Temple de protestants

Désignation

Dénomination de l'édifice

Temple

Genre du destinataire

De protestants

Titre courant

Temple de protestants

Localisation

Localisation

Poitou-Charentes 79 Celles-sur-Belle

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Celles-sur-Belle

Références cadastrales

1981 AD 129

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

A partir des années 1830, le consistoire de l'église réformée de Melle, dont Celles et ses environs forment la deuxième section, se mobilisait pour faire construire un temple. En 1840, lors du tracé de la route royale n° 148 de Niort à Limoges, Louis-Nicolas Pommier promet de vendre à la commune un terrain pour construire cet édifice ; après autorisation royale, cette acquisition, à laquelle participa la commune de Sainte-Blandine, est faite en décembre 1843. A la même époque, en 1840, on avait demandé à l'architecte Bernard Gurs de dresser un plan et un devis, qui sont acceptés après avoir été revus au moins une fois. Le 27 octobre 1844, les travaux de construction ont été adjugés à l'entrepreneur niortais Joseph Dastugue ; l'édifice est construit de 1845 à 1847. En 1855, la clôture est faite par Georges Augé, maître-maçon à Celles, sur un devis de l'architecte mellois Antoine Bizard. L'inventaire de 1906 mentionne la chaire avec son abat-voix, datant peut-être des années 1847-1848, et une table de communion dans le temple, ainsi qu'une autre table de communion dans la sacristie. A cette date, le plat, les coupes de communion et le pot à vin sont dits appartenir à une personne privée. L'édifice est régulièrement entretenu ; le mur de clôture a été refait dans le dernier quart du 20e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, croupe ronde

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice, de style néo-classique, est de plan rectangulaire. La façade, rythmée par quatre piliers et située sur un des longs côtés, se distingue par un mince avant-corps, sommé d'un fronton triangulaire ; la porte d'entrée rectangulaire surmontée d'une corniche y a été aménagée. Cette forme, avec accès sur un des côtés longs, est rare et probablement dû au manque de profondeur de la parcelle sur le bord de la nouvelle route royale. En effet, les temples de Chail et de Saint-Romans-lès-Melle, et un projet pour Verrines, conçus à la même époque par le même architecte, ont un plan allongé et leurs portes d'entrée sont situées sur un des petits côtés. A l'origine l'édifice était éclairé par six grandes baies cintrées : deux sur chacun des longs côtés et une sur chacun des petits côtés. Les angles sont chaînés en forme de pilastres. Une corniche moulurée couronne les élévations. Une sacristie semi-circulaire est couverte de tuiles creuses, a été accolée au centre de l'élévation postérieure. Sur l'élévation latérale droite, la baie a été transformée en une porte.

Commentaires d'usage régional

De style néo-classique.

Protection

Référence aux objects conservés dans l'édifice

IM79003438, IM79003437, IM79003440, IM79003436, IM79003439, IM79003434, IM79003435, IM79003455

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Pon Charlotte, Liège Aurélie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel