Usine d'engrais Pougnault, puis Aubrun

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine d'engrais

Appelation d'usage

Pougnault, puis Aubrun

Titre courant

Usine d'engrais Pougnault, puis Aubrun

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Deux-Sèvres (79) ; Parthenay ; rue de la Marne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Deux-Sèvres

Canton

Parthenay

Adresse de l'édifice

Marne (rue de la)

Références cadastrales

2003 BO 67, 141, 160

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication ; bureau d'entreprise ; logement d'ouvriers ; magasin industriel ; atelier de conditionnement ; vestiaire

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle ; 2e quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle ; 4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1865 ; 1875 ; 1985 ; 1999

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques ; daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Cette usine d'engrais organique est créée en 1865 par M. Damelon-Jarry, tanneur et déjà propriétaire d'une usine d'engrais à Mauléon, associé avec Constant Pougnault. Ce dernier devient l'unique propriétaire de l'usine et du logement patronal construit dans un faubourg de la ville en 1875. L'atelier d'équarrissage d'origine existe toujours : les carcasses d'animaux sont transformées dans des autoclaves en farines animales (la viande) et en engrais organiques (les os et abats) , tandis que les peaux partent dans les tanneries. Une machine à vapeur est installée en 1881 et l'usine fait l'objet de plusieurs agrandissements. En 1912, l'entreprise est vendue à Louis de Bertier, originaire du sud-ouest, qui la revend 10 ans plus tard à André Aubrun. Ce dernier va développer un négoce d'engrais minéraux. Ses fils, Jacques et Henri, travaillent avec lui dès les années 1940. Un garage à camions et un logement d'ouvriers sont bâtis dans ces années-là. Après le décès en 1951 d'André Aubrun, ses fils créent une société anonyme. Les années 1960-1970 marquent profondément l'entreprise qui fait l'objet d'incessants agrandissements ; l'équarrissage est abandonné au profit du négoce de scories potassiques très utilisées dans ces zones d'élevage. Un embranchement ferroviaire est alors créé qui facilite la réception des produits qui seront mélangés sur place. Des bureaux et de nouveaux ateliers sont édifiés. A partir de 1975, une nouvelle évolution concerne l'élaboration de formules d'engrais granulés adaptées au besoin des clients. Les derniers bâtiments construits sont des magasins de 1985 et 1999. Deux filiales sont créées à La Rochelle et Niort. Depuis 2002 et l'absorption de la société Tartarin de Saint-Pierre-des-Corps (37) , la société Aubrun vend aux coopératives et négociants agricoles de tout le Centre-Ouest.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite ; moellon ; enduit ; métal ; pan de métal ; béton ; béton armé

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique ; ciment en couverture ; ardoise

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée

Typologie du couvrement

Charpente en bois apparente ; charpente métallique apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; pignon couvert ; croupe ; demi-croupe ; terrasse

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique ; produite sur place ; énergie électrique ; achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Site industriel desservi par embranchement ferroviaire. L'atelier d'équarrissage d'origine, le garage, le vestiaire et le logement d'ouvrier sont les seuls bâtiments en moellon de granite et à charpente en bois. Tous les autres bâtiments sont en pan de métal et charpente métallique avec bardage en métal. Le logement est couvert d'un toit en ardoise à demi-croupe. Le vestiaire est le seul bâtiment couvert en tuile mécanique. La plupart des ateliers ont été conçus par les Ateliers de la Chaînette, entreprise voisine. Les bureaux sont en béton, en rez-de-chaussée et toit en terrasse. La structure du magasin de 1999 est très particulière puisque ses poteaux métalliques sont à l'extérieur de la paroi en béton armé et que les deux faîtes du toit sont décalés de manière à pratiquer un jour de ventilation vertical.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Moisdon-Pouvreau Pascale

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Poitiers - 102, Grand'Rue - 86020 Poitiers - 05.49.36.30.07