellement, les bâtiments abritent une communauté des Compagnons d'Emmaüs. En 1918, la tannerie compte un broyeur d'écorces, 10 fosses, 42 cuves de basserie, 4 pelains, 3 fouloirs, 2 coudreuses et un turbulent, tandis que la corroierie comprend une lisseuse, un marteau, une scie, une machine à blanchir et un tonneau à mettre en huile. Les machines sont entraînées par une machine à vapeur de 60 ch, remplacée en 1918 par un moteur à huile lourde de 45 ch. L'usine de chaussures est équipée de presses à découper, de scies, de machines à coudre et de machines à clouer les talons entraînées par un moteur de 10 ch. Vers 1900, 300 personnes travaillent à l'usine ou à domicile pour cette entreprise.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

Granite, moellon, enduit

Matériau de la couverture

Ardoise

Vaisseau et étage

1 étage carré, comble à surcroît

Type et nature du couvrement

Charpente en bois apparente

Parti d’élévation extérieure

Élévation à travées

Type de la couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, pignon découvert, croupe

Source de l'énergie

Énergie hydraulique, énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire description

Tous les bâtiments de cette usine sont en moellon de granite enduit et couverts d'ardoise. Les bâtiments les plus anciens forment les deux côtés d'une cour le long de la rivière ; ils sont en rez-de-chaussée avec comble à surcroît. Les encadrements des ouvertures du rez-de-chaussée sont en brique et en plein cintre. Les ateliers situés le long de la rue des Tanneries possèdent un étage carré et un grand comble à surcroît ; une croupe polygonale coiffe l'extrémité est à pans coupés. Les bâtiments situés le long de la route de Nantes sont dotés d'un étage de soubassement et d'un rez-de-chaussée surélevé ; les encadrements des ouvertures sont en brique et pierre.

Etat de conservation

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut de la propriété

Propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

2003

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Moisdon-Pouvreau Pascale

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Dossier

Dossier avec sous-dossier

Dossier adresse

Conseil régional de Poitou-Charentes - Service chargé de l'inventaire 102, Grand'Rue - BP 553 86020 Poitiers Cedex - 05.49.36.30.30