Temple de protestants

Désignation

Dénomination de l'édifice

Temple

Genre du destinataire

De protestants

Titre courant

Temple de protestants

Localisation

Localisation

Poitou-Charentes 79 Celles-sur-Belle

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Celles-sur-Belle

Lieu-dit

Verrines-sous-Celles

Références cadastrales

1981 344 AN 172

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Dans une lettre au Ministre de la Justice et des Cultes, le pasteur Baillif signala en 1840 plusieurs lieux de réunion religieuse, dont une vieille grange, peu en rapport avec la dignité du culte à Verrines. En 1845, on demanda à l'architecte-voyer Bernard Gurs un devis pour la construction d'un oratoire dans la consistoriale de Melle, dans la commune de Verrines. Ce projet n'a pas abouti et les protestants de Verrines continuèrent à se réunir dans une grange mise à leur disposition par un fermier. Les démarches pour obtenir des subventions continuèrent ; en 1857, l'emplacement offert par le conseil municipal était toujours libre. Un nouveau projet de construction a été dressé en février 1865 par l'architecte niortais François-Victor Vallet, projet approuvé par le conseil municipal, puis par le conseil presbytéral en mai 1868. Le 16 septembre 1874, Pierre Fouché et son épouse vendent à la commune une pièce de terre de douze ares et les travaux sont adjugés le 16 octobre suivant à Daniel Mainson, entrepreneur à Fressines. Après plusieurs demandes de modifications, l'édifice a été construit de 1875 à 1877 sous la direction de l'architecte niortais Edouard-Julien Gresset qui, en février 1870, avait repris le cabinet de François-Victor Vallet. Son projet pour Verrines ayant été exécuté vers 1866 dans la commune de Vitré, l'édifice est dû à l'architecte Edouard-Julien Gresset. En 1877, la réalisation de la chaire a été confiée à François Pairault, menuisier à la Ronze. Les murs de clôture sont bâtis de 1878 à 1879 par l'entrepreneur Louis Martin sous la direction de Guillaud, architecte à Vernoux-sur-Boutonne. En 1894, l'architecte départemental Paul Mongeaud a dressé un devis pour diverses réparations extérieures et intérieures ; nous ne savons pas si celles-ci ont été exécutées. En 1906, le temple était pourvu d'une chaire en bois sculpté et d'une table de communion. Le service de communion ainsi que le vase de baptême sont dits être la propriété privée de M. Pitton. Une réfection totale de la couverture a été entreprise de 1962 à 1963. Enfin, à l'occasion du centenaire de l'édifice, le conseil municipal et les communes associées ont entrepris de 1978 à 1980 des réparations importantes (remplacement de la porte d'entrée, consolidation de la charpente et remise en état de la toiture, peintures).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan allongé

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon découvert

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice, de plan allongé, se distingue par sa grande hauteur. Les élévations latérales, soutenues par des contreforts, sont percées par trois baies en arc brisé. La façade en pignon se caractérise par sa porte d'entrée, de style néo-classique, encadrée de pilastres cannelés et l'entablement est surmontée d'un fronton cintré ; au-dessus de cette porte, il y a des baies en triplet en arc brisé et une autre baie en arc brisé a été percée dans le pignon. Les contreforts angulaires, les pignons et les baies de la façade sont coiffés de fleurons. Une sacristie ou vestiaire est accolé au chevet.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme géométrique ; fleuron ; ornement à forme architecturale ; fronton ; pilastre

Description littéraire de l'iconographie

La porte d'entrée est encadrée de pilastres cannelés et l'entablement est surmontée d'un fronton cintré, les contreforts angulaires, les pignons et les baies de la façade sont coiffés de fleurons.

Commentaires d'usage régional

De style composite néo-classique et néo-gothique.

Protection

Référence aux objects conservés dans l'édifice

IM79003445, IM79003443, IM79003456, IM79003442, IM79003444, IM79003441, IM79003446, IM79003447

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Pon Charlotte, Liège Aurélie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel